Souimanga à poitrine rouge

Chalcomitra senegalensis - Scarlet-chested Sunbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Nectariniidés

  • Genre
    :

    Chalcomitra

  • Espèce
    :

    senegalensis

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Le Souimanga à poitrine rouge est un grand souimanga présentant un net dimorphisme sexuel. Le mâle nuptial a un plumage d'un brun très sombre, paraissant noir à distance. Il arbore une poitrine d'un rouge vif qui constitue un signal visuel spécifique important. De près, de petites taches bleues sont visibles sur fond rouge. La tête présente des zones bleues ou vertes d'aspect brillant à bonne lumière : le front et l'avant de la calotte souvent bleu-turquoise, des moustaches vertes sous les yeux, enfin le menton et la gorge verts également. Les couvertures alaires, les rémiges et les rectrices sont d'un brun plus clair que le corps ; elles deviennent brun-cannelle avec l'usure. Le bec noir, légèrement plus grand que la tête et assez fort est nettement incurvé. Les yeux et les pattes sont noirs. La femelle est plus claire que le mâle. Les parties supérieures sont brunes avec parfois une nuance olive. Les plumes des ailes et de la queue sont bordées de blanc ou de beige clair. L'ensemble des parties inférieures est fortement moucheté-strié de brun sur fond blanchâtre plus ou moins nuancé de jaune. La gorge sombre est bordée de deux lignes malaires blanchâtres s'élargissant sur les côtés du cou. Un léger trait sourcilier, de même couleur, est visible en arrière de l'œil.
Le juvénile ressemble à la femelle. Il se distingue à ses commissures buccales jaunes.
Le mâle est en plumage nuptial à l'âge de deux ans. D'abord identique à la femelle, le mâle immature acquiert progressivement les attributs colorés de l'adulte (poitrine rouge, plumes brillantes de la tête), mais le ventre reste de type femelle. Il possède déjà la poitrine rouge et les plumes de la tête sont également métalliques comme celles du mâle adulte.

Variations subspécifiques :
C. s. acik possède une poitrine rouge plus claire et plus terne. La calotte bleue métallisée est, elle aussi, moins intense et les moustaches sont plus petites.
C. s. lamperti ressemble à C. s. acik avec le bec plus long (28 à 31 mm). Chez C. s. acik le bec mesure entre 22 à 26 mm. Chez la femelle, les parties inférieures sont globalement plus pâles et moins marquées.
Le mâle C. s. proteus possède une petite tache violette sur les couvertures inférieures. Le menton est noir. Les moustaches vertes sont plus pâles que chez les deux ssp précédentes mais contrastent cependant bien. Chez la femelle, les primaires et l'alula ne possèdent pas de bordure blanche. Le ventre est jaune pâle.
Chez C. s. gutturalis, le mâle se distingue des autres ssp par la tache violette sur les couvertures. La femelle possède les parties inférieures jaunes.

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Chalcomitra senegalensis senegalensis (s Mauritania and Senegal to Nigeria)
  • Chalcomitra senegalensis acik (Cameroon to sw Sudan, nw Uganda and ne DRCongo)
  • Chalcomitra senegalensis proteus (se Sudan, Eritrea, Ethiopia and n Kenya)
  • Chalcomitra senegalensis lamperti (s Sudan, e DRCongo and w, c and s Uganda to c Kenya and w Tanzania)
  • Chalcomitra senegalensis saturatior (Angola and s DRCongo to Namibia and n Botswana)
  • Chalcomitra senegalensis gutturalis (s Somalia to e Zimbabwe, Mozambique and ne South Africa)

Noms étrangers

  • Scarlet-chested Sunbird,
  • Suimanga pechiescarlata,
  • Beija-flor-de-peito-escarlate,
  • Rotbrust-Glanzköpfchen,
  • bíbormellű nektármadár,
  • Roodborsthoningzuiger,
  • Nettarinia pettoscarlatto,
  • Rödbröstad solfågel,
  • Skarlagenbrystsolfugl,
  • nektárovka červenoprsá,
  • strdimil senegalský,
  • Skarlagenbrystet Solfugl,
  • ruusurintamedestäjä,
  • Rooiborssuikerbekkie,
  • suimanga de pit escarlata,
  • nektarnik szkarłatny,
  • Яркокрасногрудая нектарница,
  • ヒムネタイヨウチョウ,
  • 赤胸花蜜鸟,
  • 赤胸花蜜鳥,

Voix chant et cris

Le chant du Souimanga à poitrine rouge possède quatre ou cinq syllabes avec des variations, "chip-choop-chip-choo-choo" sur 1 ou 2 secondes. Suivent des répétitions de notes très rapides "chi". Un sifflement serait plus "weetodu-weetodu" en alternant avec une note répétée plusieurs fois "chip" pour la ssp gutturalis et "weet" ou "weetu" pour la race nominale. Les séquences de chant peuvent durer plus d'une heure. Le mâle immature peut également chanter.
Enfin l'appel peut varier mais reste commun à toutes les ssp : "choop" ou "tjoyp" variant avec "chip-chip" et "tsee-tsee".

