Merle à ventre fauve

Turdus fulviventris - Chestnut-bellied Thrush

Merle à ventre fauve

Turdus fulviventris

(Sclater, PL, 1858)


Ordre : Passériformes

Famille : Turdidés  ;

Genre : Turdus

Espèce : fulviventris

Espèce monotypique

Chant :

Biométrie :

Taille : 25 cm
Envergure : -
Poids : 69 à 71 g

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : drozd oranžovobřichý (cs), Orangebuget Drossel (da), Ockerbauchdrossel (de), Chestnut-bellied Thrush (en), Zorzal Ventricastaño (es), punavatsarastas (fi), okkersárgahasú rigó (hu), Tordo panciacastana (it), クロハラツグミ (ja), Oransjebuktrost (nb), Bruinbuiklijster (nl), drozd kordylierski (pl), Sabía-de-barriga-castanha (pt), Желтобрюхий дрозд (ru), drozd okrovobruchý (sk), Orangebukad trast (sv), 栗腹鸫 (zh)

Identification :
Merle à ventre fauve Les sexes sont presque semblables mais quelques détails permettent de les distinguer.
Chez les mâles adultes, la totalité de la tête jusqu'au menton et à la gorge, les côtés du cou et la nuque sont brun noirâtre fuligineux, mais le capuchon est légèrement plus sombre. La gorge porte parfois des stries grisâtres. Le noir de la tête se transforme en brun-gris ardoisé sur les parties supérieures, le croupion, les sus-caudales, les scapulaires, les parties intérieures des couvertures alaires et le bord des tertiaires, marquant un contraste saisissant au niveau de la nuque. Du brun foncé est visible sur l'extérieur des grandes couvertures, sur l'alula, les couvertures primaires et les rémiges. Les secondaires affichent une couleur semblable mais Merle à ventre fauve elles ont de larges bordures brun-gris ardoisé. La queue est noir brunâtre foncé, avec des rectrices extérieures plus pâles.
La zone qui va des côtés du cou à la poitrine est grise à gris-olive avec une nuance chamois-brun. Le bas de la poitrine, les flancs et le ventre sont orange éclatant ou roux, devenant gris et blanchâtre ou gris-olive sur les sous-caudales. Le dessous des ailes ont des couvertures orange brillant et des rémiges blanc argenté. Le bec varie du jaune au jaune-orange, les iris sont sombres avec un fin anneau orange. Les pattes et les pieds sont brun jaunâtre.
Chez les femelles adultes, le plumage est assez semblable à celui du mâle mais le dessus est un peu plus brun et plus terne. La couleur Merle à ventre fauve de la tête est plus brune et moins contrastée par rapport au reste des parties supérieures. La gorge grise est abondamment striée de noir. Les joues et les oreillons sont mouchetés de gris. Les pattes sont brun-chair.
Les oisillons et les juvéniles sont peu décrits. Les immatures de première année sont assez semblables à leurs parents mais la calotte et la nuque sont parfois plus sombres et les scapulaires ainsi que le haut du manteau ont un apport variable de stries orange. Les plumes des grandes et des moyennes couvertures ont des rachis orange qui s'élargissent aux extrémités. Le menton, la gorge, les côtés du cou et la poitrine sont finement barrés d'orange et de brun foncé. Le reste des parties inférieures est orange terne à châtain-orange, avec des indications de barres sur le bas de la poitrine et sur les flancs.

Chant : Le cri est un "peent" insignifiant et monotone. Le chant est une lente série de phrases typiques des turdidés. Il est délivré de façon hésitante et il rappelle à bien des égards celui du merle à froc noir (Turdus olivater), mais il est plus musical et il possède certaines notes plus rudes et plus aiguës ainsi que d'autres qui forment des trilles. Le tout donne une expression assez complexe qui est restituée de la façon suivante : "che'e e-chert chee-rtee e'r't, chu-wurt, titi, t't 't' ett....peert...peet-peet...wit-wit...tooooo-oo-oo". Le chant peut également contenir d'autres sortes de trilles, des bourdonnements et des imitations d'autres espèces, notamment celle du toucan tocard (Ramphastos ambiguus). Les merles à ventre fauve chantent à partir du sommet des arbres ou des branches les plus hautes de la canopée.

Habitat : Les merles à ventre fauve vivent entre 1 300 et 2 700 mètres d'altitude dans les forêts subtropicales de nuages dont les troncs sont recouverts de mousse. On les trouve plus particulièrement dans les zones boisées qui sont situées sur les pentes abruptes des collines. Cependant, on peut aussi les apercevoir à la lisière des forêts, y compris au bord des routes, dans les clairières, dans les parcelles en cours de régénération et dans certaines zones de broussailles. Dans le nord du Pérou, les merles à ventre fauve résident dans les zones de páramo, qui est un biotope d'altitude pourvu de petits buissons et qu'on trouve dans la cordillière des Andes, entre la limite des forêts et les neiges éternelles.

Distribution : Les merles à ventre fauve sont originaires du continent sud-américain. Leur aire de distribution est morcelée en 2 parties bien distinctes. La première va du nord-ouest et de l'ouest du Venezuela, se poursuit en Colombie sur le versant oriental des Andes et finit au centre de l'Equateur dans la province de Cajamarca. La seconde partie couvre l'extrême nord du Pérou. En dépit des 2 zones séparées par plusieurs centaines de kilomètres, l'espèce est considérée comme monotypique.

Comportements : Leurs mœurs sont assez semblables à celles du merle américain (Turdus migratorius). Les merles à ventre fauve vivent généralement en solitaire ou en couples. Ils sautillent fréquemment sur le sol et à tous les niveaux des buissons et des arbres où ils recherchent principalement des fruits et des baies. Comme de nombreuses espèces tropicales, ils sont sédentaires.

Nidification : Cette partie de son activité est très peu connue. Au Pérou, la saison de nidification se déroule de janvier à juin. Les jeunes à l'envol et les immatures sont visibles de février à juillet. En Colombie, la période de reproduction a lieu d'avril à août, au Venezuela de mai à juillet. Pas d'autres informations.

Régime : Les merles à ventre fauve se nourrissent de fruits qu'ils trouvent généralement dans les arbres. Toutefois, on les trouve rarement dans les arbres fruitiers en compagnie d'autres espèces de turdidés ou d'oiseaux frugivores. Ils prospectent parfois à terre dans la litière où ils retournent les feuilles de façon latérale avec leur bec. Ils cherchent également leurs aliments dans les zones ouvertes telles que les clairières et le bord des routes.

Protection / Menaces : Les merles à ventre fauve sont des résidents peu communs. Dans nulle partie de leur aire, ils ne sont répandus. Au Venezuela, ils sont rares, en Colombie, ils ne sont courants que localement et leurs zones d'occupation sont très morcelées. En Equateur, les populations semblent plus nombreuses dans le sud que dans le nord.
D'après Birdlife, l'aire de distribution est légèrement supérieure à 71 000 kilomètres carrés. Le population globale n'est pas quantifiée mais semble en déclin en raison de la dégradation de l'habitat. Néanmoins, elle n'est pas en danger et elle est classée comme de préoccupation moindre.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : Le Merle
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 28/11/2012 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 20/08/2014 04:34:20 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Merle à ventre fauve