Merle du Japon

Turdus cardis - Japanese Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    cardis

Descripteur

Temminck, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Les sexes sont différents. Chez le mâle, la tête entière, la zone qui va de la face au manteau et à la poitrine sont noir de jais. Certains individus ont un menton plus pâle ou blanchâtre. Le haut du dos, les scapulaires jusqu'au croupion et les couvertures sus-caudales sont gris-ardoise, plus foncé ou légèrement nuancé de bleuâtre chez certains oiseaux. La queue est noire de jais mais avec de fines bordures grises sur les rectrices extérieures. Les grandes et les moyennes couvertures sont noires avec des liserés gris-ardoise. L'alula et les couvertures primaires sont noirs. Les rémiges et les tertiaires sont également noir de jais avec des très fines bordures grises. Les plumes des couvertures sous-alaires sont gris-ardoise avec des pointes orange.
Le bas de la poitrine, le ventre et les sous-caudales sont blancs avec de larges taches sombres. Le ventre est souvent sans taches et les motifs des flancs fusionnent souvent pour former une sorte de salissure ou de bavure grise. Au printemps et en été, le bec est jaune éclatant tandis qu'en automne et en hiver, il devient brunâtre ou brun-corne, particulièrement sur le culmen. Les iris sont bruns avec un anneau orbital jaune. Les pattes et les pieds sont jaunâtre clair.
Chez la femelle, les parties supérieures du front et du capuchon jusqu'au dos sont brun-olive avec une nuance grise. Le croupion et les sous-caudales sont identiques mais avec une teinte plus grisâtre. La queue est gris-brun avec des liserés gris pâle sur les rectrices externes. La face affiche une couleur brun chaud avec des motifs plus foncés et une sorte de moustache. Les ailes sont semblables aux parties supérieures mais les différentes couvertures ont des variables bordures brun-rouille. Le menton et la gorge sont blanchâtres avec des stries sombres qui continuent en taches noirâtres sur les côtés et le centre de la poitrine. Les parties inférieures sont majoritairement blanches mais les côtés de la poitrine présentent une couleur orange à chamois-rouille qui se poursuit sur les flancs et les couvertures sous-caudales. Les taches de la poitrine se poursuivent éventuellement sur le ventre et sur le bas des flancs où elles prennent la forme de chevrons. Le bec varie du jaune pâle à la couleur corne selon les saisons.
Les juvéniles varient du brun au brun-olive avec des stries chamois clair et des extrémités sombres sur les plumes du dessus. Le dessous est chamois avec des taches brunes, excepté le ventre qui est plus blanc, ce qui les fait ressembler aux juvéniles des grives à ailes rousses (Turdus eunomus).

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Japanese Thrush,
  • Zorzal Japonés,
  • Scheckendrossel,
  • foltos rigó,
  • Zwartkaplijster,
  • Tordo del Giappone,
  • Svartvit trast,
  • Hjertetrost,
  • drozd strakatý,
  • drozd japonský,
  • Hvidbuget Solsort,
  • japaninnokirastas,
  • tord del Japó,
  • drozd japoński,
  • Japānas strazds,
  • Белобрюхий дрозд,
  • クロツグミ,
  • 乌灰鸫,
  • นกเดินดงพันธุ์ญี่ปุ่น,
  • 烏灰鶇,

Voix chant et cris

Le matin et le soir, les merles du Japon vocalisent à partir du sommet des arbres. Leur chant est riche en qualité, long, gazouillant, variant beaucoup en hauteur, rappelant par son rythme celui de la Grive musicienne (Turdus philomelos) et par sa tonalité celui du Merle noir (Turdus merula). Le cri le plus courant est un "tsweeee" ou un "tsuuuu". On peut également entendre un "chuck" profond.

Habitat

Les merles du Japon nichent dans les zones boisées denses et bien ombragées. Ils installent également leur nid dans les forêts de collines ou de montagne entre 400 et 1 500 mètres. Il arrive toutefois qu'à cette période de l'année, on puisse les observer dans les boisements proches du littoral, comme c'est le cas dans le nord du Japon. En dehors de la période de reproduction, ces oiseaux occupent les parcelles d'arbres à feuilles caduques et les peuplements mixtes qui sont pourvus de broussailles, d'arbustes et d'un sous-bois clairsemé. Ils préfèrent généralement les vallées boisées dans lesquelles circule une rivière ou un cours d'eau. Néanmoins, au Japon, ces merles apprécient aussi les bouquets d'arbres épars, les jardins des cimetières ou ceux qui sont situés sur les collines.
Pendant la migration, les merles du Japon fréquentent le même type d'habitats, mais également les boisements de plaine, les fourrés et les lisières des terres cultivées.

