Ibis hagedash

Bostrychia hagedash - Hadada Ibis

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Threskiornithidés

  • Genre
    :

    Bostrychia

  • Espèce
    :

    hagedash

Descripteur

Latham, 1790

Biométrie
  • Taille
    : 76 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1262 g
Distribution

Distribution

Description identification

L'ibis hagedash est un oiseau brun de moyenne taille avec des pattes brèves, un cou et une tête plus grisâtres. Chez les adultes, le manteau et le dos ont une couleur basique brune avec des reflets luisants vert et bronze. La tête est plus grise que le reste du corps et elle est ornée d'une fine rayure chamoisée qui traverse toute la largeur des joues. Le cou est brunâtre ou gris fumé. La couleur des primaires, des secondaires et de la plupart des couvertures alaires varie selon leur degré d'exposition à la lumière, allant du brun verdâtre au rouge pâle et au violet, formant des taches colorées sur l'aile. La queue est bleu foncé, le croupion et les sus-caudales sont verts.
Le bec est couleur corne, mais avec une nette tache rouge à la base de la mandibule supérieure. La partie nue des lores et la base du bec sont noires. Les iris brun sombre sont entourés par un anneau orbital blanc. Les pattes et les pieds sont brun-corne foncé. Les orteils présentent une légère suffusion de rouge pâle.
A leur naissance, les oisillons ont une peau rose et un duvet brun, un bec noir, des pattes et des pieds rosâtres. Les immatures sont semblables aux adultes, mais ils sont plus grisâtres et n'ont pas de lustre brillant sur le dos et sur les ailes.
Les 3 sous-espèces se distinguent grâce à leur taille et à une certaine différence dans la coloration. La race nominale hagedash présente un bec plus court et une couleur plus pâle que les autres. La race brevirostris est d'un brun plus sombre, les taches brillantes de ses ailes sont plus vertes et plus violet. Le bec de la race nilotica est nettement plus allongé et certains individus sont notoirement plus grands.
L'ibis hagedash peut être confondu avec d'autres espèces du genre Bostrychia, les différences dans la voix deviennent alors des critères essentiels de différenciation.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Bostrychia hagedash nilotica (Sudan and Ethiopia to ne DRCongo, Uganda and nw Tanzania)
  • Bostrychia hagedash brevirostris (Senegal to Kenya and s to Zambia and n Mozambique)
  • Bostrychia hagedash hagedash (southern Africa)

Noms étrangers

  • Hadada Ibis,
  • Ibis Hadada,
  • Singanga,
  • Hagedasch,
  • hadadaíbisz,
  • Hadada-ibis,
  • Ibis hadada,
  • Hagedashibis,
  • Hadadaibis,
  • hadada volavá,
  • ibis hagedaš,
  • Hadadaibis,
  • hadadaiibis,
  • Hadeda,
  • ibis hadadà,
  • ibis białowąsy,
  • Хагедаш,
  • ハダダトキ,
  • 凤头鹮,
  • 鳳頭鹮,

Voix chant et cris

Ibis hagedash
adulte

L'ibis hagedash émet un cri rude et bruyant composé de 3 syllabes bien distinctes. Ce cri a souvent été comparé avec les vagissements d'un bébé qui a mal ou avec les rires effroyables et railleurs d'un sorcière. Les 3 syllabes de son cri, "ha-da-da" permettent de le distinguer de celui de l'Ibis olive qui n'en possède que deux. L'expression de l'ibis hagedash est moins rauque que celle de l'ibis vermiculé.

Habitat

Les ibis hagedash fréquentent les prairies ouvertes et les savanes, particulièrement le long des ruisseaux boisés et en bordure du cours des rivières. On les trouve également sur les terres cultivées, dans les jardins de grande taille et dans les aires de jeux. Ils occupent moins assidûment les marais, les rives des lacs et des réservoirs, les mangroves et les plages.
Les ibis hagedash ne dédaignent pas les zones boisées clairsemées et les lisières des forêts. Au Gabon et au Cameroun, ils nichent même dans les forêts pluviales primaires. Cependant, de manière générale, ils évitent les boisements denses et les zones arides. Dans les régions montagneuses comme au Kenya, ils peuvent grimper jusqu'à 1 800 mètres.

