Podoce de Biddulph

Podoces biddulphi - Biddulph's Ground Jay

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Corvidés

  • Genre
    :

    Podoces

  • Espèce
    :

    biddulphi

Descripteur

Hume, 1874

Biométrie
  • Taille
    : 32 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 120 à 141 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les podoces de Biddulph ont un bec long, fin et recourbé. A sa base, on peut apercevoir quelques discrètes vibrisses nasales. L'occiput est recouvert d'une courte touffe de plumes. Les couvertures sus-caudales sont longues, masquant la base de la queue. Chez l'adulte, le capuchon est noir, avec des reflets bleuâtres ou violacés. Les plumes de la gorge sont noir terne avec des pointes blanches, donnant à cette partie un aspect moucheté (en plumage usé, noir plus uniforme). Les côtés de la gorge et la zone malaire forment un trait noir terne moucheté de clair jusqu'en arrière de l'oeil. Le reste de la tête, le cou, les parties inférieures, le dessus forment un ensemble chamois rosâtre sable, bien plus pâle en dessous et se décolorant jusqu'à devenir chamois-crème. Les ailes sont bleu-noir brillant, excepté les primaires, les secondaires et l'alule qui présentent une grande étendue de blanc. Les petites couvertures alaires affichent une couleur chamois-sable. Les rectrices extérieures sont blanches. Le bec et les pattes sont noirs, l'iris brun foncé.
Les juvéniles ont le noir du capuchon et des ailes plus terne, non brillant. Les grandes couvertures ont des extrémités chamois-brun. Les rectrices ont des taches brunes plus diffuses sur les pointes. Le bec et les pattes sont brun grisâtre plutôt que noirs. De loin, le podoce de Biddulph peut être pris pour le Podoce de Henderson qui partage partiellement la même aire de distribution. Une observation attentive, notamment au niveau de la queue et de la gorge, dissipe rapidement toute confusion.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Biddulph's Ground Jay,
  • Arrendajo terrestre de Xinjiang,
  • Weißschwanzhäher,
  • fehérfarkú pusztaiszajkó,
  • Chinese Steppegaai,
  • Ghiandaia terragnola dello Sinkiang,
  • Biddulphs ökenskrika,
  • Hvithaleløpekråke,
  • džidžitka bielochvostá,
  • strakule tarimská,
  • Sinkiangløbekrage,
  • sinkianginaavikkonärhi,
  • gaig terrestre de Biddulph,
  • sójeczka białosterna,
  • baltastes sīlis, Tarimas sīlis,
  • Белохвостая саксаульная сойка,
  • オジロサバクガラス,
  • 白尾地鸦,
  • 白尾地鴉,

Voix chant et cris

On connaît peu de choses sur sa communication. Toutefois, deux sortes de cris ont été répertoriés : le premier est un 'chui-chui-chui' répété à trois reprises et dont la dernière syllabe est plus élevée. Le second est une série de sifflements bas dont les notes dégringolent rapidement

Habitat

Les podoces de Biddulph fréquentent les déserts sableux, pourvu qu'ils soient recouverts de buissons et de petits arbres, en particulier les peupliers. Ils sont également présents dans les lieux ou les roseaux communs (phragmites australis) et les tamaris poussent, dans les zones basses entre les dunes de sable. On les trouve souvent près des parcs de stationnement, des dépôts d'ordures et des endroits où la recherche de nourriture est facilitée par la présence humaine. Les podoces de Biddulph vivent à des altitudes qui varient entre 800 et 1500 mètres. Dans ces contrées, les températures moyennes sont de 10 à 12°C. Cependant les amplitudes sont considérables, les minimums atteignant moins 30 degrés en janvier, les maximums plus 48 degrés en juillet. Les précipitations sont comprises entre 20 et 50 millimètres pour l'année entière.
Les podoces de Biddulph sont endémiques du désert de Taklamakan, au sud de la rivière Tarim. Leur aire de distribution s'étend sur 800 km d'ouest en est, et sur 500 km du nord au sud, dans la province de Sinkiang, à l'ouest de la Chine. L'espèce est monotypique (pas de sous-espèces).

Comportement traits de caractère

Les podoces de Biddulph vivent habituellement en couples ou en groupes familiaux pouvant compter jusqu'à six individus à partir du mois de juin. Ils sont timides et discrets. Ils se déplacent rapidement sur le sol en se dandinant à la manière des corvidés plutôt qu'en effectuant une course directe. Ils semblent prendre leur envol bien plus facilement que les autres geais terrestres, parcourant même des distances assez considérables à l'aide de battements faibles et laborieux. Les podoces de Biddulph se perchent volontiers dans les arbres et dans les buissons à l'intérieur desquels ils trouvent refuge s'ils sont approchés. Ils recherchent leur nourriture en piochant vigoureusement dans le sable avec leur bec fortement recourbé.

Alimentationmode et régime

Les podoces de Biddulph ont un régime mixte : ils consomment à la fois des insectes et des graines, ces dernières étant probablement picorées dans les excréments des animaux domestiques.

Reproduction nidification

Les nids sont situés dans les buissons ou dans les petits arbres, à environ un mètre au-dessus du sol, mais ils peuvent également être placés dans des trous à terre. Ce sont des structures de brindilles dont la coupe profonde est garnie de laine, de crin, d'herbes sèches, de graines cotonneuses ou de feuilles. La ponte comprend 1 à 3 oeufs de couleur vert bleuâtre clair dont la surface est recouverte de taches et d'éclaboussures qui présentent plusieurs variétés de brun. La saison de nidification bat son plein entre le mois de mars et le mois de mai.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

De tous les geais terrestres, c'est surement l'espèce qui a marqué le plus grand déclin. Alors qu'elle était encore abondante dans les années 1930, elle est parfois rare ou impossible à observer entre Kashgar, a l'ouest et Aksu, à l'Est. A cette disparition, on peut avancer de multiples raisons : la dégradation de la végétation désertique par le surpaturage des troupeaux domestiques, son abattage exagéré et son utilisation comme bois de chauffage, enfin l'irrigation croissante qui transforme l'habitat. Autrefois, le centre du Taklamakan était pratiquement inaccessible sauf par voie aérienne. Depuis 1994 et l'ouverture de l'autoroute qui travers le désert du nord au sud, de plus en plus de podoces, qui sont des oiseaux terrestres, sont victimes des accidents de la circulation.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Podoce de BiddulphFiche créée le 08/12/2007 par
publiée le - modifiée le 2007-12-08 21:03:55 © 1996-2019 Oiseaux.net