Trogon violacé

Trogon violaceus - Guianan Trogon

Systématique
  • Ordre
    :

    Trogoniformes

  • Famille
    :

    Trogonidés

  • Genre
    :

    Trogon

  • Espèce
    :

    violaceus

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 38 à 57 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le trogon violacé ou comment tremper un oiseau dans des pots de peinture ! Caractéristique de tous les trogons, un dimorphisme très marqué, le mâle Trogon violaceus qui donne son nom à l'espèce, mesure 23 à 25 cm, il a un bec fort de couleur grise avec une mandibule supérieure légèrement recourbée ; autour du bec on observe des vibrisses noires bien visibles. La gorge et les parotiques sont noires et, signe distinctif unique, le Trogon violacé a un cercle orbital jaune. La poitrine, la calotte et la nuque sont d'un incroyable bleu violacé aux nuances irisées par la lumière. Une fine bande blanche, parfois absente suivant les individus et les sous-espèces, sépare la poitrine du ventre qui est d'un jaune éclatant. Le manteau, le dos, le croupion et les scapulaires sont nettement peints d'un vert lumineux qui contraste avec les couvertures et les rémiges tertiaires anthracite ; cependant lorsqu'on arrive à s'approcher de l'oiseau, on aperçoit de fines ondulations blanches sur ces couvertures et rémiges tertiaires comme si un peintre pointilliste avait "piqueté" ces ailes de délicates touches claires. Les rémiges primaires noires sont nettement marquées de blanc aux émarginations. Les sus-caudales sont bleu-turquoise, cette particularité étant plus ou moins marquée suivant les individus, les rectrices supérieures reprennent la couleur bleu-violet de la poitrine mais en plus terne. Les rectrices inférieures sont rayées horizontalement de blanc et noir et trois grandes marques blanches horizontales arrondies aux bords inférieurs sont visibles, deux à l'extrémité de la queue, une à mi-hauteur, la queue se terminant par un net trait noir horizontal. La femelle n'a de violacé que le nom, toute la partie bleu-violet du mâle se transforme en gris-ardoise sur la tête, la gorge, la poitrine, la nuque, le manteau et le dos. Madame Trogon violacé se particularise par un cercle orbital blanc en forme de demi-lune en avant et en arrière de l'œil, le bec gris étant plus foncé sur la mandibule supérieure. Le ventre est jaune mais d'une nuance plus pâle que son compagnon et la séparation entre la poitrine et le ventre peut présenter un fin trait blanc. Les scapulaires sont grises, et les couvertures sont rayées horizontalement de noir et blanc, ces rayures diffèrent du marquage du mâle en étant beaucoup plus nettes. Les rectrices inférieures sont anthracite en leur centre et les marques dessinent des pointes orientées vers le bas, les bords extérieurs présentent de fins traits noirs et les taches blanches sont placées au même endroit que les mâles mais avec des formes plus fines. Le Trogon violacé montre peu ses tarses qui sont de couleur grise. Les juvéniles sont du même coloris que leur mère, les mâles immatures auront les couvertures supérieures marron clair avec les rectrices inférieures moins rayées et marquées de blanc. Six ssp sont reconnues : ssp violaceus violaceus qui donne son nom à l'espèce (à l'est du Venezuela, au Brésil) ; ssp violaceus ramonianus (en Amazonie, au Brésil, est de la Colombie) n'a pas les couvertures "piquetées" de blanc qui sont gris foncé, le dos est bleu-vert plutôt que vert ; ssp crissalis (extrême nord-est du Brésil) ressemble à ramonianus mais a la tête plus noire, le bleu violacé n'étant présent que sur l'arrière de la calotte et la nuque ; ssp caligatus (au nord-ouest du Venezuela, nord de la Colombie, extrême est de Panama) a la tête noire, la nuque reste bleu foncé, la poitrine est en général bien marquée de bleu, la bande pectorale blanche très visible, le manteau est uniformément vert sans nuance bleue, les couvertures sont très marquées par les "vagues" grises et blanches, rectrices supérieures vert-cuivre ; ssp concinnus (nord-ouest du Pérou, ouest de l'Équateur et de la Colombie, centre et ouest du Panama et Costa Rica) comme caligatus mais tête noire avec seulement un collier bleu surtout visible sur le bas de la poitrine, la marque blanche entre la poitrine et le ventre est peu visible ; ssp braccatus (sud du Mexique, nord du Honduras) est identique à concinnus mais avec un manteau, un dos et des rectrices supérieures plus vert jaunâtre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Guianan Trogon,
  • Trogón Violáceo,
  • Surucuá-violáceo,
  • Veilchentrogon,
  • lilafejű aranytrogon,
  • Violette Trogon,
  • Trogone violaceo,
  • Violetthuvad trogon,
  • Gulbrilletrogon,
  • trogón amazonský,
  • trogon pralesní,
  • Blågul Trogon,
  • pikkutrogoni,
  • trogon violaci,
  • trogon fioletowogłowy,
  • Фиолетовый трогон,
  • ヒメキヌバネドリ,
  • 紫头美洲咬鹃,
  • 圭亞那美洲咬鵑,