Comportement traits de caractère

Les ibis hagedash sont majoritairement sédentaires. Ils se nourrissent en couples en petits groupes, mais aussi parfois en rassemblements plus importants pouvant compter jusqu'à une cinquantaine d'oiseaux. On les trouve parfois en compagnie d'hérons garde-bœufs. Ils se restaurent aussi tranquillement au bord d'étangs peu profonds avec des hérons goliaths, des chevaliers sylvains et des chevaliers aboyeurs.
Au cours de la journée, les bandes varient en taille, car elles se disloquent et partent ailleurs pour trouver de nouvelles ressources. Ces bandes arrivent souvent sur les lieux de nourrissage dès l'aube en pratiquant un vol bruyant, elles y séjournent tranquillement pendant la journée puis elles s'éloignent le soir en direction des endroits où elles vont se reposer. Quand elles se déplacent, elles volent au petit bonheur, avec des battements saccadés. Les ibis hagedash se nourrissent généralement dans du sol meuble (voir section nourriture). En fin de journée, ils volent paresseusement vers les dortoirs communs, certains couples se reposant à l'écart. Arrivés sur les lieux de repos, les oiseaux délivrent des cris portant à longue distance et les dortoirs voisins leur répondent. Les dortoirs contiennent habituellement une centaine d'oiseaux et ils sont monospécifiques. Ils sont utilisés pendant toute l'année et même pendant plusieurs années consécutives.

Alimentation mode et régime

Le menu est constitué par une grande variété d'invertébrés comprenant notamment des vers de terre, des coléoptères, des papillons, des larves de mouches, des mille-pattes, des petites bestioles aquatiques et des crustacés. Une étude assez détaillée permet de préciser que près de 96% des animaux ingérés sont des insectes et que 60% d'entre eux sont capturés sur la surface du sol. Aucune proie de grande taille n'est attrapée. Les poissons semblent absents de la diète.
La disponibilité en sol mou est très important pour cette espèce. En effet, il peut y avoir une très grande mortalité pendant les sévères sècheresses à cause de la dureté du sol et de l'impossibilité d'en extraire des proies. Les ibis hagedash privilégient la base des arbres où le sol est dénudé. Au Natal, en Afrique du Sud, ces ibis sont attirés par les plantations, ils y jouent un rôle essentiel et utile car ils en éliminent les insectes qui pullulent et qui sont de véritables fléaux. Sur les parcours de golf, les ibis hagedash suppriment également les larves de coléoptères qui sont susceptibles d'abimer les pelouses.

Reproduction nidification

La saison de nidification traîne en longueur et atteint son apogée pendant et après la période des pluies. Dans certaines régions, comme en Gambie ou en Tanzanie, elle se déroule principalement pendant la saison sèche. Selon la localisation géographique, les pontes interviennent à des périodes différentes : février en Zambie, octobre-novembre en Afrique du Sud, décembre-janvier dans la province Est du Cap, avril en Ouganda. Les ibis hagedash nichent en couples isolés. Le nid est une plate-forme construite de façon désordonnée avec des bouts de bois et des brindilles. L'intérieur est garni avec des herbes et des lichens. Il est placé sur la branche horizontale d'un arbre, habituellement entre 3 et 6 mètres au-dessus du sol, mais parfois aussi haut que 12 mètres. Il peut être situé dans un buisson ou sur un poteau télégraphique.
La ponte comprend généralement 2 ou 3 œufs dont l'incubation dure entre 25 et 28 jours. Les oisillons ont un duvet brun-roux et deviennent indépendants au bout de 49 jours. En Afrique Orientale, les couvées ont une grande productivité et donnent en moyenne 1,8 jeune par année. En Afrique du Sud, les nids subissent de grandes pertes en raison des œufs et des poussins qui tombent des arbres Dans un étude réalisée récemment, uniquement 3 jeunes étaient à l'envol sur un total de 17 nids et de 67 œufs.

Distribution

Les ibis hagedash sont originaires d'Afrique. Leur aire de distribution couvre presque tout le continent au sud du désert du Sahara. Toutefois, ils sont absents dans l'extrême pointe de la corne de l'Afrique et dans le sud-ouest (ouest de l'Angola, Namibie, Botswana et Province Nord du Cap). 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : B. h. brevirostris (du Sénégal au Zaïre et au Kenya, et à partir de là en direction du sud jusqu'à la vallée du Zambèze) - B. h. nilotica (Soudan et Ethiopie jusqu'au nord-est du Zaïre, Ouganda et nord-ouest de la Tanzanie) - B. h. hagedash, la race nominale (Afrique du Sud et sud de la vallée du Zambèze).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Les populations sont localement communes sur l'ensemble de l'aire de distribution, bien que ce soit plus le cas en Afrique Orientale et Méridionale qu'en Afrique de l'Ouest. Au début du XXème siècle, l'espèce a subi un déclin important en Afrique Australe en raison de la recrudescence de la chasse durant l'expansion coloniale. Cependant, depuis les années 1910, les ibis hagedash se sont répandus vers l'ouest, sans doute à cause de l'arrêt des persécutions suite à des mesures de protection légale. L'importation d'espèces d'arbres non indigènes a également été réduite considérablement, ce qui a augmenté de façon significative le nombre de lieux de repos et de nidification.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 02/01/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net