Vanneau éperonné

Vanellus spinosus - Spur-winged Lapwing

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Charadriidés

  • Genre
    :

    Vanellus

  • Espèce
    :

    spinosus

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : 69 à 81 cm.
  • Poids
    : 130 à 180 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le capuchon, le front et la gorge forment un bel ensemble noir, contrastant avec les joues et les côtés du cou qui sont blancs. La légère crête n'est pas souvent très apparente. La poitrine, le haut du ventre et les flancs affichent une couleur noire. Les iris sont rouge sombre, les éperons sont noirs. Les vanneaux éperonnés diffèrent principalement des vanneaux de Duvauchelle par le noir plus développé des parties inférieures et par la crête plus brève. Par contre le vanneau armé et le vanneau à ailes blanches, se distinguent par leur calotte blanche, et non pas noire.
La femelle est comme le mâle, mais ses éperons plus courts ne dépassent pas 18 mm. Les iris semblent légèrement plus bruns. Il n'y a pas de variation saisonnière pas de plumage nuptial, pas de plumage éclipse. Chez les juvéniles, les parties noires deviennent brunes avec des tachetures blanches. Les plumes du dessus ont de larges bordures chamois.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Spur-winged Lapwing,
  • Avefría Espinosa,
  • Abibe-esporado,
  • Spornkiebitz,
  • Tüskés bíbic,
  • Sporenkievit,
  • Pavoncella armata,
  • Sporrvipa,
  • Sporevipe,
  • cíbik tŕňokrídly,
  • čejka trnitá,
  • Sporevibe,
  • kynsihyyppä,
  • Spoorvlerkkiewiet,
  • fredeluga esperonada,
  • Broddvepja,
  • czajka szponiasta,
  • baltvaigu ķīvīte,
  • ostrogasta priba,
  • Шпорцевый чибис,
  • ツメバゲリ,
  • 黑胸麦鸡,
  • 黑胸距翅麥雞,

Voix chant et cris

Leur alarme bruyante rappelle beaucoup celle du vanneau armé. C'est un "pitt" ou un "tick" rude et métallique. Les vanneaux éperonnés émettent des cris de reconnaissance territoriale qui sont puissants, rythmés et qu'on peut retranscrire de la façon suivante : "did-ye-do-it" ou "ti-ti-ter-el" qui sont réminiscents du Vanneau indien, quoique moins rauques et moins agités. Les vanneaux éperonnés vocalisent aussi pendant la période nocturne.

Habitat

Les vanneaux éperonnés vivent habituellement dans les zones arides, mais ils ne sont jamais très éloignés des points d'eau. Ils fréquentent en fait une grande variété d'habitats, comprenant les champs cultivés ou les pâtures brûlées à peu de distance des flaques et des mares, des lacs, des rivières, des lagunes et des vasières. On peut aussi les apercevoir dans des endroits fondamentalement plus humides comme les bancs de sable, les étendues de plantes halophiles, les rizières et les champs inondés ainsi que les plages et les dunes. Les vanneaux éperonnés visitent occasionnellement les étangs et les marais.

Comportement traits de caractère

En Afrique, la plupart des oiseaux sont sédentaires. Toutefois certains sont erratiques, effectuant des déplacements limités en direction des zones sèches pendant la saison de la chute des pluies. En Tanzanie, cette espèce est souvent considérée comme vagabonde. Dans l'Afrique orientale, notamment en Zambie, Botswana et Province du Cap, c'est aussi le cas. Les populations de Grèce et de Turquie arrivent sur les lieux de nidification à la mi-mars et retournent ver le sud en octobre, transitant par Chypre et par la Crête. Toutes les destinations ne sont pas connues, de nombreuses études par le biais du baguage ou des satellites doivent être effectuées. Les populations de la mer Rouge migrent sans doute en Libye, destination qui n'était pas connue jusqu'à maintenant. Les oiseaux égyptiens sont sédentaires, en dehors de la saison de reproduction, ils forment des groupes de 15 ...Et même parfois jusqu'à 200 oiseaux.