Voix chant et cris

Une longue série de "kyu-kyu-kyu-kyu" répétés une dizaine de fois pendant 2 à 3 secondes, cette strophe se rapprochant du chant de Glaucidium brasilianum ou Chevêchette brune qui a la même aire de distribution. Le Trogon violacé lance également un "krr-krr-kwarhh-rr-rr-rr". Suivant les ssp, les chants et cris semblent différer, à l'est de l'Équateur son chant s'assimile à un"cadow-cadow-cadow".

Habitat

Il affectionne la forêt primaire tropicale où on le trouve dans toutes les parties hautes et moyennes de la canopée, ce qui rend son identification difficile. On le trouvera plus facilement au sein des forêts secondaires ou à la limite de celles-ci, le long des fleuves et des rios en Amazonie ou près des mangroves, aux frontières de diverses plantations de café ou cacao. On l' a parfois observé à 1 800 m d'altitude en Amérique Centrale mais en général, il restera aux alentours de 800 m sur la côte caraïbe ou 1 000 m sur la côte pacifique.

Comportement traits de caractère

Essentiellement sédentaire, la déforestation l'amènera vers des régions plus propices, ainsi l'oiseau absent avant 2000 au sud-ouest de la Colombie est maintenant résident, poussé par la perte des forêts du nord de l'Équateur.
Le vol : Principalement observé perché sur une branche souvent dans une posture très verticale. Plonge au sol pour capturer les insectes ou sur des branches plus basses pour cueillir des baies. Vol ondulant avec une alternance de battements d'ailes et de vol plané.

Alimentation mode et régime

Trogon violacé
adulte

Son régime est d'abord fructivore, il aime les fruits du Cecropia et les baies du Didymopanax morotononi ou arbre ombrelle. En Amérique Centrale, il suit Melanerpes aurifrons ou Pic à front doré pour profiter des oranges ouvertes par ce picidé. Les insectes capturés par le Trogon violacé sont variés : coléoptères, termites, orthoptères, fourmis ; des araignées font partie de la diète. Alexander Frank Skutch, ornithologue américain (1904-2004) observa un couple de Trogon violacé venir pendant 16 jours au petit matin, attaquer un nid de guêpes puis revenir visiter ce nid durant 59 jours jusqu'au moment où ils commencèrent à construire leur nid en n'oubliant pas de manger guêpes et larves !

Reproduction nidification

Période de reproduction de mars à juin au Mexique, mai et juin au Belize, février à juin au Costa Rica. Les mâles peuvent se regrouper jusqu'à 6 individus qui vont chanter pour séduire une femelle, mais cette situation n'est pas systématique. Le Trogon violacé niche haut dans les arbres, il va utiliser une vieille termitière, un ancien nid de guêpes ou encore creuser une excavation dans un vieil arbre mort. L'orifice du nid a un diamètre de 15 à 19 cm et la chambre est légèrement au-dessous du niveau de l'entrée. Le couple construit ou améliore le nid ensemble, c'est le mâle qui initie la construction à une hauteur de 4,50 m à 10 m du sol. Les deux parents couvent en alternance deux œufs pendant 17 jours, mais on a peu d'information sur l'élevage des jeunes.

Distribution

Présent depuis le sud du Mexique où il est commun près de Veracruz et Oaxaca, mais assez rare dans le Yucatan. Dans toute l'Amérique Centrale, au Salvador, Belize, Guatemala, Honduras, Costa Rica et Panama. En Amérique du Sud, en Équateur, Colombie, Venezuela, la partie amazonienne du Pérou et bien sûr en Amazonie brésilienne mais également dans le Mato Grosso et probablement dans le Pantanal. L'oiseau est vu en Guyane, au Surinam et en Bolivie au sein des parcs naturels du nord-est du pays. Les 6 ssp ont en général des aires bien définies mais elles peuvent se chevaucher et augmenter la difficulté d'identification, à noter que ssp caligatus est parfois traitée comme espèce séparée sous le nom anglo-saxon de Gartered Trogon.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

LC. Pour l'instant un des trogons les plus communs avec une grande aire de répartition, les préoccupations pour ce trogonidé sont celles de tous les oiseaux d'Amérique du Sud et Centrale : déforestation, expansion démographique, pesticides, pollution. Pouvoir observer cet oiseau aux couleurs lumineuses est un rêve pour tout ornithologue, sa meilleure protection reste donc son habitat.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Trogon violacéFiche créée le 09/06/2013 par Anne et Gabriel Leboff © 1996-2018 Oiseaux.net