Océanite à queue fourchue

Oceanodroma furcata - Fork-tailed Storm Petrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Hydrobatidés

  • Genre
    :

    Oceanodroma

  • Espèce
    :

    furcata

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : 46 cm.
  • Poids
    : 59 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les océanites à queue fourchue sont des oiseaux qui ont une corpulence qui varie de moyenne à assez grande taille. Elles ont une grosse tête, des ailes brèves et une queue fourchue. Le front et la partie centrale du capuchon sont gris sombre, devenant noirâtre et formant un masque sur le pourtour de l'œil, Le reste de la tête jusqu'au manteau et jusqu'aux sus-caudales varie du gris moyen au gris bleuâtre mais virant au gris-ardoise fade sur l'arrière des scapulaires. La queue présente un gris intermédiaire avec une pointe gris foncé à son extrémité. Il y a des bordures gris blanchâtre sur les filets extérieurs des rectrices les plus externes. Les couvertures alaires sont grises, les rémiges sont généralement plus sombres. Les petites couvertures ont une teint brunâtre en plumage usé, contrastant avec la diagonale plus grise formée par les moyennes couvertures et la partie la plus postérieure des épaules. Les rémiges des sous-alaires sont grises, les axillaires et le reste du dessous des ailes sont noirâtres. Les parties inférieures sont gris-perle devenant blanchâtres sur le menton et le haut de la gorge. Les iris varient du gris sombre au noir, le bec et les pattes sont noirs. Les 2 sexes sont identiques mais la femelle est légèrement plus petite dans toutes les dimensions. Les juvéniles sont comme les adultes, mais les individus de premier été ont un plumage usé et entreprennent un mue de mai à juillet.
L'océanite à queue fourchue est le seul hydrobatidé qui a un masque facial sombre et est dépourvu de bande pectorale. Il peut être confondu avec Hydrobatides homochroa.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Oceanodroma furcata furcata (n Kuril, Komandorskiye and Aleutian Is.)
  • Oceanodroma furcata plumbea (Alaska to n California)

Noms étrangers

  • Fork-tailed Storm Petrel,
  • Paíño Rabihorcado,
  • Painho-de-rabo-bifurcado,
  • Gabelschwanz-Wellenläufer,
  • Parelgrijs Stormvogeltje,
  • Uccello delle tempeste forcuto,
  • Grå stormsvala,
  • Gråstormsvale,
  • víchrovníček vidlochvostý,
  • buřňáček šedý,
  • Kløfthalet Stormsvale,
  • harmaakeiju,
  • ocell de tempesta cuaforcat,
  • nawałnik popielaty,
  • šķeltastes vētrasburātājs,
  • Сизая качурка,
  • ハイイロウミツバメ,
  • 灰蓝叉尾海燕,
  • 灰藍叉尾海燕,

Voix chant et cris

Les océanites à queue fourchue s'expriment principalement quand elles sont dans les colonies. On peut entendre 2 cris distincts. Le plus courant est constitué de 4 syllabes rudes et grinçantes qui peuvent être retranscrites de la façon suivante "krreih kieh-kieh-kieh" et qui sont émises par les 2 sexes, à la fois à terre ou en vol. Ce cri caractéristique est utilisé pendant les parades ou pendant les rencontres qui tournent au conflit. Il est également émis à partir du terrier. Les mâles délivrent un cri monosyllabique qui est répété à de multiples reprises "krieh krieh krieh", il sert sans doute à attirer une femelle. Quand ils sont en pleine mer, les océanites à queue fourchue demeurent silencieux.

Habitat

Les océanites à queue fourchue sont des oiseaux marins ou pélagiques, on les trouve dans les eaux froides et glaciales éloignées des côtes. Ils nichent dans les îles qui sont situées au large et qui sont pourvues de zones herbeuses, de collines rocheuses ou de bouquets d'arbres clairsemés. On peut parfois aussi les observer à grande distance de la mer.

Comportement traits de caractère

Apparemment, les océanites à queue fourchue se dispersent dans les eaux adjacentes du sud : au Japon, au large Hokkaido et de Honshu, dans le sud de la Californie, le détroit de Béring mais elles ne se comportent pas comme de véritables migratrices.
Les rassemblements sont plus importants dans le centre de la Californie au cours des années où les eaux sont froides. Dans le golfe de l'Alaska, cette espèce est moins abondante pendant la période qui va de décembre à avril.

