Rousserolle des buissons

Acrocephalus dumetorum - Blyth's Reed Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Acrocephalidés

  • Genre
    :

    Acrocephalus

  • Espèce
    :

    dumetorum

Descripteur

Blyth, 1849

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : 17 à 19 cm.
  • Poids
    : 8 à 12 g
Distribution

Distribution

Description identification

La rousserolle des buissons est très semblable à la verderolle et c'est avec elle qu'il convient de faire la comparaison. Elles ont la même taille et la même allure à quelques détails près. La rousserolle des buissons est plus profilée, avec un bec plus fort et légèrement plus long, un front plus bas et plus long, une calotte moins arrondie. D'un autre côté, la queue est légèrement plus longue, moins arrondie, et tenue plus droite, voire légèrement relevée à certains moments. Les sexes sont identiques. En plumage frais, les adultes possèdent des parties supérieures très uniformes, d'un brun ou brun-gris froid, y compris en pleine lumière. L'avant de la calotte est d'un brun marron un peu plus chaud. La nuque et les côtés de la tête et du cou sont nuancés de gris. Le croupion et les couvertures sus-caudales sont légèrement plus clairs que le manteau. Les rémiges et les rectrices, d'un brun sombre et bordées de brun moyen, ne présentent pas de contraste net. Le sourcil blanc, très net à l'avant de l'œil, se prolonge vers l'arrière en une petite virgule blanche qui s'estompe rapidement. Le sourcil est surligné par le bord de la calotte assombri et souligné par le trait loral sombre et moucheté. L'œil est entouré d'un anneau blanc bien défini, interrompu en avant par le trait loral et en arrière par un trait oculaire sombre plus visible sous l'œil car se fondant dans le sourcil au dessus. Les couvertures auriculaires brun-gris portent des stries blanchâtres qui débordent sur les joues beiges. Les parties inférieures sont blanchâtres, mais avec une nette nuance grise sur les côtés de la poitrine et les flancs. La gorge et les sous-caudales sont blanches. Le dessous des ailes et les axillaires sont teintés de gris pâle. Le bec présente une mandibule inférieure jaune assombrie dans sa partie distale. Les pattes sont rougeâtres ou rose brunâtre et paraissent sombres de loin. Les doigts sont plus gris avec des ongles sombres. L'iris est brun sombre à brun clair.
En plumage usé, la couleur des parties supérieures est encore plus froide. Le sourcil et l'anneau oculaire sont plus blancs. Les dessous sont plus blancs, avec juste une légère suffusion chamois-gris aux flancs. Toutes les rémiges et les rectrices montrent des signes évidents d'usure.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Blyth's Reed Warbler,
  • Carricero de Blyth,
  • Felosa-das-moitas,
  • Buschrohrsänger,
  • berki nádiposzáta,
  • Садовая камышевка,
  • 布氏苇莺,
  • Struikrietzanger,
  • Cannaiola di Blyth,
  • Busksångare,
  • Busksanger,
  • zaroślówka,
  • trsteniarik krovinový,
  • rákosník pokřovní,
  • Buskrørsanger,
  • viitakerttunen,
  • ,
  • ヤチヨシキリ,

Voix chant et cris

Rousserolle des buissons
♂ adulte

Le chant n'est pas sans rappeler celui de la Rousserolle verderolle par les nombreuses imitations qu'il comprend, mais il est plus sonore, moins rapide, plus répétitif, plus mesuré et marqué par plus de pauses. Les strophes sont émises sur un rythme plus lent. Il inclut des sifflements ascendants propres à cette espèce et répétés tel qu'un "sii-ii- you" typique, des "teck-teck" récurrents ainsi que divers éléments caractéristiques du genre Acrocephalus. De loin, les répétitions de syllabes peuvent faire penser à la Grive musicienne. Les imitations sont parfaites, comme chez la verderolle, imitations de passereaux surtout, mais aussi de non-passereaux comme la guignette comme ce fut le cas récemment en Lorraine.

