Talève sultane

Porphyrio porphyrio - Western Swamphen

Systématique
  • Ordre
    :

    Gruiformes

  • Famille
    :

    Rallidés

  • Genre
    :

    Porphyrio

  • Espèce
    :

    porphyrio

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 50 cm
  • Envergure
    : 90 à 100 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Les parties supérieures sont de couleur bleu violacé sombre et la gorge et la poitrine d'un bleu turquoise. Les sous-caudales sont d'un blanc pur (une caractéristique importante pour l'identifier à grande distance). Le bec est massif surmonté d'une large plaque frontale rouge vif. Son bec triangulaire avec la mandibule supérieure volumineuse et recourbée lui donne un aspect étrange. Les yeux et les pattes sont également rouges. Plus grande et plus corpulente que la Foulque macroule (Fulica atra), elle s'en distingue par la longueur de ses pattes et des doigts aux griffes également longues et effilées, et plus spécialement celle du doigt postérieur. Les deux sexes sont identiques.
Les juvéniles ont en général, un plumage gris-ardoise bleuté, avec le cou la poitrine et le ventre de couleurs plus claires. Bien que les premières plumes bleutées apparaissent très tôt, elle conservera un aspect plus terne que l'adulte jusqu'à ce qu'elle atteigne la maturité sexuelle à l'âge de deux ans.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Western Swamphen,
  • Calamón Común,
  • Camão,
  • Purpurhuhn,
  • Kék fú,
  • Purperkoet,
  • Pollo sultano comune,
  • Purpurhöna,
  • Sultanhøne,
  • sultánka modrá,
  • slípka modrá,
  • Sultanhøne,
  • sulttaanikana,
  • polla blava,
  • Bláhæna,
  • modrzyk (zwyczajny),
  • sultānvistiņa,
  • sultanka,
  • Султанка,
  • Mandar besar,
  • セイケイ,
  • 紫水鸡,
  • 紫水雞,

Voix chant et cris

Le cri qu'elle lance au moment de son envol ressemble au son produit par une petite trompette. Elle possède un répertoire riche et varié constitué de forts caquètements et gloussements, "tchouk ! tchouk !" doux. On peut l'entendre à une grande distance, surtout au crépuscule. Ces cris sont parfois émis en cœur par plusieurs oiseaux, augmentant en intensité au fur et à mesure que l'excitation monte.

Habitat

Originaire des zones tropicales du Vieux Monde, elle rencontre en Europe la limite nord de son aire de distribution. on la trouve jusqu'au delta de la Volga (limite septentrionale). Présente de tous temps en Espagne et plus particulièrement dans le delta du Guadalquivir elle a reconquis depuis quelques dizaines d'années les côtes méditerranéennes jusqu'en Camargue. C'est la rudesse des hivers qui en limite son expansion plus nordique.
La Talève habite dans les roselières pratiquement impénétrables autour des lagunes d'eau douce ou saumâtre. Elle affectionne particulièrement les roselières, entrecoupées de canaux et de plans d'eau.

Comportement traits de caractère

La talève est un oiseau sédentaire. Seul les immatures sont erratiques ce qui permet à l'espèce de coloniser de nouveaux territoires et un brassage génétique.
Elle se déplace parmi les phragmites avec une grande facilité malgré ses énormes pattes. Elle n'hésite pas à grimper sur une touffe de roseaux d'où elle observe et lance parfois son cri. Elle est plus facile à repérer en hiver lorsque le contraste entre sa couleur sombre et le marron claire de la roselière est le plus important.
En eau profonde elle ne s'éloigne pas de la bordure de la roselière où elle cherche d'ordinaire sa pitance. Occasionnellement elle peut nager pour atteindre une touffe de roseaux plus éloignés. Elle utilise sa patte, généralement la droite, avec une extraordinaire dextérité. Elle se sert de celle ci, relevée à mi-hauteur, comme support pour découper les végétaux avec son puissant bec. Son adresse avec les pattes et la force de son bec font que c'est tout un spectacle d'observer comme elle se nourrit.
Le vol : La Talève sultane vole relativement bien, mais généralement sur de courtes distances. Ce sont surtout les immatures à la recherche de nouveaux territoires qui volent longuement. En vol ses longues pattes pendantes permettent de l'identifier de loin.