Alimentation mode et régime

Les océanites à queue fourchue consomment principalement des crustacés planctoniques (en particulier des amphipodes) des petits poissons (myctophidés) et des calamars.
Une étude réalisée aux Aléoutiennes sur l'alimentation de cette espèce a permis déterminer que les myctophidés représentent 75% des composants et près de 80% de la biomasse. Les amphipodes, les décapodes, les copépodes, les calamars et les euphosiidés représentent une part non négligeable, bien qu'apportant une biomasse assez limitée.
Les océanites à queue fourchue pêchent en volant, récupérant leurs proies en plongeant à la surface de l'eau et en gobant celles qui sont enfoncées sous l'eau. Elles suivent les chalutiers et les groupes qui sont assemblés autour des cadavres de baleines. Ils se rassemblent en compagnie des océanites cul-blanc, des phalaropes et de certaines espèces de cétacés (Megaptera novaeangliae) qui forment de formidables concentrations de plusieurs milliers de membres.
Les océanites à queue fourchue sont parasités par les labbes parasites et les labbes à long queue qui les harcèlent jusqu'à ce qu'elles régurgitent leurs proies.

Reproduction nidification

La saison de nidification débute généralement de la fin avril au mois de juin, mais le retour dans les colonies s'effectue dès le mois de mars et parfois même avant en Californie. En Alaska, le début des pontes varie de plus d'un mois selon les années et la durée de dépôt des œufs dure environ 5 semaines. Dans les colonies des Aléoutiennes, la plupart des adultes ont pondu avant la fin mai, les œufs éclosent entre la mi-juin et le début août, les poussins sont aptes à prendre leur envol à la mi-août.
Les océanites à queue fourchue nichent en colonies, ils s'installent dans des terriers ou des crevasses de rochers. En Colombie Britannique, ils établissent parfois des colonies mixtes avec d'autres espèces d'océanites (H. leucorhus). La densité des terriers est parfois supérieure à 1 par mètre carré.
Apparemment, il n'y a qu'une couvée par saison, mais en cas d'échec de la première nichée, il n'est pas rare que le couple dépose une couvée de substitution 3 semaines plus tard. La ponte ne contient qu'un unique œuf blanc dont les dimension sont 35 mm sur 26 et le poids 12 grammes. L'incubation dure 49 jours et est assurée à tour de rôle par les 2 parents. Ces derniers ravitaillent leur progéniture 2 fois par jour, chaque voyage pourvoyant environ 7 grammes de nourriture. Les jeunes quittent le nids quand ils sont âgés de 58 jours et qu'ils pèsent en moyenne 80 grammes. Cependant, le pic de poids est atteint 8 jours avant le grand départ lorsque les petits atteignent de 90 à 100 grammes.
En Alaska, la croissance des petits varie considérablement selon les conditions environnementales. Dans cette région, des études récentes montrent un taux de réussite élevé, à peine 13% des œufs étant infertiles. Les prédateurs naturels des océanites à queue fourchue sont les faucons pèlerins et les petits-ducs des montagnes (Otus kennicottii).

Distribution

Il y a officiellement 2 sous-espèces :
H. f. furcatus - nord de l'océan Pacifique, se reproduit aux nord des îles Kourils, à,Commander Island et dans l'archipel des Aléoutiennes.
H. f. plumbeus - nord du Pacifique, se reproduit sur la côte occidentale de l'Amérique du Nord (de l'Alaska jusqu'au nord de la Californie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée, avec une population totale qui est estimée à plus de 5 millions d'individus. Elle niche principalement sur les côtes de l'Alaska et aux Aléoutiennes. On estime même qu'elle est en plein accroissement dans l"île du Prince Edward et dans l'île Santa Lazaria suite à l'extermination de certains prédateurs comme les renards. Il y a 380 000 oiseaux nicheurs en Colombie Britannique et 200 000 aux îles Kourils. Par contre, seuls 310 couples nicheurs subsistent en Californie. Il peut y avoir des sites de nidification à Commander Island, dans la mer d'Okhotsk et dans de nombreux autres endroits de l'extrême-orient russe. Par contre, ces océanites ont disparu de Sakhaline en raison de la présence insistante et du développement des renards polaires (Alopex lagopus). De multiples prédateurs (rats, goélands, ours blancs et ratons-laveurs) s'en prennent aussi aux nids avec des fortunes diverses. Mais dans l'ensemble, l'éradication de nombreux prédateurs a conduit à la reconquête d'espaces qui ont jadis été perdus.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/06/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net