Barbican à gorge grise

Gymnobucco bonapartei - Grey-throated Barbet

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Lybiidés

  • Genre
    :

    Gymnobucco

  • Espèce
    :

    bonapartei

Descripteur

Hartlaub, 1854

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 51 à 75 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes mâles, le front et le devant du capuchon sont gris-noir. Le reste du capuchon, le cou et les côtés de la tête sont gris-brun avec des taches ou des stries chamois-jaune de la calotte au front. Le dessus du bec est orné de vibrisses nasales hérissées brunes dont la base est grise. Le menton et la gorge sont gris. Les parties supérieures sont brunes avec des stries chamois qui se développent jusqu'aux extrémités blanches des plumes. La queue brève varie du brun-vert au gris-vert. Les plumes des parties inférieures sont brunes avec un derrière plus sombre. La poitrine est décorée de fines stries claires, toutes les plumes ventrales ont une barre jaune à leur extrémité. Les ailes sont brunes mais les bordures extérieures des rémiges sont jaune-olive et les couvertures ont des terminaisons brun pâle et des stries couleur corne. Le dessous des ailes varie du blanc-gris ou gris plus brun sur les rémiges. Les stries sont blanches.
Le bec est noir avec une base plus grise. Le culmen proéminent forme une sorte de crête et même éventuellement de petit casque. La peau orbitale est brunâtre, les iris brun-rouge. Les pattes et les pieds sont brun foncé. Le femelle est à peine plus grande que son partenaire (voir données biométriques).
Les immatures ont un plumage plus foncé, plus fuligineux que celui des adultes. Il est plus strié et il présente souvent une nuance jaunâtre sur la poitrine. Les plumes nasales sont plus souples et plus brèves. Le bec est plus pâle et la moitié proche de la base est jaune. La peau orbitale et les yeux sont gris. Les pattes sont gris-brun. Les poussins ont un bec jaune avec une pointe noire. L'orbite est couleur chair, l'iris gris-brun.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Gymnobucco bonapartei bonapartei (Cameroon to Gabon and c DRCongo)
  • Gymnobucco bonapartei cinereiceps (Central African Republic and s Sudan to e DRCongo, n Angola, nw Tanzania and w Kenya)

Noms étrangers

  • Grey-throated Barbet,
  • Barbudo Gorgigrís,
  • Barbaças-de-garganta-cinzenta,
  • Trauerbartvogel,
  • Grijskeelborstelneus,
  • Barbetto golagrigia,
  • Gråstrupig barbett,
  • Gråstrupeskjeggfugl,
  • fuzáň sivohlavý,
  • vousák šedohrdlý,
  • Gråstrubet Skægfugl,
  • töyhtösukasseppä,
  • barbut golagrís,
  • łysoń siwogłowy,
  • Сероголовый гимнобукко,
  • ハイノドゴシキドリ,
  • 灰喉拟鴷,
  • 灰喉擬啄木,

Voix chant et cris

Le cri principal du barbican à gorge grise ressemble à celui de ses congénères mais aussi à celui du Barbican oreillard (Stactolaema leucotis). C'est un "whew" variable et puissant qui descend considérablement. Il peut également servir de cri d'alarme, de cri de localisation ou et même de cri territorial pour le groupe. Au cours de rencontres, le barbican à gorge grise est capable de produire des notes crépitantes et bourdonnantes, des "week" ou des "yeep" mécaniques, des "chaaa" et des "nyaa" nasaux ainsi que des "spigggg". Les jeunes qui réclament leur nourriture délivrent des "ddddddddd" bavards.

Habitat

C'est souvent le barbican le plus répandu lorsqu'il cohabite avec d'autres congénères du genre Gymnobucco. Cet oiseau fréquente principalement les forêts denses primaires et secondaires. On le trouve également dans les plantations qui ont un sous-bois fourni, dans les bois qui longent les rivières et dans les contrées qui sont partiellement éclaircies . Il vit occasionnellement près des villages bien qu'il soit parfois remplacé dans ces derniers endroits par le Barbican chauve (Gymnobucco calvus).