Alimentation mode et régime

La Talève sultane est essentiellement végétarienne. Elle consomme des tiges, des feuilles, des racines, des fleurs et des graines de plantes aquatiques et semi-aquatiques. Si elle se nourrit de plusieurs plantes habituellement présente dans son habitat (typha, carex, scirpus), s'est souvent le Phragmite commun qui forme la plus grande part de son alimentation. Elle est très friande de la sève végétale.
Occasionnellement elle peut-être omnivore et s'alimenter avec des oeufs, poussins, grenouilles, poissons, escargots ou des crustacés. En général ses proies providentielles sont trouvées mortes.

Reproduction nidification

Elle niche dans les roselières, les terrains marécageux et les berges humides des lacs et des rivières avec une végétation herbacée haute. Elle construit pour cela un nid flottant bien caché au cœur de la végétation. Il a une structure volumineuse en forme de coupe grossière mais il est relativement petit par rapport à la taille de l'oiseau. Il est construit par les deux parents avec des feuilles mortes et des tiges de plantes aquatiques. Le couple construit également des plateformes supplémentaires ou rampes d'accès utilisées par les juvéniles pour se reposer.
La femelle pond en général entre 2 et 7 oeufs de 54,5 X 37 mm, brillants d'une couleur crème clair avec des taches très variables brun-rougeâtre ou violacées. L'incubation d'une durée de 22 à 25 jours est effectuée par les deux sexes mais principalement par la femelle. Les poussins sont nidifuges et naissent avec un long duvet. Ils quittent le nid au bout de quatre à cinq jours après l'éclosion. Leur couleur est noire avec un léger revêtement blanchâtre sur le dos et les ailes, les pattes et les doigts sont rouge-rosé. La plaque frontale sera la première à se colorer en rouge alors que le bec devra attendre le mois d'août pour arborer cette couleur. L'élevage des jeunes dure presque deux mois jusqu'à ce qu'ils soient complètement émancipés. Il arrive que des immatures (de l'année précédente ou d'une première nichée, participent au nourrissage des jeunes. La saison de reproduction commence à la fin mars. En France les premières pontes ont lieu en avril/mai. Il y a généralement qu'une seule nichée mais une deuxième n'est pas exceptionnelle de juillet à fin août.

Distribution

En Europe, sa distribution s'étend à la péninsule ibérique, aux Baléares, à la Sardaigne et au delta de la Volga où elle atteint sa limite septentrionale. La talève sultane observée régulièrement en France depuis les années 1970 y est nicheuse depuis 1996. En 2008 on la trouve nicheuse sur la côte méditerranéenne dans les phragmitaies des étangs depuis le Roussillon jusqu'en Camargue.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La talève, lorsque sa population est importante, contribue de part son alimentation à limiter l'expansion des phragmitaies. Cependant si elle concourt au maintien des canaux et petits plan d'eau qui parsème la roselière, elle est incapable de détruire son propre habitat. La Talève sultane bien que jouissant d'une protection dans l'ensemble des milieux où elle vit est parfois victime du vol de ses oeufs et de la chasse. Mais c'est surtout l'assèchement des zones humides pour l'agriculture ou l'urbanisation, liée à la pollution par les insecticides et le plomb qui restent malgré tout une menace.
L'augmentation de ses effectifs dans la partie nord de son aire de distribution ne saurait faire oublier sa raréfaction dans le sud de l'Espagne ou les effets du changement climatique contribuent fortement à l'assèchement des lagunes andalouses. En France cet oiseau reste exposé à un hiver particulièrement froid.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/07/2008 par Jean-Pierre Trouillas © 1996-2017 Oiseaux.net