Océanite à ventre noir

Fregetta tropica - Black-bellied Storm Petrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Oceanitidés

  • Genre
    :

    Fregetta

  • Espèce
    :

    tropica

Descripteur

Gould, 1844

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : 46 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Cette océanite presque noire a des orteils qui se projettent en arrière de l'extrémité de la queue quand elle vole. Elle a des sous-caudales, le centre des couvertures sous-alaires et une partie de l'abdomen qui forment un bel ensemble blanc. Les parties supérieures sont entièrement noirâtres excepté une large bande contrastée blanche qui surmonte le croupion et les sus-caudales. Le manteau est légèrement plus pâle, le dos, les scapulaires et les couvertures alaires ont des petites terminaisons blanches qui forment une étroite barre alaire. Les rémiges et la queue sont plus sombres, excepté les bordures externes des rectrices. Le dessous des ailes est noirâtre sauf les moyennes et les grandes couvertures qui composent une large tache claire sur la partie centrale. Les grandes couvertures ont une tache centrale sombre qui devient de plus en plus importante à mesure que l'on s'approche des bordures plus extérieures. Le cou et le haut de la poitrine sont entièrement noir brunâtre, ce qui est un caractère discriminant essentiel. Cette zone est reliée avec la plus ou moins large bande sombre de l'abdomen. Le reste des parties inférieures et les flancs blancs rejoignent la zone claire des sous-caudales et des sous-alaires.
Les iris sont brun sombre, le bec, les pattes et les pieds sont noirs. Les 2 partenaires sont identiques, quoique les femelles soient un peu plus grandes. Les juvéniles sont semblables aux adultes. Les océanites à ventre noir peuvent être confondues avec les océanites à ventre blanc (H. grallaria) mais comme le nom l'indique bien, les motifs ornementaux de l'abdomen sont différents.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Fregetta tropica tropica (circumpolar subantarctic islands)
  • Fregetta tropica melanoleuca (Tristan da Cunha and Gough Is.)

Noms étrangers

  • Black-bellied Storm Petrel,
  • Paíño Ventrinegro,
  • Painho-de-ventre-preto,
  • Schwarzbauch-Sturmschwalbe,
  • feketehasú fregattfecske,
  • Zwartbuikstormvogeltje,
  • Uccello delle tempeste pancianera,
  • Svartmagad stormsvala,
  • Svartbukstormsvale,
  • búrkozvest čiernobruchý,
  • buřňáček černobřichý,
  • Sortbuget Fregatstormsvale,
  • tummatyrskynpolkija,
  • Swartpensstormswael,
  • ocell de tempesta panxanegre,
  • oceannik czarnobrzuchy,
  • melnvēdera vētrasburātājs,
  • Чернобрюхая качурка,
  • スジハラアシナガウミツバメ,
  • 黑腹舰海燕,
  • 黑腹艦燕,

Voix chant et cris

Chez les océanites à ventre noir, il y a deux vocalisations principales :
toutes les deux sont généralement délivrées à proximité du nid. Les cris en vol sont pour l'instant inconnus. Le premier cri est un sifflement profond qui ressemble par bien des égards au cri du Pluvier doré d'Europe (Pluvialis apricaria). Il dure de une à quatre secondes et il est généralement suivi par une pause d'une seconde qui possède des vertus ventriloquiales. Le second cri est composé de gazouillements répétés tels que "pee-eep-pip-pip-pip-...". Quand ils sont en pleine mer, ces oiseaux sont totalement silencieux.

Habitat

Les océanites à ventre noir sont des oiseaux marins et hautement pélagiques. Elles s'approchent rarement des côtes excepté lorsqu'elles se reproduisent en colonies. Elles apprécient les zones marines qui sont baignées par des courants froids.
Les océanites à ventre noir se reproduisent dans les îles au large et dans les "stacks", souvent sur les rochers nus ou les éboulis pentus, mais également dans la végétation dense ou dans le "peat". Elles évitent les endroits qui sont recouverts de neige et de glaces.

Comportement traits de caractère

Pendant la période de reproduction, les océanites à ventre noir vivent au sud du front polaire antarctique. Dès la fin de la nidification, elles migrent vers le nord, vers les zones tropicales et subtropicales du sud de l'océan Indien, l'océan Pacifique et l'océan Atlantique, remontant régulièrement jusqu'à l'équateur, atteignant la péninsule arabique et le sous-continent indien. Dans l'océan Indien, on peut également les apercevoir en Afrique Orientale (Somalie,Kenya), dans l'Atlantique entre l'Afrique Occidentale et le nord du Pérou, dans le pacifique, en Polynésie et aux îles Salomon.

