Merle à miroir

Turdus aurantius - White-chinned Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    aurantius

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 27 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 82 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Les sexes sont identiques. Chez les adultes, le front, le dessus de la tête, la nuque et la face sont noir fuligineux. Chez certains individus, la face est striée ou tachée de pâle alors que chez d'autres, elle est aussi foncée que le capuchon. Le manteau, le dos, les scapulaires, le croupion et les couvertures sus-caudales sont gris sombre avec une nuance brune ou brun foncé. Les ailes et la queue sont uniformément brunes, mais pas aussi sombres que la calotte. Les grandes couvertures ont une large bordure blanche sur les vexilles internes, ce qui forme un net miroir sur le milieu de l'aile. Les rémiges ont des bordures extérieures gris-ardoise foncé. Les couvertures sous-alaires affichent une couleur ardoise avec un bord de traîne blanc.
Le menton est blanchâtre, la gorge gris-brun ou plus pâle chez certains individus. Le reste des parties inférieures est chamois grisâtre excepté le ventre et la zone anale qui sont chamois clair. Dans certains cas, les plumes de la poitrine peuvent avoir des terminaisons blanchâtres. Les couvertures sous-caudales sont gris-brun, occasionnellement avec des pointes blanches.
Le bec est jaune-orange éclatant avec un bout noir. Les iris sont bruns ou brun-orange. Les pattes et les pieds varient du jaune terne à l'orange jaunâtre.
Les juvéniles ressemblent aux adultes mais la zone qui va du capuchon jusqu'au haut du dos est brun rougeâtre. La poitrine et les flancs sont également brun-roux. La tache blanche sur le menton est absente ou réduite.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-chinned Thrush,
  • Zorzal Gorgiblanco,
  • Weißkinndrossel,
  • aranyrigó,
  • Witkinlijster,
  • Tordo mentobianco,
  • Vithakad trast,
  • Hvithaketrost,
  • drozd zrkadlový,
  • drozd bělobradý,
  • Jamaicadrossel,
  • jamaikanrastas,
  • merla golablanca,
  • drozd białobrody,
  • Ямайский дрозд,
  • アゴシロツグミ,
  • 白颏鸫,
  • 白頦鶇,

Voix chant et cris

Pendant la période de nidification, le merle à miroir émet un chant rythmé et musical composé de sifflements stridents "p'lice p'lice", "piuu" ou des "wuichu wichu wichu" qui sont répétés à de multiples reprises. On peut également entendre un "kek" sonnant et monotone qui est délivré sur le ton de la réprimande. Le cri d'alarme est une série de notes qui ressemblent à celles du Merle noir (Turdus merula).
Le chant principal est lent et rythmé, il contient des notes étirées et stridentes qui vont généralement par paires "ture-tee-too-too-tee-tee" et il rappelle un peu celui du merle américain, quoique plus doux et plus en sourdine. Le merle à miroir chante surtout à l'aube. On l'entend principalement de la fin de février au mois d'août.

Habitat

Les merles à miroir vivent dans les zones de collines et de montagnes où ils affectionnent particulièrement les habitats boisés. Cependant, ils pénètrent également dans les plantations d'agrumes et de bananiers, dans les pâtures et dans les jardins où ils trouvent des ressources alimentaires qui leur conviennent. Sur le littoral nord et sur la côte sud-ouest, ces oiseaux fréquentent des lieux proches du niveau de la mer. Cette espèce tolère plus facilement les habitats dégradés que le merle aux yeux blancs (Turdus jamaicensis). Lorsque la luminosité est faible, c'est à dire au crépuscule ou après les pluies, elle aime s'aventurer sur le bord des routes.

Comportement traits de caractère

Les merles à miroir vivent généralement en solitaire ou en couple, mais ils peuvent parfois se percher en colonies lâches. Ils adoptent un comportement qui est assez semblable à celui de la majorité des turdidés car ils passent de longs moments à terre. Quand ils sont dans les arbres ou sur le sol, leur queue est maintenue à grande hauteur ou à moitié dressée au-dessus du dos. Quand ils sont alarmés ou qu'ils se sentent nerveux, les merles à miroir agitent rapidement leur queue et laissent tomber leurs ailes le long du corps. Ce sont des oiseaux très actifs qu'on peut assez facilement observer. Toutefois, ils peuvent s'avérer extrêmement discrets et dans ces cas là, on les entend plus qu'on ne les voit. Les merles à miroir ont un vol bas et rapide, en particulier lorsqu'ils fuient et qu'ils émettent leur cri d'alarme.
Ils sont sédentaires, néanmoins les jeunes de première année migrent éventuellement à des altitudes plus modestes pendant la saison hivernale.

Alimentation mode et régime

Les merles à miroir consomment des limaces, des escargots, des insectes et leurs larves, des vers de terre, des baies, des grenouilles, des crapauds arboricoles, des petites souris, des jeunes oisillons à l'envol et des lézards. Les lézards constituent un part très importante de la diète. Les fruits représentent généralement plus de 40% du menu et appartiennent à de nombreuses familles : Lauracées, Burséracées, Sapotacées, Rutacées, Sapindacées, Araliacées et Solanacées. Ces oiseaux ingurgitent également des graines de fruits cultivés comme celles des agrumes et des bananes.
Les jeunes oisillons recoivent surtout des lézards et des vers de terre pré-mastiqués, des petites bestioles et des criquets. Les merles à miroir recherchent leur nourriture à terre dans la litière de feuilles, occasionnellement, ils fouillent dans les déjections de bétail.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule de mai à juillet. Les secondes couvées peuvent se prolonger jusqu'au mois d'août. Le nid est une coupe volumineuse et plutôt négligée, construite principalement avec des feuilles, des fibres végétales et des brindilles. Il est placé dans un arbuste, une touffe de broméliacées, à la base d'une fronde de palmier, à l'intérieur d'une souche ou sur la fourche d'une branche. La ponte comprend entre 2 et 4 œufs blanc terne ou vert pâle avec de fines taches brun rougeâtre. Les merles à miroir mènent à terme deux nichées dans la saison. La durée d'incubation est habituellement de 16 jours. La seconde couvée commence 11 jour après que les jeunes de la première couvée se soient envolés.

Distribution

Les merles à miroir sont endémiques de le Jamaïque. Bien qu'ils préfèrent les habitats montagneux, on les trouve sur pratiquement toute la superficie de l'île, y compris à très basse altitude sur les côtes nord et sud-ouest.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les merles à miroir sont des oiseaux très communs. D'après Birdlife , leur aire de distribution a une superficie égale à 11 000 kilomètres carrés. Les effectifs sont inconnus mais paraissent stables.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/06/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net