Pouillot verdâtre

Phylloscopus trochiloides - Greenish Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Phylloscopidés

  • Genre
    :

    Phylloscopus

  • Espèce
    :

    trochiloides

Descripteur

(Sundevall, 1837)

Biométrie
  • Taille
    : 12 cm
  • Envergure
    : 18 cm.
  • Poids
    : 8 g
Distribution

Distribution

Description identification

Description de la race viridianus. Les sexes sont identiques. Chez l'adulte nuptial en plumage frais, les parties supérieures sont vert-olive avec une nuance grisâtre. Le sourcil, large, évident, de couleur jaune blanchâtre, court jusqu'aux couvertures auriculaires et est légèrement infléchi vers le haut dans sa partie terminale ; Les lores et le trait oculaire olive sombre contrastent avec le reste de la face jaune claire qui est mouchetée de vert foncé hormis une zone sans tache en-dessous de l'oeil. Les parties inférieures sont blanchâtres ou crème, parfois très claires, souvent avec une légère teinte jaunâtre. Les côtés de la poitrine et les flancs présentent un lavis gris terne. La zone anale et les ouvertures sous-caudales sont blanchâtres ou blanc jaunâtre. La queue est brun sombre avec des bordures extérieures vert-olive éclatant, la pointe et quelques filets intérieurs étant bordés de blanc brunâtre.
Les rémiges, les couvertures primaires et l'alule sont brun foncé avec des bords extérieurs vert-olive éclatant. Les petites couvertures reproduisent le même modèle. Les couvertures moyennes sont également brun foncé, les plumes ayant souvent une terminaison blanc jaunâtre qui forme une discrète petite barre alaire. Les grandes couvertures sont brun foncé avec une franche et proéminente barre alaire claire. Le dessous des ailes est jaune pâle. La mandibule supérieure est brun-corne foncé avec un bord tranchant chair clair ou jaune. La mandibule inférieure est jaunâtre avec une pointe sombre Les pattes sont brun moyen, grisâtres ou brun grisâtre.
En plumage usé (juin-juillet), le dessus a une teinte brun grisâtre bien perceptible. Le dessous est plus blanc grisâtre. Les infiltrations grises des flancs et des côtés de la poitrine ont souvent disparu et la teinte jaunâtre est considérablement atténuée. Les bandes alaires sont abrasées et très succinctes, celle du dessus disparaissant et celle du dessous gardant une certaine vigueur. Les terminaisons pâles des rémiges et de la queue sont fortement usées. Les juvéniles sont comme les adultes mais ils présentent un dessus plus brun, moins vert. Les plumes ont une structure moins compacte, plus duveteuse.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Phylloscopus trochiloides trochiloides (w, c)
  • Phylloscopus trochiloides viridanus (e Europe to c Siberia and nw China)
  • Phylloscopus trochiloides ludlowi (n Pakistan to nw Himalayas)
  • Phylloscopus trochiloides obscuratus (c China)

Noms étrangers

  • Greenish Warbler,
  • Mosquitero verdoso,
  • Felosa-troquilóide,
  • Grünlaubsänger,
  • sárga füzike,
  • Зелёная пеночка,
  • 暗绿柳莺,
  • Grauwe Fitis,
  • Luì verdastro,
  • Lundsångare,
  • Østsanger,
  • wójcik,
  • kolibiarik sivozelený,
  • budníček zelený,
  • Lundsanger,
  • idänuunilintu,
  • ,
  • ヤナギムシクイ,

Voix chant et cris

Les mâles sont des chanteurs très actifs, utilisant leur voix, à la fois pour attirer les femelles et défendre leurs territoires. chaque mâle possède son répertoire de couplets musicaux. Le chant est composé par l'assemblage dans un ordre qui change sans cesse de ces divers éléments. Les chants sont d'une grande variété en raison de la grande étendue géographique de l'aire de distribution mais également à cause des règles souvent bien différentes qui régissent la construction des chants. Néanmoins, ces derniers se terminent toujours des fioritures ou un cliquetis métallique du genre 'chis-ouit chis-ouit chis-ouit' ou 'chi-chi-chioui....chichichioui'. ça peut également donner : 'weedle-weedle-weed-lii-touii-touii-touii,...trihit-trihit-touii-touii-tou-tou-touii'.

