Oriole à dos rayé

Icterus pustulatus - Streak-backed Oriole

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Ictéridés

  • Genre
    :

    Icterus

  • Espèce
    :

    pustulatus

Descripteur

Wagler, 1829

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : 30 à 34 cm.
  • Poids
    : 37 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle, le bec est noir, avec une tache gris-bleu à la base de la mandibule inférieure. Les iris sont sombres. Les lores, l'avant des auriculaires, le menton, la gorge et la partie supérieure de la poitrine constituent un ensemble qui forme un masque et une bavette noirs. Le front, le capuchon et la nuque sont orange rougeâtre éclatant avec un léger voile olive. Les auriculaires, les côtés du cou et de la poitrine bordant la bavette sont également orange rougeâtre. La base du dos et les scapulaires sont orange-olive avec une tache centrale noire en forme de goutte sur chaque plume. L'ensemble du dos est plus orange que noir. Le croupion est orange, le bas du dos orange avec une légère teinte olive. Les parties inférieures en dehors de la bavette sont entièrement orange, devenant jaune-orange sur le ventre et la zone anale. Les ailes sont noir de jais, avec des motifs blancs et orange. Les petites couvertures sont orange, alors que les moyennes couvertures sont noires avec de larges terminaisons blanches. Ces dernières forment une bande alaire qui va s'amincissant vers l'intérieur, en direction des scapulaires. Les grandes couvertures noires ont une bordure gris blanchâtre. Les secondaires et les tertiaires ont une bordure gris blanchâtre. L'aile pliée présente des motifs blancs particulièrement visibles au niveau des primaires. Les filets sont orange. La queue est noire, avec un bout blanc et une bordure blanche sur la rectrice la plus extérieure. Les pointes des autres rectrices sont gris blanchâtre. Les pattes et les pieds sont gris-bleu.
Chez la femelle, la mandibule est plus largement tachée de gris-bleu. L'ensemble des motifs est proche de celui du mâle, mais en beaucoup plus terne. Le masque et la bavette sont absolument identiques. Le front est orange, virant à l'olive sur le capuchon et sur la nuque. La face est orange avec une légère nuance olive. Le dos et les scapulaires sont gris-olive, finement striés de noir. Le bas du dos présente la même coloration que le manteau, alors que le croupion est jaune-olive plus éclatant. En dehors de la bavette, les parties inférieures sont jaune avec un lavis orange sur la poitrine. Les flancs sont teintés de gris et certains individus affichent un ventre blanchâtre. Les ailes sont brun noirâtre plutôt que noires et elles présentent exactement les mêmes motifs décoratifs que ceux des mâles. La queue est gris-olive avec du jaune-olive sur les rectrices extérieures et sur la base des autres rectrices hormis la paire centrale. L'apparence générale des femelles est quelque peu variable, surtout en ce qui concerne les races méridionales. Certaines sont plus nettement orange que les autres, avec des taches noires plus évidentes et des bordures aux ailes plus étendues. Ces oiseaux peuvent également afficher deux rectrices centrales noires sur quatre.
Jaramillo et Burke reconnaissent six sous-espèces d'oriole à dos rayé qui se distinguent entre elles par la plus ou moins grande étendue de noir qu'ils ont sur les parties supérieures. La race microstictus, vivant à l'ouest du Mexique est de loin la plus claire. La race alticola, vivant au Guatémala et sur les côtes du Honduras est assez nettement la plus foncée.

Indications subspécifiques 8 Sous-espèces

  • Icterus pustulatus microstictus (nw Mexico)
  • Icterus pustulatus pustulatus (Colima to n Oaxaca, Puebla and Veracruz. sw Mexico.)
  • Icterus pustulatus graysonii (Tres Marias Is.. off w Mexico.)
  • Icterus pustulatus formosus (Oaxaca and Chiapas. s Mexico. to nw Guatemala)
  • Icterus pustulatus maximus (Rio Negro valley. nc Guatemala.)
  • Icterus pustulatus alticola (Guatemala to ne Honduras)
  • Icterus pustulatus pustuloides (San Miquel Volcano. ec El Salvador.)
  • Icterus pustulatus sclateri (s El Salvador to Costa Rica)

Noms étrangers

  • Streak-backed Oriole,
  • Bolsero Dorsilistado,
  • Piroltrupial,
  • Vlekrugtroepiaal,
  • Oriolo dorsostriato,
  • Streckryggad trupial,
  • Flammetrupial,
  • trupiál škvrnitochrbtý,
  • trupiál žluví,
  • Plettet Trupial,
  • viiruselkäturpiaali,
  • turpial de dors tacat,
  • kacyk pąsowogłowy,
  • raibplecu vālodze,
  • Огненноголовый цветной трупиал,
  • ズアカムクドリモドキ,
  • 红头拟鹂,
  • 猩紅頭擬黃鸝,