Comportement traits de caractère

Les merles du Japon sont timides et extrêmement discrets. A bien des égards, ils ont une attitude assez semblable à celle de la plupart des turdidés. Ces passereaux de moyenne taille vivent généralement en solitaire ou en couples. Cependant, pendant la période hivernale, ils s'associent avec les bandes de grives sibériennes (zoothera sibirica) dans les forêts à larges feuilles du nord de l'Indochine. A Hong-Kong, à la même époque, ils forment des rassemblements avec les merles à dos gris (Turdus hortulorum)
Pour aller vers le sud, les merles du Japon suivent une route qui passent par l'archipel des Ryu kyu, la Corée et le centre de la Chine. Ces oiseaux quittent leur aire de nidification au Japon à partir de la fin août et jusqu'à la mi-octobre. Les populations qui nichent en Chine du Nord ne commencent pas à migrer avant la fin septembre. Beaucoup traînent en route et ne rejoignent leurs quartiers d'hivernage que vers le début du mois de novembre. Le voyage du retour commence au début avril. Ceux qui nichent au sud du Japon et dans l'est de la Chine sont opérationnels très rapidement alors que ceux qui se reproduisent dans le nord-centre de la Chine et à Hokkaïdo ne sont actifs qu'à partir du début mai.

Alimentation mode et régime

Les merles du japon ont un régime mixte : ils consomment des insectes, des vers de terre et des fruits tombés qu'ils trouvent en fouillant dans la litière de feuilles. En hiver, cet oiseau est très friant des fruits des arbres-lierres (Schleffera octophylla).

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule du mois d'avril au mois de juillet en Chine. Elle se prolonge jusqu'en août au Japon. Le nid est constitué avec des herbes sèches, des radicelles, des brindilles et de la mousse. Tous ces ingrédients sont liés entre eux par un peu de boue. L'intérieur de la coupe est garni avec de fines herbes et du crin. L'édifice est placé sur la fourche d'un arbre (la plupart du temps un sapin), sur une branche, dans un amas de plantes grimpantes, à une hauteur qui peut aller jusqu'à 10 mètres au-dessus du sol. La ponte comprend habituellement 4 œufs qui varient en couleur du gris-crème clair et du verdâtre pâle jusqu'au rouge pâle avec des taches brunâtres. L'incubation dure de 12 à 13 jours. Les merles du Japon mènent à terme 2 ou 3 couvées par saison, excepté dans le nord de leur aire de distribution.

Distribution

Contrairement à ce qu'indique son nom, le merle du japon n'est pas endémique de ce pays. En effet, cet oiseau niche dans 2 zones géographiques bien distinctes : premièrement, dans tout le Japon, d'Hokkaido jusqu'au sud de Kyu Shu, mais aussi en Chine Centrale et Orientale, du Kweichow jusqu'au sud du Henan et du Anwei en passant par le Hunan et le Hupeh. En hiver, ces deux populations fusionnent et se dirigent vers le sud de la Chine (Yunnan, Kiangsi, Kwantung, Hainan) ou vers le nord de de l'Indochine (Tonkin, nord et centre de l'Annam). Le merle du Japon est considéré comme monotypique. Les populations qui nichent en Chine Orientale sont parfois distinguées sous le nom latin de Turdus Cardis lateus, mais la plupart des ornithologistes considèrent que les caractères distinctifs ne sont pas suffisamment tranchés avec l'espèce nominale. Ce taxon est donc considéré comme non valide.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas globalement menacée. Elle est relativement rare ou clairsemée en Chine. Au Japon, c'est un nicheur commun à Hokkaïdo ainsi que dans le nord et le centre de Honshu. Elle est nettement moins répandue dans le sud-ouest d'Honshu, à Sado, à Shikoku et à Kyushu. Il se peut toutefois que cet oiseau soit en pleine expansion dans la région de Kanto, au centre d'Honshu où il a trouvé un habitat et des ressources qui lui conviennent. En migration, le merle du Japon est rare au Vietnam et ses chiffres semblent en déclin à Hong-Kong depuis les années 70.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 24/06/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net