Habitat

Le Souimanga à poitrine rouge vit dans les forêts denses de mopanes et d'acacias ainsi que dans les forêts de savanes ouvertes sèches ou semi-arides. Il peut aussi s'installer dans les jardins et dans les parcs urbains si de grands arbres s'y trouvent. On le rencontre également le long des côtes et près d'affleurements rocheux.

Comportement traits de caractère

Le Souimanga à poitrine rouge est d'ordinaire sédentaire mais des déplacements nomades et migratoires sont notés au sein de nombreuses populations. Les afflux migratoires, sont de façon générale, étroitement liés au climat. En effet, ils se produisent pendant les saisons sèches au Zimbabwe (mars-juillet) et au Kenya (février-avril et septembre-novembre) et pendant la saison humide en Namibie (novembre-avril). En Tanzanie, les déplacements ne se font qu'au moment des nichées vers des altitudes plus élevées. En Afrique de l'Ouest, il se déplace avec la saison des pluies.

Le Souimanga à poitrine rouge est monogame. Il est visible seul ou en couple. Il peut s'observer en groupe lorsqu'il cherche sa nourriture au sol. On peut aussi l'observer au milieu des troupeaux. En revanche, le mâle défend son territoire d'alimentation face aux autres mâles.

Alimentation mode et régime

Le Souimanga à poitrine rouge se nourrit de nectar, d'araignées et d'insectes. Il capture ses proies au sol ou tout en volant directement derrière les fleurs, les feuilles, les graminées, ou sur les toiles d'araignées.

Reproduction nidification

Globalement, la période de reproduction s'étend sur toute l'année, mais varie localement en fonction de l'habitat et du climat. Il peut dans certaines zones y avoir jusqu'à 3 nichées dans l'année. Le mâle territorial parade en ondulant le corps aux côtés de la femelle. C'est à elle que revient entièrement la construction du nid. Parfois en seulement 3 à 6 jours, le nid est construit au plus haut au milieu des branches et du feuillage vert de la canopée pour éviter tout prédateur ; pour autant, le nid peut être parasité par le Coucou de Klass, le Coucou foliotocol ou le Grand indicateur. Il est souvent construit à proximité d'un nid de guêpes, d'une source d'eau ou d'un bâtiment. En forme de poire, il est composé de fines herbes sèches, de feuilles mortes et d'écorces d'arbres liées entre elles grâce aux fils de soie des toiles d'araignées prélevées par la femelle. L'extérieur est recouvert de feuilles mortes, de lichens ou de lierre tandis que l'intérieur est doublé de fins éléments végétaux, de plumes et de poils. L'ouverture positionnée sur la partie supérieure du nid comporte un petit porche protégeant l'entrée. Il est lié solidement à une branche feuillue bien dense et positionné entre 5 et 15 mètres au-dessus du sol. La femelle pond 1 à 3 œufs de couleur variable : blanc sale, blanc rosé à violet, bleu à vert clair avec des marbrures. Elle incube pendant 13 à 15 jours. Les deux adultes s'occupent de nourrir les oisillons qui quitteront le nid 15 à 23 jours après l'éclosion. Après l'envol, les jeunes reviennent dormir au nid les quatre premières nuits et restent dépendants des parents pendant au moins 8 semaines. Ils sont malgré tout capables de se nourrir de nectar une dizaine de jours après avoir quitté le nid.
Le même nid peut être utilisé pour toutes les nichées de l'année. À contrario, la femelle peut en construire un nouveau pour chaque couvée.

Distribution

Le Souimanga à poitrine rouge vit et se reproduit en Afrique sub-saharienne, au nord, du Sénégal à l'Érythrée. Il est commun au Mozambique et au Zimbabwe, à l'est de l'Afrique du Sud et au Swaziland, moins commun au nord du Botswana et de la Namibie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Souimanga à poitrine rouge n'est globalement pas menacé. La fragmentation des forêts de Brachystegia au Zimbabwe a même, par exemple, été bénéfique à l'espèce.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 27/11/2017 par Nathalie Santa Maria © 1996-2018 Oiseaux.net