Voix chant et cris

Les deux partenaires chantent. Le chant est un sifflement mélodieux, assez similaire à celui de l'oriole à ailes blanches, mais avec un 'stop and start' qui rappelle les espèces de viréos. On peut le décrire de la façon suivante : 'chew-chewy, chip-cheer, chew, chip ......weet-chewy'. Le chant de l'oriole à dos rayé n'est aussi répétitif que celui des autres orioles tropicaux. Les mâles ne chantent pas fréquemment. Quand ils vocalisent, c'est toujours à proximité du nid. Les femelles chantent encore moins souvent et leur partition est plus simple que celle du mâle. Le cri le plus commun est un 'wrank' bas, mais on peut également entendre un 'chuwit' semblable à celui du roselin familier (Carpodacus mexicanus). Le bavardage est assez identique à celui de l'Oriole du Nord ou celui de l'oriole à ailes blanches. Mais il est plus rapide et il varie en longueur.

Habitat

Il habite les buissons d'épineux, les broussailles et d'autres sortes de zones boisées sèches. Dans le nord de son aire de distribution, on le trouve également dans les galeries d'arbres qui longent les rivières des déserts. Il affiche une préférence pour les zones boisées ouvertes composées de buissons épineux comme les mimosas. Il vit aussi dans les forêts secondaires, près des habitations et des terres cultivées. Sur les hauteurs de Mexico, il est présent dans les forêts mixtes arides de pins et de chênes. L'aire de distribution des orioles à dos rayé s'étend le long de la plus grande partie du littoral pacifique de l'Amérique Centrale. Elle part du nord du Mexique, du nord-est de Sonora et de l'ouest de Chihuahua en direction du sud jusqu'à la province de Sinaloa, en longeant la côte. Ces oiseaux sont courants sur le reste du versant occidental de la Sierra Madre. On peut fréquemment les observer au Guatémala, et on les trouve aussi, bien que moins couramment, au Salvador, dans le centre du Honduras et dans l'ouest du Nicaragua. Les orioles à dos rayé sont rares dans le sud-ouest des Etats-Unis.

Comportement traits de caractère

Les orioles à dos rayé cherchent leur nourriture en couples ou en groupes familiaux, réalisant parfois leur quête en groupes plus importants. Au Mexique, dans la région de Morelos, lorsqu'ils visitent les pseudobombax en floraison et qu'il sont en concurrence directe, ces orioles doivent céder la priorité aux orioles cul-noir (Icterus wagleri). Par contre, dans la même situation, ils prennent presque toujours l'avantage sur les orioles à ailes blanches qui hivernent. Les couples sont généralement monogames, mais quelques cas de polygamie ont été signalés. Pendant la saison de nidification, l'activité vocale se concentre surtout aux alentours du nid. Tout comme l'oriole à ailes blanches (Icterus bullocki), la fréquence des chants diminue considérablement après la formation des couples.

Alimentation mode et régime

Les orioles à dos rayé sont surtout insectivores, glanant leur proies dans les feuillages ou sur le tapis de feuilles mortes. Dans une certaine mesure, ils se nourrissent également de fruits et de graines. Ils fréquentent les arbres en fleur, à la fois pour le nectar et pour les insectes qui y butinent.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule à des périodes différentes selon les régions. Dans le nord, elle commence début juin et se poursuit jusqu'en août. Dans la province de Oaxaca, au Mexique, la plupart des nids contiennent des oeufs en mai. A des altitudes plus élevées, la ponte n'intervient environ qu'au milieu du mois de juillet. Au Salvador, la race Scalteri niche de la fin avril à la fin juin, alors qu'en altitude la race Alticola ne dépose ses oeufs qu'un mois plus tard. Apparemment, la femelle bâtit le nid seule, sans l'aide du mâle et prend un peu moins d'un mois pour mener à terme la construction. C'est un panier pendant, mesurant jusqu'à 70 centimètres de longueur, qui est accroché aux extrémités des branches. Le nid est tissé avec de fines herbes et ne paraît pas aussi robuste que celui de l'oriole à gros bec (Icterus gularis) ou celui de l'oriole maculé (Icterus pactoralis). Les sites de nidification sont situés la plupart du temps à des hauteurs modérées et à l'ombre des feuillages. Pour renforcer la sécurité du nid, il n'est pas rare qu'il soit installé dans un épineux ou dans un acacia de Collins (Acacia cornigera) abritant une colonie de fourmis. Certains nids sont arrimés à des lignes électriques.
La ponte comprend en général 3 ou 4 oeufs de couleur bleu pâle avec des taches sombres qui sont également réparties. L'incubation dure entre 12 et 14 jours. Les jeunes séjournent environ deux semaines au nid avant de s'envoler. Les deux parents se partagent les tâches, en ce qui concerne le nourrissage et l'éducation des oisillons. Les nids des orioles à dos rayé sont parasités par les vachers bronzés, mais apparemment sans succès. On n'a en effet, pour l'instant, aperçu aucun jeune vacher de cette race y prenant son envol.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 18/05/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net