Petit-duc de Porto Rico

Megascops nudipes - Puerto Rican Screech Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Megascops

  • Espèce
    :

    nudipes

Descripteur

Daudin, 1800

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 103 à 154 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez ce petit-duc variant du brun grisâtre au roux, plus de la moitié des tarses sont dénudés. La tête présente une forme arrondie avec des yeux brunâtres, et elle ne possède pas d'aigrettes sur les côtés du front. Le bandeau qui entoure le disque facial n'est pas très saillant.
Les parties inférieures sont dotées de longues rayures foncées, de barres transversales et d'abondantes vermiculures.
Les petits-ducs de Cuba ont de long tarses écaillés, un disque facial clair ou chamoisé ainsi qu'un épais sourcil blanchâtre. Leurs parties supérieures brunes sont pourvues de quelques motifs plus sombres. Le dessous brun sale est orné de longues stries noires. La queue du Petit-duc de Cuba est plus longue que celle du petit-duc de Porto Rico. Tous les autres petits-ducs des Caraïbes sont dotés de petites aigrettes. Sur Porto Rico, il n'y a que 2 espèces de vrai hibou, celle qui est présentement décrite et le hibou brachyote (Asio flammeus) qui est franchement plus grand et qui a des yeux jaunes.
Les juvéniles ont un duvet blanc. Le mésoptile est semblable à celui de l'adulte mais il est plus franchement barré d'un mélange de clair et de foncé sur le dessus, la couronne et le manteau.
Les petits-ducs de Porto Rico ont des yeux bruns, une face, un bec et des tarses jaunâtres. Les griffes cornes ont des terminaisons noirâtres.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Megascops nudipes nudipes (Puerto Rico)
  • Megascops nudipes newtoni (Virgin Is.)

Noms étrangers

  • Puerto Rican Screech Owl,
  • Autillo Portorriqueño,
  • Nacktfußeule,
  • Puerto Rico-i füleskuvik,
  • Puertoricaanse Schreeuwuil,
  • Assiolo di Portorico,
  • Puerto Ricodvärguv,
  • Puertoricougle,
  • výrček portorický,
  • výreček antilský,
  • Puerto Rico-dværghornugle,
  • puertoriconpöllönen,
  • xot de Puerto Rico,
  • syczoń portorykański,
  • Пуэрто-риканская совка,
  • プエルトリコオオコノハズク,
  • 珠眉角鸮,
  • 珠眉角鴞,

Voix chant et cris

Le chant principal du mâle ressemble au trille tremblant d'un crapeau. Il est court, relativement puissant, quelque peu guttural et il dure de 3 à 5 secondes de la façon suivante : "rrruurrrrrrrrrrrrrrrr". Le chant complémentaire est un trille plus bref, ne durant que 2 secondes, il commence de façon douce, monte progressivement en hauteur et en volume puis il atteint un sommet à partir duquel il s'éteint rapidement.
Le chant de la femelle est semblable mais plus aigu. Lorsqu'ils jouent en duo, les deux partenaires sont si synchronisés qu'on pourrait penser qu'ils chantent en solitaire. Un simple caquètement "gu-gu" sert de cri de contact. On peut également entendre un double roucoulement "coo-coo". Un croassement de corbeau est parfois entendu.

Habitat

Les petits-ducs de Porto Rico fréquentent les forêts denses. Ils apprécient également les fourrés et les grottes et ne détestent pas les zones urbaines. Ces oiseaux de moyenne taille vivent du niveau de le mer jusqu'à 900 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les petits-ducs de Porto Rico ont des activités nocturnes. Ils se cachent pendant toute la journée dans les feuillages denses des arbres ou des fourrés. Ils utilisent aussi les grottes des falaises, ce qui leur sert de refuge ou d'abri pendant la chaleur diurne. Ils vocalisent à l'aube et au crépuscule et les autres animaux peuvent être attirés par ces petits couinements de souris. On ne connaît pas d'autres informations.

Alimentation mode et régime

Les petits-ducs de Porto Rico se nourrissent principalement d'insectes et d'autres sortes d'arthropodes. Occasionnellement, ils consomment aussi des petits animaux à squelette comme les rongeurs et probablement les reptiles comme les geckos et les lézards de petite taille.

Reproduction nidification

Peu d'études ont été réalisées sur cette partie de son activité. Apparemment, la saison de nidification se déroule du mois d'avril au mois de juin. Les petits-ducs de Porto Rico nichent dans des crevasses réalisées dans des falaises de calcaire, dans des grottes, dans des cavités naturelles d'arbres ou dans des trous de perroquets. iIs creusent aussi leur nids dans des nœuds de troncs ou de grosses branches. Toutes les excavations naturelles sont plus moins acceptées comme lieux de ponte. Même les caves de maison servent assez régulièrement pour la nidification.
La femelle dépose 2 ou 3 œufs blancs qu'elle couve seule pendant une période indéterminée. Pendant la période de couvaison, elle est ravitaillée par son partenaire.

Distribution

M. n. nudipes - race principale, Porto Rico.
M. n. newtoni (Lawrence, 1861) - île de Vieques, au large de Porto Rico , île de la Couleuvre ; également dans les îles Vierges (St Thomas, St John, Tortola, Virgin Gorda, St Croix, et probablement Guana Island). Possiblement éteinte sur l'ensemble de son aire.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Bien que ce hibou paraisse encore comme assez commun à Porto Rico, il est considéré comme relativement rare aux îles Vierges (aussi bien îles Vierges britanniques que îles Vierges américaines). De récents rapports signalent sa quasi-disparition à Vieques et dans l'île de la Couleuvre. Le parasitisme par certaines espèces de moqueurs (en particulier, les moqueurs corossols (Margargops fuscatus)) a entraîné pratiquement la disparition de ce hibou.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/12/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net