Jacamar roux

Galbalcyrhynchus purusianus - Purus Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Galbalcyrhynchus

  • Espèce
    :

    purusianus

Descripteur

Goeldi, 1904

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 50 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les jacamars sont apparentés aux pics et aux toucans. Le Jacamar roux est un jacamar assez trapu au plumage globalement roux-châtain. Les ailes, la queue et la calotte sont noir brillant. Les pattes sont très courtes et roses. La queue est également courte. Le bec est long (5,2 à 5,5 cm), droit et assez épais, de couleur rose avec la pointe sombre. L'œil est rouge, il est entouré de peau nue de couleur rose. Les individus immatures sont de couleur plus claire et sont légèrement plus petits que les adultes. Le Jacamar roux est très proche du Jacamar oreillard mais ils sont impossibles à confondre : le Jacamar oreillard possède une large tache auriculaire blanche en arrière de l'œil.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Purus Jacamar,
  • Jacamará del Purús,
  • Sovela-vermelha,
  • PurAsglanzvogel,
  • Purusglansvogel,
  • Jacamar castano,
  • Kastanjejakamar,
  • Kastanjejakamar,
  • jagavec gaštanový,
  • leskovec puruský,
  • Kastanjejacamar,
  • paksunokkajakamari,
  • jacamar del riu Purus,
  • złotopiór kasztanowaty,
  • Каштановая якамара,
  • クリイロキリハシ,
  • 栗鹟鴷,
  • 栗鶲鴷,

Voix chant et cris

Le chant du Jacamar roux est similaire à celui du Jacamar oreillard. Il s'agit d'un bavardage composé de trilles au rythme très rapide. Le Jacamar roux émet aussi des séries de cris aigus et sifflants de type "pew". L'espèce est connue pour chanter en duo ou en chorale de quelques individus. On ne sait pas si le chant est réservé au mâle ou si mâles et femelles participent à ces concerts.

Habitat

Le Jacamar roux vit dans les forêts marécageuses ouvertes, aux bords des rivières, sur les îlots au milieu de ces dernières, près des lacs, toujours en forêt tropicale humide. On le trouve rarement dans les profondeurs de la forêt.

Comportement traits de caractère

On observe souvent de petits groupes de Jacamars roux (4 à 6 individus) perchés ensemble sur des branches dénudées.

Alimentation mode et régime

Comme les autres jacamars, le Jacamar roux est insectivore. Il guette ses proies, des insectes volants, depuis un perchoir, et les attrape en vol à la manière d'un gobemouche. Le menu se compose essentiellement d'hyménoptères (guêpes et abeilles), et de termites. Le bec fort de ce jacamar suggère que des proies plus grosses sont parfois attrapées, mais on n'en a pas la preuve.

Reproduction nidification

Peu de données sont disponibles. Le Jacamar roux semble nicher dans des cavités, qu'il creuserait lui-même. Des individus en train de creuser une loge ont été observé plusieurs fois : un individu au Pérou en octobre, un autre au Brésil en août. La coopération entre individus pour élever les jeunes serait possible mais ce phénomène est peu documenté. Au Pérou, un groupe de 6 individus a été vu en train d'aménager une cavité dans une termitière, à quelques mètres du sol, mais on ne sait pas si cette loge a servi pour la nidification. La ponte, la couvaison et l'élevage des jeunes ne sont pas documentés.

Distribution

Le Jacamar roux se rencontre en Amazonie du Sud-Ouest, au sud du fleuve Amazone et à l'est de la rivière Ucayali, alors que son cousin le Jacamar oreillard vit plus au nord. L'aire de répartition du Jacamar roux est à cheval sur le Brésil, le Pérou et la Bolivie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce est commune dans certaines parties de l'Amazonie brésilienne, plus rarement observée au Pérou. Elle n'est pas considérée comme menacée. La déforestation est un risque à ne pas négliger pour la bonne santé de l'espèce, même si elle semble s'adapter à des milieux forestiers très dégradés.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 10/10/2016 par Régine Le Courtois Nivart © 1996-2017 Oiseaux.net