Jacamar tridactyle

Jacamaralcyon tridactyla - Three-toed Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Jacamaralcyon

  • Espèce
    :

    tridactyla

Descripteur

Vieillot, 1817

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 17.4 à 19.3 g
Distribution

Distribution

Description identification

La tête est châtain-brun, plus brun noirâtre sur la gorge. Il ya des fines rayures chamois doré sur le front, les lores et la gorge. Les plumes de la tête sont souvent ébouriffées. Le dos et la queue échelonnée sont uniformément noirs avec des reflets verts. Le centre de la poitrine et le ventre sont blancs, les côtés de l'abdomen sont gris clair, les sous-caudales grisâtres.
Le bec mesure environ 5cm et est entièrement noir. Les iris sont brun sombre souvent tachés de brun jaunâtre ou de rouge selon l'âge. Les tarses affichent une couleur gris noirâtre. Les pieds sont identiques et n'ont que trois doigts.
Les jacamars tridactyles peuvent âtre confondus avec les jacamars bruns qui leur ressemblent superficiellementet et qui ont aussi des plumes allongées sur la tête.
Les immatures ont des stries dorées moins visibles sur la tête. Ils ont une queue plus courte, un bec plus bref avec une base blanche.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Three-toed Jacamar,
  • Jacamará Tridáctilo,
  • Cuitelão, cavadeira,
  • Dreizehen-Glanzvogel,
  • háromujjú jakamár,
  • Drieteenglansvogel,
  • Jacamar tridattilo,
  • Tretåig jakamar,
  • Tretåjakamar,
  • jagavec trojprstý,
  • leskovec tříprstý,
  • Tretået Jacamar,
  • kolmivarvasjakamari,
  • jacamar tridàctil,
  • złotopiór trójpalczasty,
  • Трёхпалая якамара,
  • ミツユビキリハシ,
  • 三趾鹟鴷,
  • 三趾鶲鴷,

Voix chant et cris

Le chant est une série de courts et relativement faibles sifflements. Le chant émis par le groupe est une association assez complexe de sifflements variés et perçants qui dure parfois plus de 20 secondes. Il est délivré par un groupe de 2 à 6 individus qui émettent en même temps. Le cri le plus courant esr un "churr" rude et grinçant produit à partir d'un perchoir ou en vol.

Habitat

Les jacamars tridactyles fréquentent les forêts semi-caduques et les forêts-galeries. Ils occupent surtout les petits fragments résiduels dont la superficie ne dépasse pas quelques hectares. Ils marquent une nette préférence pour les lisières ou pour les zones dégradées qui sont pourvues de buissons ou de grands arbres épars, souvent à proximité ou le long de cours d'eau, de routes ou de sentiers où les berges et les talus en terre sont présents. Les jacamars tridactyles vivent entre 340 et 1 100 mètres d'altitude. On peut souvent les observer dans les endroits où il y a des enchevêtrements de plantes grimpantes ou dans des sites qui sont très perturbés par les humains, non loin des zones urbaines. Ils tolèrent parfois les zones boisées d'eucalyptus dans lesquelles les sous-bois sont intacts. Par contre, ils ont tendance à éviter les forêts d'arbres à feuilles persistantes qui n'ont pas été modifiées.

Comportement traits de caractère

Les jacamars tridactyles se perchent en groupes de 2 à 10 individus à une hauteur qui varie de 8 à 15 mètres. Parfois, cependant, ils se tiennent à un niveau proche du sol. Ces oiseaux sont souvent observés dans les grands arbres tels que les cécropias, les pois doux (inga), les piptadénias et les eucalyptus ou dans des plantes grimpantes, des massifs de bambous ou des hautes herbes. Les fils électriques et les poteaux de clôtures forment également des perchoirs convenables.
Quand les jacamars tridactyles jaillissent de leur poste pour capturer les proies volantes, ils ne s'éloignent jamais à grande distance des feuillages et ils retournent très souvent à leur perchoir d'origine après leur chasse réussie. Quelquefois ces oiseaux changent de perchoir ou de groupe de perchoirs au bout de 30 minutes. Toutes les expéditions de chasse ne sont pas couronnées de succès. D'après le Handbook, seules 24% des sorties débouchent sur la capture d'une proie.

Alimentation mode et régime

Les jacamars tridactyles consomment principalement des hyménoptères et des lépidoptères. Les diptères et les autres insectes comprenant des demoiselles et des termites ailés, les homoptères, les hémiptères et les coléoptères font également partie du menu. Une étude récente montre que les hyménoptères et en particulier les guêpes constituent la majorité de la diète. Une autre révèle qu'elle est composée d'un mélange de papillons cryptiques, de diptères et d'hyménoptères. En fait, le régime des jacamars tridactyles varie considérablemen en fonction des saisons, de l'importance des précipitations et de l'abondance des insectes. La capture des cigales et des termites ailés est par exemple très fréquente de septembre à décembre, ce qui correspond au début de la saison des pluies.

Reproduction nidification

Les jacamars tridactyles nichent de septembre à février, au paroxysme des précipitations. Ils sont peut-être coloniaux car on a souvent repéré jusqu'à une vingtaine de trous dans la même berge de rivière. Pendant la nidification, ces oiseaux établissent des groupes coopératifs qui rassemblent jusqu'à 5 individus.
Le diamètre du trou d'entrée est de 6 centimètres et demi, la galerie est longue et variable entre 84 et 146 cm. Bien qu'elle soit creusée dans un matériau assez tendre, sa construction met près de 2 mois avant d'être achevée. Les assitants construisent souvent plusieurs trous simultanément, habituellement entre 2 et 7.
La ponte comprend 2 œufs. L'incubation, qui est réalisée principalement par les 2 parents et pour une petite partie par les aides, dure environ 19 ou 20 jours. Les jeunes sont nidicoles et ne prennent leur envol qu'au bout de 28 à 30 jours. Peu de temps après, ils reviennent au tunnel pour se reposer, parfois accompagnés par les adultes. Pendant cette période, les assistants continuent à ravitailler les oisillons.

Distribution

Les jacamars tridactyles sont originaires du centre-est de l'Amérique du Sud, à la même latitude que le tropique du Capricorne. Leur aire de distriibution couvre le sud-est du Brésil (Minas Gerais, Espirito Santo, Rio de Janeiro, Sao Paulo et Paranà). Cette espèce est monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en races. Elle est assez proche des oiseaux du genre Brachygalba, surtout le Jacamar brun, mais elle demeure isolée par la structure de son pied, les plumes allongées de sa tête et ses mœurs grégaires.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Sans doute en raison de son aire restreinte, cet oiseau est considéré comme en danger (EN). Autrefois, le jacamar tridactyle était très abondant, mais son aire de distribution et ses effectifs ont subi au cours de ces dernières années un déclin très dramatique. Des rapports récents le signale dans le centre et dans le sud du Minas Gerais ainsi que dans l'état de Rio de Janeiro. Par contre, il a disparu d'Espirito Santo depuis 1940, de Sao Paulo depuis 1970 et du Paranà depuis 1961. La population globale est estimée à présent à moins de 1 000 individus.
Apparemment, le jacamar tridactyle préfère s'accomoder aux habitats dégradés et tolère les perturbations provoquées par les humains. Du coup, son absence dans les habitats qui lui conviennent ne sont pas toujours bien compris. La perte de l'habitat et le manque de sites de repos et de nidification peuvent être considérés comme les principales menaces qui atteignent cet oiseau. Sur son aire de distribution reduite, il bénéficie toutefois de quelques zones où il est entièrement protégé.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Jacamar tridactyleFiche créée le 26/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net