Martin-chasseur de Caroline

Tanysiptera carolinae - Numfor Paradise Kingfisher

Systématique
  • Ordre
    :

    Coraciiformes

  • Famille
    :

    Alcédinidés

  • Genre
    :

    Tanysiptera

  • Espèce
    :

    carolinae

Descripteur

Schlegel, 1871

Biométrie
  • Taille
    : 38 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Les sexes sont semblables. La tête, le corps et les ailes affichent une couleur bleu-violet qui n'est pas uniforme. La teinte est plus vive sur le capuchon et le poignet de l'aile, plus foncée, presque noirâtre sur les scapulaires et sur les tertiaires. Le bas du dos, le croupion, les couvertures sus et sous-caudales sont blancs. La queue est blanche. Les rectrices centrales sont prolongées par deux longs filets dont l'axe bleu foncé est nu sur 12 centimètres et se termine par une raquette blanche. Le dessous des ailes est noir. Le bec est rouge, l'iris brun foncé. Les pattes sont brun-olive terne.
Les juvéniles diffèrent des adultes par bien des points. A l'instar de leurs parents, ils ont une tête et un dessus bleu-violet, un croupion et des sus-caudales blancs, mais ces derniers sont teintés de roux avec des fines stries noires. D'autre part, la queue noirâtre est teintée de bleu avec des traits blancs. Les parties inférieures sont encore plus différentes : menton et gorge cannelle, poitrine et ventre roussâtres avec quelques plumes noir violacé. Toutefois, comme les adultes, les sous caudales sont blanches.
Cette espèce ne peut être confondue avec aucune autre. Dans l'île de Numfoor, il n'existe aucun autre oiseau du genre tanysiptera, mais seulement quatre kookaburras et martins-chasseurs.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Numfor Paradise Kingfisher,
  • Alción Colilargo de la Numfor,
  • Numforliest,
  • numfori lesőmadár,
  • Numforvlagstaartijsvogel,
  • Martin pescatore del paradiso di Numfor,
  • Numforparadisflugsnappare,
  • Numforisfugl,
  • rybárikovec modrobruchý,
  • ledňáček numforský,
  • Blåbrystet Paradisisfugl,
  • numforinparatiisikalastaja,
  • alció del paradís de l'illa Numfor,
  • sterowik niebieskobrzuchy,
  • Райский зимородок Каролины,
  • Cekakak-pita numfor,
  • アオムネラケットカワセミ,
  • 蓝仙翡翠,
  • 藍極樂翡翠,

Voix chant et cris

Selon une information ancienne que l'on doit prendre avec beaucoup de réserve même si elle a été publiée, son cri le plus commun ressemblerait au chant du Coucou gris (canulus canorus). Cette information paraît peu vraisemblable.

Habitat

Le martin-chasseur de Caroline est une espèce commune et très répandue dans tous les habitats de plaine, y compris la végétation du littoral et les zones boisées qui ont subi des dommages importants. Son habitat-type est constitué par les forêts et les milieux ouverts. Il habite l'île de Numfoor (330 km carrés), située au milieu de la baie de Geelvink au nord-est de la Nouvelle-Guinée, dans la partie indonésienne (autrefois Irian Jaya).

Comportement traits de caractère

Il est très mal connu. On pense qu'il n'est pas très éloigné de celui du martin-chasseur du paradis (Tanysiptera galatea) qui habite dans les îles voisines de la Papouasie Occidentale. Si tel est le cas, les martins-chasseurs de Caroline chassent à l'affût, perchés et dissimulés dans l'ombre des sous-bois. Lorsqu'ils surveillent, ils restent longtemps perchés, figés, remuant seulement la tête pour épier leurs proies, même s'il leur arrive de lever et de baisser parfois la queue. Les martins-chasseurs de Caroline capturent la plupart de leurs proies à terre. Ils les prennent dans leur bec et les frappent contre leur perchoir jusqu'à ce qu'elles soient inertes ou amputées de leurs membres. Ils chassent également les insectes dans les feuillages. Ils capturent des vers de terre en écartant la litière des zones humides ou en creusant dans la boue avec leur bec. Le ver est extrait et porté sur une branche basse ou il est tapé puis malaxé dans le bec pendant une minute au maximum.
Comme le martin-chasseur du paradis, ils se baignent également en rasant la surface de l'eau des mares puis ils regagnent leur perchoir pour se lisser les plumes. Comme lui, les martins-chasseurs de Caroline sont vraisemblablement territoriaux, chassant les intrus et émettant des chants auxquels leurs congénères répondent.

Alimentation mode et régime

Les martins-chasseurs de Caroline ont un régime exclusivement carnivore. Ils consomment des sauterelles, des coléoptères, des escargots et vraisemblablement une grande variété d'autres petits invertébrés.

Reproduction nidification

On ne possède aucun renseignement. Les autres tanysypteras ( galatea, hydrocharis, Sylvia) utilisent des termitières arboricoles.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Bien que leurs effectifs soient en principe assez nombreux et que l'espèce semble en surêté même à l'intérieur d'espaces nettement dégradés par l'abattage et l'agriculture de subsistance , une question pose problème : on ne connait pas exactement leurs exigences en matière d'habitat et on ignore s'ils arriveront à supporter dans l'avenir une pression supérieure à celle qui existe aujourd'hui. Pour l'instant, bien que des zones de réserve aient été proposées, aucune mesure concrète de protection n'à été prise

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Martin-chasseur de CarolineFiche créée le 24/10/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net