Solitaire des Andes

Myadestes ralloides - Andean Solitaire

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Myadestes

  • Espèce
    :

    ralloides

Descripteur

d'Orbigny, 1840

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 25.5 à 37 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Les partenaires sont identiques. Chez les adultes, le front et la face jusqu'aux côtés du capuchon sont gris-ardoise foncé. Le capuchon et le dessus de la tête jusqu'à la nuque sont gris avec une nette tendance olive ou brun-olive. Le manteau, le dos et les scapulaires forment un ensemble brun-roux qui devient plus brun sur le bas du croupion et les sus-caudales. La queue est brun noirâtre excepté les rectrices centrales qui sont brun foncé. Toutes les plumes extérieures ont des terminaisons blanches. Les petites couvertures sont comme les scapulaires ou légèrement plus brunes. Les couvertures moyennes sont identiques mais elles ont des bases plus sombres. Les grandes couvertures, l'alula et les couvertures primaires affichent une couleur brun noirâtre avec des liserés olive brillant. Les rémiges sont noir grisâtre foncé avec des bordures brun-olive. Une tache brun chamoisé est visible à la base des secondaires lorsque l'aile est fermée. Les tertiaires sont semblables aux rémiges mais elles sont plus largement bordées de brun éclatant sur les filets extérieurs. Le dessous des ailes a des couvertures grises et un barre alaire argentée qui se voit bien en vol.
Le menton et la gorge jusqu'aux côtés de la poitrine et les flancs sont gris-ardoise foncé. Le ventre est gris cendré, de même que les sous-caudales qui ont des bordures gris plus foncé. Les flancs sont nuancés de brun-cannelle.
Pour le bec plutôt court mais large à la base, la mandibule supérieure varie du gris foncé au brun-corne, la mandibule inférieure peut être jaune-orange. Les pattes et les pieds sont d'un marron brûlé.
Les juvéniles sont semblables à leurs parents mais ils ont des taches chamois clair sur le dessus et des pointillés sombres sur les parties inférieures. Les différentes sous-epèces se distinguent par la nuance de brun plus ou moins clair sur les parties supérieures.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Myadestes ralloides ralloides (c and s Peru, w Bolivia)
  • Myadestes ralloides plumbeiceps (w Colombia and w Ecuador)
  • Myadestes ralloides candelae (nc Colombia)
  • Myadestes ralloides venezuelensis (n and w Venezuela and e Colombia to n Peru)

Noms étrangers

  • Andean Solitaire,
  • Solitario Andino,
  • Andenklarino,
  • andoki klarinétmadár,
  • Andessolitaire,
  • Solitario delle Ande,
  • Andinsk solitär,
  • Andessolitærtrost,
  • drozdovec andský,
  • lesňák andský,
  • Andesklarinetfugl,
  • andienrastuli,
  • solitari dels Andes,
  • klarnetnik andyjski,
  • Андский дрозд-отшельник,
  • キバシヒトリツグミ,
  • 拉美孤鸫,
  • 安地斯孤鶇,

Voix chant et cris

Le cri le plus courant est un "rraou" guttural. Le chant est une série calme et tranquille de sifflements agréables qui alternent parfois avec des notes plus rudes, le tout étant ponctué de fréquentes pauses : "lee-day....leedle-lee...lulee....ur-lur....turdelee... see-see.....eee-oh-lay......teul-teul...". Certaines notes sont plus tenues que d'autres et certains interprètes délivrent des phrases plus courtes. Les phrases sont répétées après une pause plus longue que celles qui sont entre les notes. Il existe des dialectes régionaux : les populations du nord de l'aire ont tendance à produire des notes plus sèches et plus rugueuses que les autres. Néanmoins, chez toutes les races, le chant est puissant et porte à longue distance. Il est délivré d'un perchoir situé juste sous la canopée d'un grand arbre et il est plus fréquent à l'aube ou au crépuscule. Le solitaire des Andes chante à tous les mois de l'année, mais de façon moins persistante en dehors de la saison de reproduction. Les femelles produisent également des chants mais leur qualité est inférieure à ceux des mâles.

