Solitaire de Townsend

Myadestes townsendi - Townsend's Solitaire

Solitaire de Townsend
adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Myadestes

  • Espèce
    :

    townsendi

Descripteur

Audubon, 1838

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 30 à 35 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Le Solitaire de Townsend est un turdidé de taille moyenne, légèrement supérieure à celle d'un merlebleu, mais d'allure très différente. Sa longue queue le fait paraître plus élancé. Les sexes sont semblables. Le plumage est tout en nuances de gris. L'œil est entouré d'un cercle oculaire blanc qui contraste nettement avec le gris uniforme de la tête qui peut quand même présenter une très vague indication de sourcil. Les rémiges et les grandes couvertures alaires sont plus sombres, noirâtres. Sur elles se détachent nettement des zones chamois roussâtre formant un dessin particulier sur l'aile. Une première tache est formée par la base des primaires, bien visible sur l'aile fermée ou en vol. Les secondaires sont bordées d'un liseré de même couleur formant une bande longitudinale sur l'aile fermée. Enfin, les couvertures primaires, les grandes couvertures et les tertiaires sont liserées de pâle, rompant l'uniformité du gris du dessus. La projection primaire est longue, la pointe de l'aile s'avançant sur la queue jusqu'à mi-longueur. La queue sombre montre du blanc bien visible sur les rectrices externes et à son l'extrémité. Les sous-caudales sont grises et ourlées de blanchâtre. Le bec noir est relativement petit pour un turdidé de cette taille. L'iris est sombre. L'espèce, lorsque l'observation est brève, peut le cas échéant être confondue avec un moqueur dont la silhouette est proche. Mais un moqueur n'a pas de cercle oculaire évident et présente un dessin différent dans l'aile. De plus ses attitudes sont très différentes et il est aussi beaucoup plus démonstratif à tous points de vue.
Comme c'est la règle dans la famille, le juvénile a le plumage densément tacheté sur un fond plus sombre que l'adulte ; de ce fait, il peut être confondu avec un jeune Merlebleu, si ce n'était l'allure.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Myadestes townsendi townsendi (ec Alaska to w USA)
  • Myadestes townsendi calophonus (n and c Mexico)

Noms étrangers

  • Townsend's Solitaire,
  • Solitario Norteño,
  • Townsendklarino,
  • Townsend-klarinétmadár,
  • Bergsolitaire,
  • Solitario di Townsend,
  • Nordlig solitärtrast,
  • Gråsolitærtrost,
  • drozdovec čečinový,
  • lesňák západní,
  • Klarinetfugl,
  • liuskerastuli,
  • solitari de Townsend,
  • klarnetnik północny,
  • Taunsenda strazds,
  • Горный дрозд-отшельник,
  • ハエトリツグミ,
  • 坦氏孤鸫,
  • 坦氏孤鶇,

Voix chant et cris

Le cri le plus fréquent est un "tuu" mélancolique à tonalité élevée et qui a valeur territoriale. Le chant est un babillage assez musical de type "sylvidé", avec parfois des réminiscences de fringille. Il est émis depuis un perchoir évident, le plus souvent la cime d'un arbre. En hiver, il arrive qu'il chante pour défendre un territoire alimentaire.

Habitat

Les Solitaires de Townsend nichent dans des zones montagneuses, en particulier dans des forêts ouvertes de conifères. Ils prennent leurs quartiers d'hiver dans des régions côtières ou dans des vallées qui sont pourvues en genévriers.
Cette espèce se reproduit de l'Alaska jusqu'au nord et au centre du Mexique. Son aire de nidification comprend le littoral nord-ouest du Pacifique, la Sierra Nevada les montagnes Rocheuses jusqu'au nord-est de l'Arizona et le nord-ouest du Nouveau-Mexique. Les solitaires qui nichent en Alaska, dans le territoire du Yukon et en Colombie Britannique migrent évidemment vers le sud, bien que l'on ne sache pas exactement où sont situés leurs quartiers d'hiver. Ceux qui nichent sur les plus hauts sommets migrent à des altitudes plus basses, y compris à l'ouest des grandes prairies. Enfin, dans beaucoup de régions de nidification, les Solitaires de Townsend sont sédentaires et passent l'hiver sur place.

Comportement traits de caractère

La silhouette particulière de cet oiseau s'accompagne de mouvements nerveux typiques des ailes et de la queue. Autrement, c'est un oiseau calme, pouvant passer de longs moments immobile, en particulier hors période de reproduction.
C'est un grand migrateur comme le montre la longueur de son aile. Pendant l'hiver, les Solitaires de Townsend défendent un territoire construit autour d'une parcelle de genévriers. Ils font preuve d'un comportement particulièrement agressif, donnant de la voix à partir de la cime des arbres, se livrant à des rituels de menaces, à des poursuites ou allant jusqu'à l'accrochage si nécessaire. On ne note pas de différence particulière dans le comportement entre mâles et femelles, mais les adultes sont sensiblement plus efficaces que les jeunes de premier hiver pour conserver l'inviolabilité de leur territoire hivernal. Les individus qui ont échoué pour acquérir un espace nourricier, subissent visiblement une plus grande mortalité. Ceux qui ont eu cette chance restent fidèles à leur territoire et y reviennent année après année.

Alimentation mode et régime

Pendant la saison de reproduction, les Solitaires de Townsend se nourrissent principalement d'insectes, qu'ils capturent en plein vol, à la manière des gobemouches, de larves et d'araignées, qu'ils saisissent sur les feuilles des arbres et sur le sol. Dès la fin de l'été et pendant tout l'hiver, le régime devient presque exclusivement baccivore. Ils consomment alors des baies de genévriers, de vraies baies provenant d'autres arbres et d'autres fruits. Il semble que la disponibilité en baies de genévriers soit absolument primordiale pour survivre à l'hiver et parvenir à effectuer le joint jusqu'au printemps.

Reproduction nidification

Les Solitaires de Townsend nichent à terre dans une multitude d'endroits, avec une certaine préférence pour les berges verticales boueuses le long des rivières, les versants érodés et surtout les tranchées au bord des routes. Ils installent également leurs nids dans des creux situés sous des roches ou des racines d'arbres. C'est une construction en forme de coupe bâtie avec des épines de pins et garnie d'herbes et d'écorces. Les nids édifiés à flanc de versant ont une base faite de brindilles. La plupart des pontes sont constituées de quatre œufs et la femelle prend seule en charge l'incubation. Ces œufs sont de différentes couleurs, du blanc terne au rose et au bleu verdâtre avec de nombreuses taches ou pointillés. Après l'éclosion, les deux parents s'occupent du nourrissage des oisillons. Ils récoltent une grande quantité d'aliments qu'ils stockent à l'intérieur de leur bouche et dans la partie supérieure de leur tube digestif, puis ils rentrent au nid. Un mâle, capturé pendant ce genre d'opération, avait ainsi emmagasiné six chenilles et deux araignées. Après l'envol, les adultes continuent à s'occuper de leur progéniture mais chaque parent prend en charge ou a la responsabilité d'un ou de plusieurs petits en particulier.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Espèce plutôt commune et non menacée pour l'instant.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Solitaire de TownsendFiche créée le 08/03/2007 par Daniel Le-Dantec
partiellement réécrite le 27/12/2016 par Jean François © 1996-2018 Oiseaux.net