Psittacule double-oeil

Cyclopsitta diophthalma - Double-eyed Fig Parrot

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittaculidés

  • Genre
    :

    Cyclopsitta

  • Espèce
    :

    diophthalma

Descripteur

Hombron Jacquinot, 1841

Biométrie
  • Taille
    : 16 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 42 à 55 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez ce perroquet de petite taille, les motifs faciaux sont nombreux et se mêlent de façon complexe. Le front jusqu'à la moitié du capuchon, les joues et les couvertures auriculaires sont rouge écarlate. Une marque bleu-turquoise brillant se développe sur le dessus et le côté de l'œil. Une ligne verte parcourt le dessus et l'arrière de l'œil. Une tache bleu-violet pâle est placée juste en arrière du rouge des oreillons et se poursuit jusqu'à la gorge. Une étroite bande jaune-orange sert de ligne de démarcation entre le rouge du front et le vert de l'arrière du capuchon. Les parties supérieures sont vert éclatant avec quelques vagues infiltrations vert-olive sur le manteau. Les couvertures alaires sont également vert éclatant contrastant avec les couvertures primaires qui sont bleues. Les primaires sont bleu-turquoise terne sur les filets extérieurs et noirs sur les filets intérieurs. L'ensemble des rémiges forme une bande blanc jaunâtre bien visible du dessous. Le dessous des ailes est vert avec des bordures jaunes. Les parties inférieures affichent une teinte vert jaunâtre légèrement plus claire que celle du dos. Un long éclair jaune parcourt les flancs, le long de la bordure de l'aile. Les sus-caudales sont vertes, les sous-caudales grises.

Le bec robuste et très nettement dentelé affiche un couleur gris-plomb avec une pointe sombre. La cire est gris sombre. Les iris sont brun foncé, les pattes vert grisâtre.

Indications subspécifiques 7 Sous-espèces

  • Cyclopsitta diophthalma diophthalma (w Papuan islands, w New Guinea)
  • Cyclopsitta diophthalma aruensis (Aru Is., sc New Guinea)
  • Cyclopsitta diophthalma virago (Goodenough and Fergusson Is.. D'Entrecasteaux Arch..)
  • Cyclopsitta diophthalma inseparabilis (Tagula I.. Louisiade Arch..)
  • Cyclopsitta diophthalma marshalli (Cape York Pen.. extreme n Queensland, Australia.)
  • Cyclopsitta diophthalma macleayana (ne Queensland. Australia.)
  • Cyclopsitta diophthalma coxeni (se Queensland and ne New South Wales. Australia.)

Noms étrangers

  • Double-eyed Fig Parrot,
  • Lorito Dobleojo,
  • Papagaio-do-figo-de-cara-azul,
  • Rotwangen-Zwergpapagei,
  • aranyostestű álarcospapagáj,
  • Dubbeloogvijgpapegaai,
  • Pappagallo dei fichi quattrocchi,
  • Dubbelögd fikonpapegoja,
  • Sminkefikenpapegøye,
  • figojed žltoboký,
  • loríček žlutoboký,
  • Dobbeltøjet Figenpapegøje,
  • viikunakaija,
  • lloret dobleull,
  • figówka zmienna,
  • Златобокий фиговый попугайчик,
  • Nuri-ara mata-ganda,
  • イチジクインコ,
  • 红脸果鹦鹉,
  • 雙眼無花果鸚鵡,

Voix chant et cris

Un "Seet-seet" faible et aigu est souvent émis en vol. On peut également l'entendre juste à l'envol ou lorsque l'oiseau se pose. D'autres cris sont répertoriés, notamment un gazouillement bavard et un appel strident et roulant qui sert de cri d'alarme. Le cri de reconnaissance est plus dissyllabique, plus saccadé et plus rude que celui du lori à masque rouge (Glossopsitta pusilla). Il rappelle un peu celui de la Perruche ondulée. Les autres psittacules ont des cris plus puissants. Ceux de la Psittacule à poitrine orange sont plus aigus.

Habitat

Les psittacules double-œil fréquentent une grande variété d'habitats de basse et de moyenne altitude. On les trouve généralement dans les forêts pluviales, les parcelles en cours de régénération, les lisières des bois et les forêts-galeries le long des cours d'eau. Occasionnellement, elles choisissent des zones boisées plus sèches ou de peuplements plus ouverts d'eucalyptus. Les oiseaux qui résident sur le continent australien vivent également dans les parcs, les jardins, les broussailles, les zones cultivées et les mangroves. La race coxeni était à l'origine concentrée dans les forêts alluviales mais on peut désormais la trouver dans les boisements secs de plaine ainsi que dans les forêts pluviales de colline. Dans toute les habitats fréquentés, les psittacules sont dépendants des arbres fruitiers et plus particulièrement des figuiers.

