Petit-duc mystérieux

Otus magicus - Moluccan Scops Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Otus

  • Espèce
    :

    magicus

Descripteur

Müller, S, 1841

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 114 à 165 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce hibou de moyenne taille affiche de très nettes mouchetures noires sur les parties supérieures et des stries longitudinales noires accompagnées de vermiculures sur le dessous. Le ventre est plus pâle que la poitrine.
Les aigrettes auriculaires sont de taille modérée, bien qu'assez saillantes dans la race albiventris. Le bandeau noir qui entoure le disque facial n'est pas très prononcé. Cette espèce du genre Otus propose plusieurs variations de plumages : il existe une forme chamoisée, une forme rougeâtre et une forme brune. Les yeux sont jaunes, les plumes des tarses ont des teintes assez variables.
Le Petit-duc de Manado, qui vit aux Célèbes, est plus petit, il possède un corps moins trapu, il possède un bec plus frêle, des pattes plus courtes et une voix différente. Le petit-duc de Sangihe a des aigrettes à peine différentes et une voix dissemblable. Les petits-ducs de la mer de Sumatra sont tous plus sombres. Les petits-ducs des Seychelles sont plus tachetés et vermiculés.
Les juvéniles du petit-duc mystérieux ont un plumage plus ébouriffé que les adultes, avec des motifs plus discrets. Les taches du capuchon, du cou et de la nuque sont étroites et en forme de croix barrée.

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Otus magicus morotensis (Morotai and Ternate Is.. n Moluccas.)
  • Otus magicus leucospilus (Halmahera, Kasiruta and Bacan Is.. n Moluccas.)
  • Otus magicus obira (Obi I.. c Moluccas.)
  • Otus magicus magicus (Buru, Seram and Ambon Is.. s Moluccas.)
  • Otus magicus albiventris (Lombok, Sumbawa, Flores, Lomblen and Besar Is.. Lesser Sundas.)
  • Otus magicus tempestatis (Wetar I.. Lesser Sundas.)

Noms étrangers

  • Moluccan Scops Owl,
  • Autillo Moluqueño,
  • Molukken-Zwergohreule,
  • malukui füleskuvik,
  • Molukse Dwergooruil,
  • Assiolo delle Molucche,
  • Moluckdvärguv,
  • Trollugle,
  • výrik molucký,
  • výreček molucký,
  • Molukdværghornugle,
  • molukkienpöllönen,
  • xot de les Moluques,
  • syczek molucki,
  • Молуккская совка,
  • Celepuk maluku,
  • モルッカコノハズク,
  • 摩鹿加角鸮,
  • 摩鹿加角鴞,

Voix chant et cris

Le chant de reconnaissance, qui sert à marquer le territoire, est une sorte de croassement rude et bas qui est émis à des intervalles de quelques secondes. La note simple est décrite comme un "kwaaa rk" de héron et elle ressemble beaucoup au bruit d'une tronçonneuse qui découpe un morceau de bois avec ses grosses dents. Quand cet oiseau est excité, l'intervalle entre les notes est plus réduit. Pendant les parades, les couples chantent en duo, la partition de la femelle étant semblable quoiqu'un peu plus aiguë..
Les cris simples des duos présentent une certaine rudesse et ressemblent beaucoup aux chants, y compris les "kwwirk" grinçants des femelles.

Habitat

Les petits-ducs mystérieux fréquentent les plaines proches des côtes. On les trouve également dans les forêts et les boisements en cours de régénération. Ils sont aussi visibles dans les forêts marécageuses et dans les mangroves,les forêts coralines et calcaires non éloignées du littoral.
Ces oiseaux semblent apprécier les falaises calcaires abondamment recouvertes de végétation. Ils pénètrent dans les villages qui possèdent de grands arbres fruitiers, dans les grands cocotiers proches des habitations.
Ils ne dédaignent pas les terres cultivées qui sont parsemées d'arbres de grande taille. A Florès, on les aperçoit volontiers dans les collines jusqu'à 1 500 mètres d'altitude. A Buru, ils peuvent grimper jusqu'à 900 mètres.

Comportement traits de caractère

Les petits-ducs mystérieux sont des oiseaux nocturnes. qui se cachent dans le feuillage des grands arbres pendant la partie diurne de la journée.
Au crépuscule et pendant la nuit, les couples chantent en duos. En fait, on a recueilli très peu de renseignements sur les habitudes de vie, qu'elles soient nocturnes ou qu'elles soient diurnes. Ces petits hiboux sont attirés par les cris de leurs congénères, se rapprochant d'eux bruyamment et sans ménagement. Les petits-ducs mystérieux sont présumés être sédentaires.

Alimentation mode et régime

Comme la plupart de leurs congénères des îles de la Sonde et d'Indonésie, les petits-ducs mystérieux consomment principalement des insectes. Ils ingurgitent également d'autres sortes d'arthropodes et des petits vertébrés qu'ils capturent occasionnellement après avoir attendu à l'affût.

Reproduction nidification

Les petits-ducs mystérieux aussi appelés petits-ducs des Moluques se reproduisent aux mois de novembre et de décembre à Ambon. Ils utilisent probablement des cavités naturelles d'arbres. Les œufs sont de forme arrondie ou ovale et ils sont de couleur blanche. Pas de renseignements ni de chiffres sur la biologie reproductive.

Distribution

7 sous-espèces sont officiellement reconnues :
O. m. morotensis - Morotai et Ternate, dans le nord des Moluques
O. m. leucospilus - Halmahera, Kasiruta et Bacan.
O. m. obira - îles Obi.
O. m. bouruensis - Buru, dans le sud des Moluques.
O. m. magicus - la race nominale, Ambon et Seram.
O. m. albiventris - ouest et centre des petites îles de la Sonde (Sumbawa, Komodo, Florès, Lembata).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook de oiseaux du Monde (HBW), cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle a une répartition très inégale, étant considérée comme commune sur Buru et comme assez rare à Sumbawa. Elle est entendue de façon très fréquente à Obi. On ne possède pas d'autres recensements sur les autres régions. Elle est protégée dans les parcs nationaux à Halmahera et Seram. Pas d'autres informations pour les autres régions. En dépit de la dégradation des habitats, les populations sont stables car ils n'y a pas de dangers majeurs.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/11/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net