Alimentation mode et régime

Les calamars, les crustacés et les petits poissons constituent les éléménts les plus remarquables du menu pendant la période de nidification. Dans les îles de la Georgie du Sud et aux Crozets, les crustacés tels que les euphausiides constituent les éléments les plus appréciés. 33% de crustacés, 21% de pieuvres et de céphalopodes, et 39% d'éléments organiques non identifiés forment le total de l'alimentation. Pour parvenir à leurs fins, ces océanites utilisent de petits battements d'ailes et des plongeons à faible profondeur. Ils s'associent aux océanites tempêtes et ils observent le comportement des orques. On dit qu'ils sont capables de détecter leurs proies grâce à leur odeur bien que cette information soit souvent contestée.

Reproduction nidification

Des études très complètes ont été réalisées aux Orkney du Sud (Signy Island), dans l'archipel des Crozets et dans les Shetlands du sud. Le retour dans les colonies ne s'effectue qu'au début octobre après un exode pré-nuptial de 10 jours dans les îles avoisinantes.
La ponte commence fin décembre et se poursuit pendant 5 semaines aux îles Orkney ; aux Crozets, elle se déroule pendant les 2 dernières semaines de décembre. L'envol a lieu typiquement à la mi-avril, toutefois certains poussins peuvent rester au nid jusqu'à la fin mai. Contrairement aux océanites à ventre blanc, qui visitent partiellement les colonies pendant la journée, ces oiseaux ont des mœurs strictement nocturnes pendant la reproduction, encore qu'ils ne requièrent qu'une obscurité partielle dans certaines colonies de l'extrême-sud.
Les océanites à ventre noir sont strictement monogames et ils établissent des liens conjugaux de longue durée, certains couples réutilisant plusieurs fois le même terrier. Elles forment des colonies lâches, s'associent parfois avec des océanites tempêtes. Elles installent le nid dans des crevasses de rochers, ou des tunnels peu profonds de 50 cm de long. Ces derniers ne sont habituellement pas garnis mais occasionnellement tapissés d'un peu de mousses et de lichens.
La ponte contient un œuf unique de couleur blanche, de 35 mm de long sur 30 de large et pesant environ 15 grammes. L'incubation dure de 35 à 44 jours. Les 2 parents se relaient tous les 2 à 4 jours en moyenne. A la naissance, les poussins ont un duvet gris pâle, il ne sont pas réchauffés et ils reçoivent un ravitaillement par jour qui leur rapporte en moyenne un poids de 9 grammes de nourriture. Les jeunes prennent leur envol approximativement au bout de 70 jours quand ils ont atteint le poids de 75 grammes. Quelques jours avant le départ du nid, les oisillons atteignent un poids maximum de 110 g, ce qui représente 193% du poids des adultes.
Aux Shetlands du Sud, 67% des individus qui fréquentent les colonies sont non-nicheurs.

Distribution

Les océanites à ventre noir fréquentent les grands océans des régions tropicales et subtropicales. Elles se reproduisent dans les zones circumpolaires, des îles de la Scotie jusqu'à l'archipel des Antipodes à travers tout l'océan Indien. Elles sont probablement présentes à Tristan-da-Cunha et à Gough Island, bien que ce renseignement demande confirmation. L'espèce est considérée comme monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement en danger. Elle est très répandue et sa population totale est estimée entre 100 et 150 000 couples et 500 000 individus. Qui sont répartis de la façon suivante :
50 000 -100 000 couples sur les îles sud de Nouvelle Zélande, des milliers de couples aux Kerguelen (7 500 paires), aux Crozets et dans l'île du Prince Edward, au moins mille couples sur Bouvetøya (1998/99), 5 000 à 10 000 couples sur les Georgiades du Sud, plusieurs centaines de couples aux îles Orkney (Signy, Larson and Laurie) et au moins 28 500 paires dans les Shetlands du Sud (principalement sur l'île de l'Eléphant et Deception Island).
Cependant, une considérable confusion intervient lorsqu'il s'agit d'attribuer ces chiffres à l'océanite à ventre noir ou à l'Océanite à ventre blanc

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/06/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net