Loriquet vert

Trichoglossus chlorolepidotus - Scaly-breasted Lorikeet

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittaculidés

  • Genre
    :

    Trichoglossus

  • Espèce
    :

    chlorolepidotus

Descripteur

Kuhl, 1820

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 75 à 95 g
Longévité

15 ans

Distribution

Distribution

Description identification

En plumage adulte, les deux sexes sont identiques, c'est à dire qu'ils présentent un ensemble d'apparence verte. Le capuchon et les côtés de la tête sont vert-émeraude avec une légère nuance bleue. Les plumes de l'arrière du cou, de la gorge et de la poitrine sont jaunes, avec de larges extrémités vertes, ce qui donne à ces parties, un aspect fortement écaillé. Le dessus de la queue est vert, mais la base des rectrices externes porte des taches rouge-orange. La partie basse des flancs, les cuisses et les sous-caudales forment un ensemble vert fortement marqué de jaune. Le dessous des ailes est rouge-orange excepté le bord de traîne et les pointes qui sont de couleur sombre. Le bec est rouge-corail, les pattes sont généralement gris-brun.
Les juvéniles ressemblent aux adultes mais leur queue est plus courte. Leurs iris sont brun clair ou noirs. Leur bec est brun avec des marques jaunes ou orange avec des taches brunes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Scaly-breasted Lorikeet,
  • Lori Escuamiverde,
  • Lóris-verde-de-peito-escamosos,
  • Schuppenlori,
  • pikkelyes lóri,
  • Schubbenlori,
  • Lorichetto pettosquamato,
  • Gulvattrad lorikit,
  • Gulskjellori,
  • lori žltoškvrnitý,
  • lori žlutoskvrnný,
  • Skælbrystet Lori,
  • suomuluri,
  • lori de pit escatós,
  • lorysa zielonogłowa,
  • Чешуйчатогрудый лорикет,
  • コセイガイインコ,
  • 鳞胸鹦鹉,
  • 鱗胸吸蜜鸚鵡,

Voix chant et cris

Les loriquets verts ont un répertoire assez varié qui s'adapte à toutes les situations : en vol, ils émettent des cris stridents, métalliques, roulants et continus. Lorsqu'ils se restaurent, ils produisent des bavardages stridents. Au repos, on peut entendre des gazouillis faibles et doux. A l'approche de la saison nuptiale, les loriquets peuvent être bruyants. De même, quand ils recherchent leur pitance, ils émettent souvent des gazouillements ou des cris rauques et puissants.

Habitat

Les loriquets verts fréquentent un grand nombre d'habitats boisés, y compris les parcs et les jardins situés à la périphérie des villes ainsi que les terres cultivées où les arbres en floraison sont présents. On les trouve généralement dans les zones côtières et sur les plateaux avoisinants. Ils sont moins nombreux que les loriquets à tête bleue et ils se distinguent de ces derniers par le choix d'un habitat légèrement différent. En effet, ils marquent habituellement une nette préférence pour les terres agricoles et pour les broussailles du littoral qui sont dominées par les arbres du genre Banksia. On les trouve également parfois le long des cours d'eau à l'ouest de la cordillière australienne. Ils peuvent grimper jusqu'à 600 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les loriquets verts ont des habitudes assez similaires à celles des loriquets à tête bleue. Il n'est d'ailleurs pas rare de les trouver ensemble au sein de bandes mixtes où l'une des deux espèces surpasse généralement l'autre en nombre. La plupart du temps, les loriquets verts vivent en couples ou en petites bandes pouvant atteindre 10 individus. Ils sont surtout actifs à l'aube, peu de temps après que les dortoirs communs se soient dispersés. Ils reprennent leurs activités en soirée puis ils regagnent leurs lieux de repos au sein de vols nombreux qui ne passent pas inaperçus. Les loriquets verts errent localement. Ces courts déplacements sont motivés par la recherche de nourriture. Lors de la floraison des arbres, de grands regroupements peuvent intervenir si les ressources sont abondantes. La dispersion des groupes s'effectue dès la fin de la floraison. Dans les districts urbains, les loriquets sont sédentaires car les sources de nourriture sont abondantes dans les jardins pendant toute l'année. Les loriquets verts sont particulièrement friants de fruits cultivés, ce qui n'est pas sans poser de problèmes, car ils causent de nombreux dommages dans les vergers. Ces oiseaux ont un vol rapide et direct. Quand ils sont dans les airs, ils sont immédiatement identifiables à leur tête toute verte et à leur dessous des ailes d'un rouge-orange éclatant.
Le vol : Quand ils volent au-dessus de la cime des arbres avec des battements rapides, leurs ailes produisent un vrombissement ou un ronflement qui est très facilement audible.

Alimentation mode et régime

Les loriquets verts ont un régime assez similaire à celui du Loriquet à tête bleue. Les deux espèces se nourrissent principalement de nectar et de pollen provenant en particulier des fleurs du niaouli (Melaleuca quinquenervia). Elles consomment aussi des fleurs, des baies, des fruits, des graines ainsi que des petits insectes et leurs larves. Ce sont de grands amateurs de fruits cultivés. Elles pénètrent également dans les champs de sorgho et de maïs car elles raffolent de petits grains laiteux non mûrs.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mai à février dans le nord de l'aire de distribution où elle semble liée à la chute des précipitations. Dans l'état de Victoria et dans le sud, elle a lieu du mois d'août jusqu'au mois de janvier. Les loriquets verts nichent dans des cavités d'arbres, généralement à une assez grande hauteur au-dessus du sol. Ils recouvrent le fond du nid d'une couche de sciure de bois puis ils y déposent deux ou trois oeufs de couleur blanche et de forme ovale. L'incubation dure environ 25 jours. Le mâle passe une grande partie de son temps à proximité du creux mais ne semble pas prendre part à l'incubation. Les deux parents nourrissent ensemble les oisillons qui quittent le nid dans un délai qui varie de 6 à 8 semaines après l'éclosion.

Distribution

Les loriquets verts sont endémiques du continent australien. Leur aire de distribution s'étend de Bomaga, à l'extrême pointe nord du Queensland jusqu'au district d'Illawarra, sur la côte sud des Nouvelles-Galles-du-Sud. Ces oiseaux sont sédentaires et abondants dans le nord, nomadiques et moins nombreux dans le sud. Ils ont été introduits dans le district de Melbourne, dans l'état de Victoria.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le loriquet vert n'est pas globalement menacé. Sa répartition est assez inégale . Au centre de son aire (sud-est du Queensland et nord-est des Nouvelles-Galles-du-Sud), il est très répandu et on peut apercevoir de grandes troupes. En bordure de cette zone, il diminue progressivement quand on va vers le nord et vers le sud.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/03/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net