Shama des Seychelles

Copsychus sechellarum - Seychelles Magpie-Robin

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Copsychus

  • Espèce
    :

    sechellarum

Descripteur

Newton, A, 1865

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : 29 cm.
  • Poids
    : 77 g
Longévité

14 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Le shama des Seychelles, aussi appelé pie chanteuse des Seychelles (en créole Pisantez) est malgré son nom local un peu plus petit qu'un merle, et apparenté aux traquets et rougegorges. Il est entièrement noir à part une tache blanche sur la moitié supérieure de chaque aile. Les adultes ont des reflets bleu-noir brillants. Mâles et femelles sont identiques contrairement aux autres espèces de shamas (asiatiques et malgaches). Le plumage des juvéniles est semblable à celui des adultes mais n'a pas de reflet et les plumes de la tache blanche sont bordées de brun-roux. La queue est longue, les pattes et le bec sont noirs, les iris bruns foncés.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Seychelles Magpie-Robin,
  • Shama de Seychelles,
  • Seychellendajal,
  • seychelle-szigeteki szarkarigó,
  • Seychellenlijster,
  • Pettirosso gazza delle Seychelles,
  • Seychellshama,
  • Seychellskjæreskvett,
  • šáma záhradná,
  • šáma seychelská,
  • Seychellerdayal,
  • seychellienharakkatasku,
  • shama de les Seychelles,
  • sroczek seszelski,
  • Сейшельский шама-дрозд,
  • セーシェルシキチョウ,
  • 塞舌尔鹊鸲,
  • 塞席爾鵲鴝,

Voix chant et cris

Le mâle chante habituellement depuis un grand arbre, souvent un palmier. Son chant consiste en une répétition de gazouillis mélodieux et flûtés, entrecoupée de phrase plus sévères. Des imitations d'autres espèces peuvent être incluses (Foudi rouge, Martin triste, Chevalier guignette, Courlis corlieu et même sifflements humains). Les mâles chantent à l'aube et même avant, ainsi qu'au crépuscule. Il arrive que la femelle exécute une version simplifiée du chant en duo avec le mâle.

Habitat

Le shama des Seychelles apprécie les sous-bois sombres, à sol dépourvu de végétations (nu ou recouvert de feuilles mortes).

Comportement traits de caractère

Cet oiseau passe beaucoup de temps au sol pour rechercher sa nourriture, et est très attaché à son territoire, qu'il défend en faisant gonfler son plumage. Certains suivent les tortues géantes, les habitants ou le bétail pour se nourrir des insectes dérangés par leur passage. Le shama des Seychelles se déplace en sautillant sur le sol, souvent en position semi-verticale, la queue redressée. Le vol est direct et onduleux.

Alimentation mode et régime

Il se compose essentiellement de larves d'insectes, d'invertébrés. Les fruits disponibles (noix de coco, mangues ...) peuvent entrer dans le menu, ainsi que des petits crabes, de jeunes lézards, grenouilles, rongeurs et même des bébés serpents. Le shama des Seychelles profite également des petits poissons que des oiseaux marins laissent tomber, ainsi que des œufs de ces derniers s'ils sont laissés sans surveillance.

Reproduction nidification

Elle a lieu n'importe quand dans l'année, pour peu que suffisamment de nourriture soit disponible, avec cependant des pics durant la saison des pluies (novembre à mars). Le nid est irrégulier, constitué d'herbes sèches, de petite brindilles et de fibres de noix de coco. Il est construit dans une cavité, par les deux parents mais surtout la femelle. Des nichoirs appropriés peuvent aussi être utilisés. La femelle pond un seul œuf, qu'elle couve pendant 16 à 23 jours. Le jeune est nourri par les deux parents, parfois aidés par d'autres oiseaux, apparentés ou non - surtout des juvéniles, pendant plusieurs semaines après qu'il sait trouver seul sa nourriture.

Distribution

Le shama des Seychelles est endémique des îles granitiques de l'archipel du même nom. Actuellement la population est en expansion depuis les îles Frégate, Cousin, Cousine et Aride.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le shama des Seychelles était en danger d'extinction il y a une vingtaine d'année. En 1990 il n'y avait plus que 21 oiseaux, tous sur l'île de Frégate. Grace à un programme du réseau Birdlife International, la population a atteint 178 individus en 2006 et continue d'augmenter. La lutte contre les prédateurs introduits (chats, rats) et les compétiteurs également introduits tels que le Martin triste, la pose de nichoirs, la protection et la restauration des habitats, l'introduction sur de nouvelles îles au fur et à mesure de l'augmentation de la population, le maintien de la variabilité génétique font partie du programme.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/09/2013 par Régine Le Courtois Nivart © 1996-2017 Oiseaux.net