Alimentation mode et régime

Les vanneaux éperonnés se nourrissent principalement d'insectes et de leurs larves. Ils apprécient particulièrement le coléoptères ainsi que les sauterelles, les mouches, les termites, les fourmis, les araignées et les mille-pattes. Les moustiques appartiennent aussi à la diète. Occasionnellement, les crustacés, les mollusques, les petits lézards, les têtards, les grenouilles adultes, les graines et les poissons viennent compléter substantiellement le menu.
Les vanneaux éperonnés se nourrissent de façon lente et délibérée. Ils font fuir leurs proies par des tremblement de leurs pieds, technique qui est très courante chez les chardriidés.

Reproduction nidification

En Afrique Tropicale, les dates de ponte sont généralement très localement restreintes, mais il y a une grande variation géographique. En Israël, la reproduction se déroule de mars à septembre, en Turquie de la fin avril jusqu'à la fin juin, en Grèce, de la fin avril au mois de juin. Les Vanneaux éperonnés sont monogames. Dans le dernier pays nommé, ils nichent en couples isolés ou en colonies lâches, les nids occupent un territoire d'environ 3 hectares et sont bien distant les uns des autres. De même en Égypte.
Les territoires sont défendus contre toutes sortes d'espèces en particulier les échassiers. Les oiseaux de la même famille sont souvent tolérés, et ceci à tous les mois de l'année.
Les nids sont installés sur le sol nu et sec, ils sont conçus comme un simple grattage. Parfois, ce sont des cavités naturelles dans des rochers. Ils sont parfois entourés avec avec une bordure de pierres, de galets ou de débris. Les édifices qui sont réalisés dans les vasières ont une dimension plus substantielle et ils sont garnis avec des herbes ou des roseaux. La ponte comprend 2 à 4 œufs qui ont une couleur crème ou argile, pèsent environ 30 grammes et sont couvés pendant une durée variable de 22 à 24 jours par les deux partenaires. Les œufs n'éclosent pas tous le même jour. Il y a souvent une couvée de substitution et même une 3ème couvée. Les 2 parents soignent les poussins mais, en cas de 2ème couvée, la femelle s'occupe exclusivement de la couvaison alors que le mâle s'occupe du soin des jeunes de la première nichée.
Les poussins ont un dessus chamois-cannelle, avec des taches grisâtres, des rayures sombres, des joues chamois et une nuque blanche. Ils n'ont pas d'éperons et ils restent au nid de 7 à 8 semaines. Bien qu'ils soient assez rapidement indépendants, ils peuvent rester au sein de la famille jusqu'à la saison suivante. Les nids sont souvent piétinés par les troupeaux ou les corneilles. Si le premier œuf est atteint, la couvée entière est abandonnée. En Israël, l'incubation est habituellement plus courte et, de ce fait, la réussite des nichées est meilleure. En Israël, il y a souvent 2 oisillons à l'envol.

Distribution

Les vanneaux éperonnés ont une vaste implantation au Sahel africain, de la Senégambie jusqu'en Somalie et au Kenya . On peut les voir aussi le long de la vallée du Nil. Ils sont également sédentaires au Proche et au Moyen-Orient (Israël, Syrie, Irak, Iran) ainsi que dans la péninsule arabique (le long de la mer Rouge et au Yémen). Ces oiseaux sont nicheurs en Turquie, tant dans la partie anatolienne que dans la zone européenne. Ils se reproduisent également dans le nord-est de la Grèce.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les vanneaux éperonnés ne sont pas menacés. La population mondiale pourraît être comprise entre 25 000 et 100 0000 individus en Europe, Asie et Egypte. Les chiffres concernant les population africaines sont nettement moins précis (sans doute 3 000 oiseaux au Soudan, et peut-être 50 000 de façon optimiste dans le reste de l'Afrique). Pas loin de 2 000 oiseaux ont hiverné chaque année entre 1975 et 1983 en Israël. Ces effectifs ont encore augmenté en Égypte et Israël depuis 1996, notamment dans la bande de Gaza. La population est également en accroissement en Arabie, aux alentours de Riyad. Par contre, elle est en déclin en Turquie à cause du drainage des habitats, il en est de même en Grèce. Cette espèce a colonisé récemment Chypre et ses effectifs atteignent désormais 68 couples au dernier recensement de 2009 dans cette île.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/05/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net