Habitat

La rousserolle des buissons fréquente des habitats variés, nettement différents de ceux de la Rousserolle effarvatte, et dans une moindre mesure de ceux de la Rousserolle verderolle. Des trois, c'est la plus liée aux ligneux. Elle marque une certaine préférence pour les forêts riveraines de feuillus, en particulier leurs stades jeunes, les marais avec buissons, les bouquets de petits arbres au milieu de prairies et les buissons épars dans des zones forestières ouvertes d'essences diverses. On la trouve également dans des peuplements de bouleaux au sein de steppes boisées, dans des broussailles et boisements clairs sur le versant de collines et dans des vallées jusqu'à 1 200 mètres d'altitude, dans les endroits incultes avec buissons en milieu agricole, etc.. Elle côtoie souvent la verderolle dont elle peut aussi fréquenter le milieu herbacé. En hivernage sur le sous-continent indien, cette rousserolle occupe une plus grande variété de milieux encore, à la fois proches et distants de l'eau jusqu'à une altitude de 2 100 mètres.

Comportement traits de caractère

Nettement plus arboricole que la Rousserolle verderolle, la rousserolle des buissons passe une grande partie de son temps dans les massifs de feuillus. Elle chasse ses proies posées dans la végétation en se déplaçant activement dans le feuillage des arbres et des buissons. Il lui arrive de capturer des proies volantes qu'elle happe du bec au passage ou poursuit sur une courte distance. Mais il lui arrive de chasser en milieu herbacé comme sa congénère, voire de descendre au sol pour se nourrir, rappelant en cela un petit turdidé. En moyenne, elle se dissimule moins que la plupart des autres espèces du genre Acrocephalus. Le mâle ne cherche pas à se cacher lorsqu'il chante dans une touffe d'orties ou un bouquet de saules. Cette espèce a pour habitude de relever légèrement la queue à l'occasion, ce qui lui donne une silhouette caractéristique que les anglophones nomment "banana posture".

Alimentation mode et régime

La rousserolle des buissons se nourrit principalement d'arthropodes posés dans la végétation, surtout d'insectes, mais également d'araignées et jusqu'à de petits escargots de façon anecdotique.

Reproduction nidification

Les premiers arrivants parviennent à la fin du mois d'avril ou en début du mois de mai au sud de l'aire de reproduction. Au nord de l'aire ou en altitude, ils n'arrivent au mieux qu'à la mi-mai. Les couples sont territoriaux et nichent séparément ; leurs nids sont distants les uns des autres de 25 à 100 mètres. Ils élisent domicile dans un buisson (saule, groseillier, framboisier, chèvrefeuille, etc...) ou dans des herbes hautes, tout spécialement les orties. Le nid est construit d'herbes sèches liées par du fil d'araignée et garni de crin animal ou végétal. La ponte est composée de 3 à 5 œufs vert pâle, tachés de brun-rouge, que la femelle dépose entre la fin mai et la mi-juillet. L'incubation par la femelle seule dure 12 jours. Les deux parents nourrissent les jeunes qui prennent leur envol à l'âge de 12 à 14 jours, soit entre la fin juin et la mi-août. Les rousserolles des buissons ne mènent à terme qu'une couvée et commencent les préparatifs de la migration dès le milieu du mois d'août.

Distribution

L'aire de distribution de la rousserolle des buissons s'étend du sud de la Finlande et de l'Estonie à la Sibérie Centrale, inclut le Kazakhstan et présente une extension vers les zones montagneuses du nord de l'Iran et de l'Afghanistan, et l'ouest de la chaîne himalayenne. En Europe, elle est limitée au sud par le cours du Dniepr, dans le nord de l'Ukraine. Cet oiseau prend ses quartiers d'hiver dans tout le sous-continent indien, aussi loin au sud que le Sri Lanka. Chaque année en fin d'été, quelques rousserolles des buissons, probablement surtout de jeunes oiseaux, s'égarent jusqu'en Grande Bretagne ou longent les littoraux de la mer du Nord et de l'Atlantique. On peut se questionner sur leur destination finale.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/04/2007 par Daniel Le-Dantec
partiellement réécrite le 26/06/2014 par Jean François © 1996-2017 Oiseaux.net