Habitat

Cet oiseau fréquente les bouleaux et les trembles dispersés au milieu des forêts d'épicéas, mais on le trouve également dans les forêts mixtes de conifères et de feuillus, dans les massifs de saules et les bouquets de tamaris. Il habite aussi les forêts montagneuses d'arbres rabougris et les broussailles, les arbrisseaux et les petits arbres le long des torrents jusqu'à 4000 mètres. En hiver, il séjourne à des altitudes plus modestes, dans les régions de zones boisées ouvertes telles que les forêts claires, les bois en cours de régénération, les lisières ainsi que les terres cultivées ou les plaines pourvues d'acacias.
Bien que la limite occidentale de son aire déborde sur le sud de la Scandinavie, la Russie Occidentale, les pays baltes et l'Allemagne Orientale et que sa colonisation se poursuive en direction de l'ouest, c'est surtout un oiseau du continent asiatique. Six sous-espèces différentes sont réparties en deux groupes : groupe oriental : Phylloscopus Trochiloides trochiloides , la race type, vit à la bordure sud de l'Himalaya, en direction de l'est vers le Népal et la Chine Occidentale - P.T. obscuratus, vit en Chine, au Gansu et dans ses environs - P.T. plumbeitarsus, séjourne dans la taïga de l'est sibérien, du fleuve Iénisseï jusqu'à la mer d'Okhotsk - P.T. ludlowi, sud-est de l'Afghanistan, Cachemire, nord de l'Inde. Groupe occidental : P.T. nitidus, est présente dans le Caucase et au sud de la mer Caspienne, dans le nord de l'Iran - Phylloscopus Trochiloides viridianus, est la race qui nous intéresse le plus à priori. Son aire commence en Sibérie Centrale et se poursuit en direction de l'ouest par dessus l'Oural jusqu'à la Scandinavie et les pays baltes. Elle est occasionnelle en Europe Occidentale pendant l'hiver. Plusieurs rapports nous la signale en Allemagne, en Hollande, et en Grande-Bretagne. Elle est très rare en France.

Comportement traits de caractère

Cet oiseau vit en solitaire, en couples ou en petits groupes nomadiques et familiaux de 2 à 3 individus, mais en dehors de la saison de reproduction, il s'associe volontiers à des bandes d'autres espèces de petite taille. Il est fortement arboricole, mais il peut se nourrir dans d'autres niveaux moins élevés. Il n'est pas particulièrement timide, cependant il est assez difficile à observer compte-tenu des hauteurs qu'il fréquente dans les arbres. Au passage, lors des migrations, il est encore plus difficilement abordable. C'est une espèce active et vive, un peu comme le Pouillot véloce. Il se déplace rapidement avec des mouvements élégants à l'intérieur et à proximité du couvert, donnant toujours l'impression d'être dans l'excitation de l'urgence. Il effectue des mouvements brusques des ailes mais les mouvements convulsifs de sa queue sont moins fréquents que ceux du Pouillot véloce. IL effectue toute une variété de mouvements : sautillements, plongeons, volutes et glissades dans les feuillages. Son vol est léger et aérien.
Les pouillots verdâtres quittent les lieux de nidification en septembre ou parfois au début du mois d'octobre et prennent leurs quartiers d'hiver au sud. Selon les sous-espèces, les destinations sont différentes. La race viridianus hiverne sur la sous-continent indien, la race plumbeitarsus en Thaïlande et en Indochine. La race nitidus se rerouve au sud de l'Inde et au Sri Lanka, la race type trochiloides élit domicile au Bengladesh, en ThaÏlande ,en Indochine et jusqu'aux îles Andaman. La destination d'obscuratus est peu connue et la race ludlowi est sûrement celle qui effectue le plus court chemin.

Alimentation mode et régime

Son régime est essentiellement insectivore. Il peut capturer ses proies à différents endroits, dans les feuillages, à terre, ou en vol. Il peut même pratiquer le vol stationnaire si cela est nécessaire pour capturer les insectes qui, pour une raison quelconque, ont été forcés de sortir de leur abri.

Reproduction nidification

Les pouillots verdâtres arrivent sur les lieux de nidification entre la mi-avril et la fin juin selon les régions, seuls ou par petits groupes de 2 à 3 oiseaux. Les couples nichent de façon isolée, chaque nid étant séparé par une distance qui varie de 35 à 100 mètres. Ce dernier est placé à terre, bien dissimulé sous un rocher ou entre des pierres, dans une touffe de mousse, au milieu de matériaux morts, sous un peu d'écorce ou une pile de brindilles sèches. La femelle s'occupe seule de sa construction. Elle utilise des mousses et des herbes sèches pour la structure extérieure et garnit l'intérieur avec du crin et des plumes. Entre la fin mai et le début juillet, elle y dépose entre 3 et 7 oeufs qu'elle couve seule pendant 12 ou 13 jours. Les deux parents nourrissent les oisillons et ceux-ci prennent leur envol à la fin-juillet ou au début août quand ils sont âgés de 12 à 14 jours. Les pouillots verdâtres ne pondent qu'une fois par saison, mais si la couvée est perdue, une ponte de remplacement n'est pas exclue.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/04/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net