Comportement traits de caractère

Les psittacules double-œil se rencontrent habituellement en couples ou en petites bandes, gardant le contact grâce à des petits cris aigus lorsqu'ils traversent la canopée ou volent au-dessus d'elle. Toutefois, en dehors de la saison de reproduction, ils forment des dortoirs communs regroupant plus de 200 oiseaux. Ces grands regroupements se fractionnent en troupes plus modestes lorsqu'il s'agit de chercher la nourriture en matinée et en soirée. Les psittacules se restaurent paisiblement en se glissant discrètement sous les feuillages des arbres. Seule la chute de débris alimentaires tombant des branches quand ils brisent les fruits trahit alors leur présence. Quand ils se sentent menacés, ces oiseaux agitent leurs ailes et lancent des appels qui reflètent bien leur inquiétude. Pendant les averses, ils prennent des bains dans les feuillages puis ils se lissent les plumes.

Alimentation mode et régime

Bien que majoritairement végétariens, les psittacules à double-œil sont souvent considérés comme des généralistes. Les graines de figues constituent la partie principale de leur menu. Les oiseaux utilisent le même arbre jusqu'à ce que tous les fruits mûrs soient épuisés. Le régime comprend également d'autres petits fruits, du nectar, des larves d'insectes ainsi que des champignons et du lichen qui sont glanés sur les troncs. Les psittacules à double-œil s'alimentent en groupes en compagnie d'autres espèces de psittacules. En Australie, ils s'associent avec des perruches du genre Patycercus ou avec des loris et des loriquets.

Reproduction nidification

En Nouvelle-Guinée, la saison de nidification commence probablement au mois de mars. En Australie, elle s'étend plutôt du mois d'août au mois de novembre. A la fin de la période hivernale, les grands groupes se dispersent. Les couples se forment et établissent leur territoire à proximité de leur arbre nourricier. Le nid est une cavité élargie dans un tronc ou une large branche, entre 8 et 20 mètres au-dessus du sol. Le gros du travail est effectué par la femelle. Elle séjourne dans le nid, y passe la plus grande partie de son temps tant que les travaux de creusement ne sont pas terminés. Elle peut éventuellement effectuer plusieurs perforations avant de faire son choix définitif. Le diamètre du trou d'entrée est d'environ 4 centimètres. Le trou mesure 20 cm de profondeur. Avant l'accouplement, l'offrande rituelle de nourriture est assez fréquent. La ponte comprend deux œufs blancs qui sont déposés sur un peu de sciure à 48 heures d'intervalle. L'incubation dure 18 jours. Les jeunes, revêtus d'un duvet blanc, quittent le nid au bout de 7 ou 8 semaines. Ils sont nourris par la mère pendant les 3 ou 4 premières semaines. Après l'envol, les petits reviennent pendant quelques temps sur le lieu de leur naissance.

Distribution

Les psittacules double-œil vivent essentiellement en Nouvelle-Guinée et dans le nord-est du continent australien. La limite ouest de leur aire de distribution est constituée par Waigeo, Salawati, Misool et Kafiau dans les îles de la Papouasie Occidentale. Sur l'île principale de la Nouvelle-Guinée, ces oiseaux sont absents du centre de la péninsule de Vogelkop et de la chaîne centrale montagneuse au-dessus de 1600 mètres. Par contre, on peut les observer aux îles Aru, dans l'archipel d'Entrecasteaux et les îles de la Louisiade. En Australie, les psittacules double-œil sont réparties en 3 populations isolées : la population la plus nordique réside à la pointe du Cap York, la population centrale occupe une partie du littoral dans la région de Cocktown, le district de Cairns et d'Atherton en direction du sud jusqu'à Townsville, enfin, la population le plus méridionale, réduite à environ 50 individus, élit domicile dans l'extrême sud du Queensland, à la limite des Nouvelles-Galles-du-Sud. 8 sous-espèces sont officiellement répertoriées : C.d. diophtalma (îles de la Papouasie Occidentale et nord-ouest de la Nouvelle-Guinée) - C.d. coccineifrons (sud-est de la Nouvelle-Guinée, de la baie de l'Astrolabe jusqu'à la plaine alluviale de la Fly) - C.d. aruensis (sud de la Nouvelle-Guinée et îles Aru) - C.d. virago (îles Ferguson et Goodenough dans l'archipel d'Entrecasteaux) - C.d. inseparabilis (île Tagula et archipel de la Louisiade) - C.d. marshalli (péninsule du Cap York) - C.d. macleayana (nord-est du Queensland autour de Cockstown) - C.d. coxeni (extrême sud du Queensland et nord des Nouvelles-Galles).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population mondiale est estimée à un peu plus de 100 000 individus et elle semble stable. Toutefois, 2 sous-espèces sont menacées. La race macleayana compte moins de 5000 oiseaux et elle paraît en déclin bien que nichant dans les parcs et les jardins. La race coxeni est sans doute inférieure à 200 individus, en raison de la destruction des forêts pluviales. La troisième population australienne marshalli est encore très commune. En Nouvelle-Guinée, les psittacules paraissent peu communes à cause de leur petite taille et leurs mœurs extrêmement discrètes.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Psittacule double-oeilFiche créée le 15/06/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net