Habitat

Les solitaires des Andes vivent principalement dans les zones boisées denses et humides ainsi que dans les forêts de nuage mais on peut également les observer dans certains peuplements en cours de régénération. Aux altitudes les plus élevées, ces oiseaux fréquentent les parcelles d'arbres nains et de végétation rabougrie. Les solitaires des Andes résident surtout entre 1 200 et 2 900 mètres d'altitude. Cependant, sur le versant pacifique des Andes, ils peuvent descendre jusqu'à 800 mètres. Au Venezuela, on peut occasionnellement les rencontrer jusqu'à 4 500 mètres.

Comportement traits de caractère

Les solitaires des Andes sont des oiseaux timides et extrêmement discrets. Ils vivent seuls dans les feuillages épais, de la canopée aux étages inférieurs des arbres. Ils sont particulièrement indolents et ils passent de longues périodes à ne rien faire. Ils adoptent une stature assez rigide et restent immobiles un peu à la manière des trogons. De ce fait, ils passent très souvent inaperçus, sauf quand ils chantent. Ces oiseaux sont nettement arboricoles, ils recherchent leur nourriture le long des branches et dans le feuillage de grands et de moyens arbres. Ils descendent rarement à terre, sauf pour y nicher. Les solitaires des Andes sont habituellement peu grégaires, ce qui ne les empêche pas parfois d'intégrer des bandes en compagnie d'autres espèces quand ils recherchent des fruits dans les arbres. Ils sont considérés comme sédentaires. L'observation d'oiseaux bagués en Colombie montre des mouvements et des changements d'altitude peu importants.

Alimentation mode et régime

Les solitaires des Andes ont un régime mixte. Leur menu est composé principalement d'insectes mais aussi de baies et de petits fruits (Melostomatacées). Les insectes sont capturés sur les feuilles des branches les plus extérieures. Ils apprécient également les fourmis dont il suivent les longues colonnes dans les sous-bois.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à novembre. De nombreuses couvées sont visibles en mars, avril et juillet mais des pontes plus tardives sont également possibles puisque des juvéniles ont été repérés en décembre dans le sud du Pérou. Le nid est un petit édifice construit avec de la mousse et garni avec des radicelles et de la bractée. Il est généralement placé à terre sur une berge ou dans une vieille souche qui est cachée par des plantes grimpantes. La ponte comprend 2 œufs de couleur blanche délicatement tachés de brun rougeâtre sur la partie la plus large de la coquille. On ne possède aucun renseignement sur l'incubation et le soin des jeunes.

Distribution

Comme leur nom l'indique bien, ces solitaires vivent exclusivement dans les moyennes et les hautes montagnes de la cordillière des Andes, du nord du Venezuela jusqu'au centre de la Bolivie. 4 sous-espèces sont officiellement répertoriées : M. r. ralloides, la race nominale (Pérou, au sud de la rivière Marañon en direction du sud jusqu'au département de Chuquisaca dans le centre de la Bolivie) - M. e. plumbeiceps (ouest de la Colombie et ouest de l'Equateur) - M. r. candelae (haute-vallée de la Magdalena en Colombie) - M. r. venezuelensis (nord et ouest du Venezuela, en direction du sud jusqu'au Pérou, au nord de la rivière Marañon).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Clement, cette espèce est commune ou assez commune. Selon Del Hoyo et le Handbook, elle n'est pas globalement menacée. Le solitaire des Andes est courant au Choco, dans l'ouest de la Colombie et au Venezuela. Si l'on se fie aux cris, il est assez répandu en Equateur. Birdlife signale que son territoire mesure environ 458 000 kilomètres carrés. Il classe cette espèce comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Solitaire des AndesFiche créée le 20/05/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net