Ptilope de Clémentine

Ptilinopus porphyraceus - Crimson-crowned Fruit Dove

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Ptilinopus

  • Espèce
    :

    porphyraceus

Descripteur

Temminck, 1821

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 90 à 124 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, les parties supérieures, les ailes et la queue sont vert foncé. La tête, le cou et la poitrine forment un bel ensemble gris-vert clair qui est souligné par une éclatante barre sombre au niveau du bas de la poitrine. Le front et le capuchon affichent une étonnante tache violet brillant avec une légère bordure jaune. La couleur des plumes du ventre varie du jaune à l'orange et au violet foncé. Les rectrices ont une bande terminale gris clair qui est largement infiltrée de vert et jaune à la pointe. Les 2 sexes sont identiques, ils ont des iris chamois-jaune, un bec vert et des pieds violets ou rouge violacé.
Les juvéniles ont une petite tache très indistincte sur le capuchon. Leur plumage corporel est plus uniformément vert brillant avec quelques liserés jaunâtres
Les différentes races se distinguent par une taille et une envergure légèrement différentes. La couleur du capuchon et des parties supérieures varie parfois assez nettement.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Ptilinopus porphyraceus porphyraceus (Niue, Tonga and Fiji Is.)
  • Ptilinopus porphyraceus fasciatus (Samoa)

Noms étrangers

  • Crimson-crowned Fruit Dove,
  • Tilopo Coronipúrpura,
  • Pupurscheitel-Fruchttaube,
  • bíborfejű gyümölcsgalamb,
  • Purperkapjufferduif,
  • Tortora beccafrutta capocremisi,
  • Purpurhättad fruktduva,
  • Dryadefruktdue,
  • pestroš čiapočkatý,
  • holub růžovočelý,
  • Fijifrugtdue,
  • purppuralakkikyyhky,
  • tilinop de les illes Tonga,
  • owocożer krasnogłowy,
  • Пурпурношапочный пёстрый голубь,
  • ヒメアオバト,
  • 紫顶果鸠,
  • 緋紅頂果鳩,

Voix chant et cris

A Alofi, le cri est une série de simples ou de doubles notes relativement aiguës et délivrées rapidement. En qualité, il n'est pas très éloigné de celui de la Tourterelle turque qui vit en Europe. Cette série dure entre 5 et 10 secondes et est délivrée à un rythme constant, ce qui donne la retranscription suivante : "coo, coo, cu-coo, cu-coo, cu-coo.....". Chaque "coo" est une note montante alors que les "cu", les "cua" ou les "cu-coo" sont légèrement descendantes. Aux îles Samoa, ce ptilope est une des espèces les plus vocales de la forêt. Son cri, qui dure entre 9 et 20 secondes, est constitué de séries de notes disyllabiques ou trisyllabiques qui décélèrent sur la fin.

Habitat

Le ptilope de Clémentine peut être observé dans tous les types de forêts, mais plus particulièrement dans les forêts primaires pluviales. Il est moins aperçu dans les parcelles en cours de régénération pourvues de broussailles et dans les zones cultivées avec des petits arbres épars. Dans les îles Caroline, il semble plus confiné aux zones fortement boisées sur les pentes de sommets volcaniques.

Comportement traits de caractère

Bien que cette espèce soit parfois aperçue en petites bandes, elle se nourrit la plupart du temps en solitaire ou en couples et elle est notablement moins grégaire que le ptilope de la Pérouse avec lequel elle cohabite occasionnellement. En dépit du fait qu'il soit assez vocal, le ptilope de Clémentine est souvent difficile à localiser. Il se tient généralement à l'intérieur du feuillage, sur une branche à l'étage moyen d'un arbre fruitier. On peut également le repérer dans des broussailles ou dans des enchevêtrement de plantes grimpantes. Ce pigeon est connu pour parcourir de longues distances et il peut traverser des bras de mer pour rejoindre d'autres petites îles. Quand il se déplace, il vole à une grande hauteur au-dessus de la cime des arbres et il peut être facilement aperçu. On ne possède aucune information sur les rituels et sur les parades.

Alimentation mode et régime

Les ptilopes de Clémentine consomment une grande variété de fruits. Aux îles Samoa, ils recherchent leur alimentation dans les banians du pacifique, ce qui est le nom des figuiers locaux (Ficus prolixa et Ficus obliqua). Dès qu'ils sont installés dans un arbre fruitier qui leur convient, ces oiseaux montrent beaucoup de réticence à le quitter. S'ils sont obligés de s'enfuir précipitamment, ils y reviennent presque immédiatement, une fois que l'alerte est passée

Reproduction nidification

A Chuuk et au Samoa, la saison de nidification se déroule de juin à février mais le paroxysme dans l'activité a lieu probablement au cours des derniers mois de l'année. Le nid est une petite plate-forme de brindilles entremêlées, il est placé dans un arbrisseau ou dans un petit arbre, habituellement à faible hauteur. Toutefois, certaines constructions sont installées à 10 mètres au-dessus du sol dans des arbres de plus grande taille. La femelle pond un seul œuf blanc dont la durée d'incubation est inconnue.

Distribution

Ce petit pigeon est originaire des îles de l'ouest du Pacifique. On le trouve aux îles Caroline, à Wallis-et-Futuna, dans l'archipel des Samoa, aux Fidjis, aux îles Tonga et à Niue, à 2 400 kilomètres au nord-ouest de la Nouvelle-Zélande. Autrefois, on pouvait également l'observer sur Ebon, dans les îles Marshall. Comme chez la plupart des espèces insulaires, on peut noter de nombreuses sous-espèces : P. p. porphyraceus, la race nominale (Fidji, Rotuma, Tonga et Niue) - P. p. fasciatus ( Samoa américaines et occidentales) - P. p. graeffei (Wallis-et-Futuna, Niuafo'ou) - P. p. ponapensis (Chuuk et Ponhpei) - P. p. hernsheimi (Kosrae) - P. p. marshallianus (Ebon, race probablement éteinte).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les ptilopes de Clémentine sont relativement répandus dans l'ouest du Pacifique. Ils sont même communs et bénéficient d'une très bonne distribution dans les endroits où l'habitat leur convient. Ils choisissent les petites îles car celles-ci sont généralement exemptes de prédateurs. Dans les grandes îles des Fidji (Viti Levu et Vanua Levu), ils sont absents en raison de l'existence d'un redoutable chasseur, l'Autour des Fidji (Accipiter rufitorques). A cause de l'habitude qu'ils ont de stationner toujours dans le même arbre (voir plus haut, dans "Nourriture"), les ptilopes de Clémentine sont des proies faciles pour les chasseurs. D'après Birdlife, la population globale semble stable et l'espèce est classée comme "de préoccupation mineure".

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/04/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net