Merle à tête grise

Turdus rubrocanus - Chestnut Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    rubrocanus

Descripteur

Gray, JE Gray, GR, 1847

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 84 à 100 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Merle à tête grise
adulte

Les sexes sont différents. Chez le mâle adulte, la tête et la face jusqu'aux côtés du cou sont gris cendré pâle ou gris teinté de brun, devenant plus pâle ou plus blanc et formant une sorte de large collier clair sur le manteau, la gorge, la nuque et les côtés de la poitrine. L'anneau oculaire est jaune. L'ensemble qui englobe le manteau, les scapulaires, le dos, le croupion et les couvertures sus-caudaules est châtain. Les ailes et la queue sont noires, avec des liserés brillants sur les couvertures, les scapulaires et les rectrices extérieures. Le dessous des ailes affiche une couleur brun sombre à noirâtre avec des liserés roux ou châtain sur les grandes couvertures. Les côtés de la partie basse de la poitrine, le haut du ventre et les flancs sont châtain, contrastant avec le centre du ventre blanc parfois taché de marques et de barres noirâtres. Les plumes des couvertures sous-caudales sont noires avec de larges centres blancs. Le bec est jaune, plus terne en dehors de la période nuptiale. Les pattes et les pieds sont jaune brunâtre défraîchi.
La femelle ressemble au mâle, mais elle paraît plus brune et plus terne. La tête, la face et la nuque sont gris-cendre plus terne et sont nuancés de chamois-brun. De plus, elles sont souvent ponctuées ou striées de gris-brun au niveau de la partie inférieure de la gorge. Les ailes et la queue sont brunes (et non pas noires). Le châtain du corps est plus terne avec des extrémités chamois grisâtre sur les plumes de la poitrine, du ventre et des flancs. Les couvertures sous-caudales sont semblables à celles du mâle.
Les juvéniles se distinguent des adultes par leur tête brun pâle et non pas gris cendré.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Turdus rubrocanus rubrocanus (e Afghanistan, nw Himalayas and s Tibet)
  • Turdus rubrocanus gouldii (e Tibet to c and sw China)

Noms étrangers

  • Chestnut Thrush,
  • Zorzal Castaño,
  • Kastaniendrossel,
  • gesztenyebarna rigó,
  • Kastanjelijster,
  • Tordo castano,
  • Kastanjetrast,
  • Kastanjetrost,
  • drozd gaštanový,
  • drozd šedohlavý,
  • Kastanjedrossel,
  • harmaahuppurastas,
  • merla capgrisa,
  • drozd kasztanowaty,
  • pelēkgalvas strazds,
  • Каштановый дрозд,
  • クリイロツグミ,
  • 灰头鸫,
  • นกเดินดงสีน้ำตาลแดง,
  • 灰頭鶇,

Voix chant et cris

Son cri de contact est semblable au 'chuck-chuck' du Merle noir alors que le cri d'alarme est un 'kwik-kwik-kwik-kwik' rapide et répété. Son chant rappelle celui de la Grive musicienne en timbre et en qualité, mais son rythme est moins soutenu et il comporte de plus longues pauses. Ce sont de courtes phrases gazouillées qui sont répétées de nombreuses fois avant d'être changées. Elles sont habituellement délivrées à partir du sommet d'un conifère le matin et encore avant le crépuscule. La période des chants bat son plein à partir du mois d'avril et dure jusqu'au mois de juillet. Cependant les émissions se font plus rares à partir de la fin du mois de juin et du début du mois de juillet.

Habitat

Les merles à tête grise nichent à la fois dans les forêts de conifères et dans les forêts mixtes composées essentiellement de sapins, de bouleaux et de marronniers. Ces forêts, situées entre 2300 et 3300 mètres et parfois plus, possèdent habituellement un sol recouvert d'une bonne litière végétale. On les trouve également sur les collines boisées de feuillus et dans les régions recouvertes de parcelles éparses. En hiver, ils s'installent dans le même genre d'habitats, mais à des altitudes inférieures aux alentours de 1500 mètres. A cette période, ils sont aussi présents dans les vergers et les plantations d'arbres fruitiers. Il existe deux sous-espèces qui correspondent à 2 implantations géographiques différentes : la race nominale rubrocanus rubrocanus occupe la partie occidentale de l'aire de distribution. On la trouve depuis la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan jusqu'au Sikkim, en passant par le Cachemire, le Ladakh, les provinces himalayennes du nord de l'Inde, et le Népal. La race Gouldii occupe la partie orientale : on la trouve à partir de l'est de l'Arunchal Pradesh jusqu'au Hubei, dans le centre de la Chine, en passant par le sud-est du Tibet, le Sichuan, le nord du Yunnan, l'est du Qinghai, le nord du Gansu, le Ningxia et le sud du Shaanxi.

Comportement traits de caractère

C'est une espèce timide et discrète, se perchant principalement au sommet des arbres. Pendant la saison de nidification, elle vit en solitaire ou en couples. En hiver, on la trouve en petites bandes, occasionnellement en association avec des merles à collier blanc (Turdus albocinctus), des merles à ailes grises (Turdus boulboul) et des grives à gorge noire (Turdus atrogularis). Les merles à tête grise recherchent leur nourriture à terre, mais aussi dans les buissons et dans les arbres. Ils quadrillent habituellement les zones les plus retirées et les plus denses de la forêt, s'aventurant rarement à découvert.
C'est un migrant altitudinal. Dès le début de la mauvaise saison, c'est à dire à partir de septembre-octobre, et surtout en cas de climat extrêmement rigoureux, les merles à tête grise descendent à de plus basses altitudes. Cependant certains oiseaux choisissent de rester à des altitudes relativement importantes jusqu'à début novembre. Les années où les ressources alimentaires viennent à manquer, les merles à tête grise vagabondent ou envahissent en bandes les territoires situés au sud de leur aire normale d'hivernage.

Alimentation mode et régime

Les merles à tête grise consomment surtout des invertébrés (fourmis, coléoptères, mille-pattes, sauterelles, chenilles, nymphes, limaces et petits escargots). Ils ingurgitent également des graines et des baies. Ils sont réputés pour se nourrir de fruits, en particulier des poires sauvages. Ils visitent les rhododendrons en fleurs pour y prélever du nectar.

Reproduction nidification

La saison de nidification intervient d'avril à fin juin. Le nid est une structure en forme de coupe construite avec des herbes, de la mousse, des tiges, des brindilles, des racines, des feuilles mortes enduites de boue, des herbes plus fines et des aiguilles de pin. Il est généralement placé dans un arbre ou un jeune arbuste, à la confluence du tronc et d'un branche principale ou dans une enchevêtrement de branches denses, environ à trois mètres 50 au-dessus du sol. Il peut également être situé à terre sur une berge, entre les racines d'un arbre tombé, sur une corniche, ou dans une cavité d'arbre. La ponte comprend deux à quatre oeufs (exceptionnellement 5), de couleur vert clair, bleu verdâtre, ou gris. Ils sont recouverts de petits points ou de taches brun rougeâtre ou violet pâle. L'incubation et la construction du nid sont le domaine exclusif de la femelle.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Merle à tête griseFiche créée le 15/08/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net