Sterne royale

Thalasseus maximus - Royal Tern

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Laridés

  • Genre
    :

    Thalasseus

  • Espèce
    :

    maximus

Descripteur

(Boddaert, 1783)

Biométrie
  • Taille
    : 51 cm
  • Envergure
    : 100 à 135 cm.
  • Poids
    : 350 à 450 g
Distribution

Distribution

Description identification

Seconde en taille après la Sterne caspienne, la sterne royale possède toutefois un corps plus élancé, les ailes pointues et la queue échancrée de ses cousines de taille inférieure. Cependant, son bec est beaucoup plus large et plus puissant.

Les ailes et le dos sont gris pâle, les parties inférieures blanches. En plumage nuptial, le dessus de la tête porte une calotte noire qui disparaît partiellement hiver. Cependant, la crête en arrière du crâne est permanente. Le bec rouge orangé est long, pointu et large. Les pattes sont noires, courtes et épaisses et les doigts sont palmés. Pas de dimorphisme sexuel. Mâles et femelles sont identiques.
Le juvénile ressemble à l'adulte non nicheur, avec le bec jaune pâle et plus petit, quelques taches foncées sur le dos, et les extrémités des ailes plus foncées.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Thalasseus maximus maximus (coasts)
  • Thalasseus maximus albididorsalis (Mauritania to Guinea)

Noms étrangers

  • Royal Tern,
  • Charrán Real,
  • Gaivina-real,
  • Königsseeschwalbe,
  • királycsér,
  • Королевская крачка,
  • 橙嘴凤头燕鸥,
  • Koningsstern,
  • Sterna reale,
  • Kungstärna,
  • Kongeterne,
  • rybitwa królewska,
  • rybár veľký,
  • rybák královský,
  • Kongeterne,
  • kuningastiira,
  • Koningsterretjie,
  • アメリカオオアジサシ,

Voix chant et cris

Son cri habituel est proche du "kirrrêk" râpeux de la Sterne caugek, mais en un peu plus grave. Les juvéniles émettent un "ouii-ouii-ouii" strident lorsqu'ils suivent les adultes.

Habitat

Bien qu'elle habite généralement les baies côtières, les lagunes, les ports et les rivages sableux, la sterne royale peut remonter les fleuves en dehors de la période de reproduction. Elle niche sur les îles au large.

Comportement traits de caractère

La sterne royale passe beaucoup de temps en vol. Quand elle se pose pour dormir ou nicher, elle adopte une posture à l'horizontale, la tête engoncée et les ailes dépassant nettement de la queue. Elle se déplace sur le rivage en prenant appui sur ses courtes pattes noires et se pose rarement sur l'eau.

La sterne royale se repose une grande partie de la journée, surtout lorsque la marée est défavorable à la recherche de la nourriture. La nuit, elle dort en petits groupes sur les bancs de sable, les vasières et les autres lieux tranquilles. En hiver, la sterne royale se joint souvent à d'autres sternes, mouettes ou goélands.
Le vol : La sterne royale vole au-dessus de l'eau pour chercher sa nourriture, et plonge directement pour attraper des poissons. Elle peut aussi voltiger sur place avant de plonger.

Alimentation mode et régime

La sterne royale se nourrit surtout à la mi-marée, notamment en début de matinée et en fin d'après-midi, mais elle pêche également la nuit en période de reproduction. Volant 5 à 10 mètres au-dessus de la surface de l'eau, elle patrouille parallèlement à la plage à la recherche de poissons et d'autres proies. La sterne royale pêche généralement seule ou en couple, mais aussi parfois en groupes pouvant compter jusqu'à 150 individus. Habituellement, elle ne s'éloigne guère à plus de 100 mètres du rivage, mais lorsqu'elle cherche à manger pour son rejeton, elle peut s'éloigner jusqu'à 65 kilomètres de la colonie en longeant la côte.

Dès qu'elle repère une proie, elle procède à une séance de vol stationnaire juste au-dessus de celle-ci, le bec pointé vers le bas. Elle plonge alors à la verticale dans l'eau et saisit sa victime avec son bec. La sterne royale se nourrit principalement de petits poissons tels que les sardines, les anchois et les lançons. Mais elle mange également des crabes, des crevettes et des calmars. Elle suit les bateaux de pêche pour manger les déchets qu'ils rejettent par dessus bord.

Reproduction nidification

La sterne royale niche en colonies denses et bruyantes, comptant plusieurs milliers de couples. Les colonies de reproduction sont souvent voisines ou même mêlées à celles des sternes caspiennes ou caugeks. Les couples paradent sur une zone proche de la colonie, le mâle volant lentement et planant jusqu'au sol pour offrir une proie à la femelle qu'il convoite. Une fois apparié, le couple choisit un endroit dégagé sur le sable pour y établir son nid et survole plusieurs fois l'emplacement en décrivant de larges cercles. Il gratte ensuite une cuvette avec ses pattes et la garnit parfois de coquillages. Le mâle et la femelle se relaient pour couver l'œuf unique, mais il peuvent l'abandonner parfois pendant plusieurs heures. Les deux parents se partagent également l'élevage du poussin, au duvet brun et chamois.

Sur le continent américain, les poussins quittent le nid 24 heures après l'éclosion et se regroupent en vastes crèches à l'âge de deux ou trois jours. En Afrique, ils conservent le nid pendant une semaine et s'établissent en crèches à partir de l'âge de quinze jours ; les jeunes demeurent au sein de cette structure jusqu'à ce qu'ils soient en état de voler et les parents nourrissent uniquement leur petit qu'ils reconnaissent au sein de la masse grâce à son cri.

Bien que la jeune sterne soit capable de voler au bout d'un mois, elle reste dépendante de ses parents pendant cinq à huit mois, pour ce qui concerne sa protection et son alimentation.

Distribution

La sterne royale se reproduit sur les côtes de l'Atlantique et du Pacifique du sud des Etats-Unis et du Mexique, et aux Caraïbes.
Les sternes américaines hivernent vers le sud, au Pérou et en Argentine. Les oiseaux africains se déplacent vers le nord et vers le sud.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La sterne royale est menacée par les dérangements humains sur les sites de nidification, et par la perte de l'habitat de reproduction. Les colonies peuvent aussi être détruites par les marées hautes et les ouragans.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/04/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net