Comportement traits de caractère

Les barbicans à gorge grise sont des oiseaux très sociaux, ils se nourrissent en groupes de plus ou moins grande taille rassemblant des congénères ou des barbicans du même genre avec lesquels ils se reposent ou se reproduisent dans le même arbre. Les stratégies pour se nourrir sont très diverses et comprennent parfois la poursuite d'insectes dans les airs. Cependant, les barbicans à gorge grise s'alimentent principalement de fruits. Pour les trouver, ils sont capables de voler sur de longues distances jusqu'à ce qu'ils parviennent aux arbres fruitiers. Comme la concurrence pour la conquête des denrées est plutôt importante, ces oiseaux sont obligés de se montrer agressifs et les rencontres avec les autres espèces frugivores sont souvent houleuses et bruyantes. Il existe pourtant des périodes plus paisibles au cours desquelles un ou plusieurs barbicans peuvent rester perchés sur une branche morte et rester quasiment immobiles. Les individus qui se montrent agressifs attaquent généralement tête dressée, queue déployée, bec ouvert et ailes écartées. Ils balayent l'air de leur bec, agitent la queue et effectuent des mouvements de la tête du haut en bas. Quand ils assaillent un serpent, ils ouvrent largement la bouche et s'étirent de façon horizontale tout en délivrant des "pewp" ou des notes grinçantes. Les barbicans à gorge grise s'en prennent souvent à des rivaux mangeurs de fruits comme les barbicans à taches jaunes (Buccanodon duchaillui) ou les barbicans hérissés (Tricholaema hirsuta). Ils se reposent en commun dans des cavités qui sont aménagées à cet effet après la nidification.

Alimentation mode et régime

Les barbicans à gorge grise possèdent un régime mixte à dominante frugivore. Les fruits consommés comprennent des figues, des fruits du parasolier (Musanga), de différents euphorbiacés (Macaranga), des arbres à quinine (Rauvolfia) ou de petits arbrisseaux du genre Polyscias, mais aussi des prunes. Les guêpes, les sauterelles, les hémiptères, les libellules, les coléoptères, les phasmes et différentes larves d'insectes viennent compléter le menu.

Reproduction nidification

Les couples sollicitent l'aide d'assistants, sans doute des jeunes de la saison précédente, pour creuser les cavités qui servent au nichage et au repos. Celles-ci sont aménagées dans des souches ou dans un arbre mort situé souvent à la lisière de la forêt. Les barbicans à gorge grise nichent toujours en colonies, en compagnie de congénères ou d'espèces du même genre comme c'est le cas des barbicans chauves (Gymnobucco calvus) ou des barbicans à narines emplumées (Gymnobucco peli). Ces oiseaux sont modérément territoriaux, seuls les abords du nid sont défendus. Parfois, ils se reproduisent également en compagnie de barbicans pourprés (Trachyphonus purpuratus) et même de rufipennes à queue étroite (Poeoptera lugubris) de la famille des sturnidés comme c'est le cas en Ouganda. Les arbres morts qui sont choisis constituent le point central de l'activité de tous les barbicans. Le trou qui abrite la nichée est creusé à plus de 2 mètres au-dessus du sol dans le tronc ou dans une branche. L'entrée est de forme ovale et disposée de façon plutôt horizontale. Les nids de la colonies sont souvent de moins d'un mètre les uns des autres. On ne possède aucun détail sur leur description.
La saison de nidification varie selon les régions : à partir de janvier au Cameroun, de novembre à février au Gabon, en novembre au Congo, de septembre à avril mais aussi juin et juillet dans l'est du Zaïre. Pour les autres pays, les dates sont les suivantes : mars-décembre au sud du Zaïre, décembre-février au Soudan, novembre-mars en Ouganda.
La ponte comprend entre 3 et 5 œufs de couleur blanche et mesurant en moyenne 24 millimètres sur 18. L'incubation, dont la durée est inconnue, commence dès le premier ou le deuxième œuf. Les deux parents couvent à tour de rôle et sont parfois aidés dans leur tâche par plusieurs assistants. Les jeunes oisillons sont alimentés avec des coléoptères, des criquets, des phasmes, des libellules et des fruits. De nombreuses autres sortes d'insectes sont transportés dans le bec des adultes et portés à la progéniture. Il y peut y avoir près de 20 ravitaillements par heure. Les parents et les assistants se chargent d'évacuer les matières fécales. La durée de séjour des jeunes au nid n'est pas connue, on possède fort peu de détails sur la vie de la famille après l'envol.
Les petits indicateurs (Indicator minor) poursuivent et attaquent les barbicans à gorge grise, mais il n'y a aucun rapport qui signale leur parasitisme.

Distribution

Le barbican à gorge grise est sédentaire dans les forêts équatoriales de plaines mais dans l'est de son aire il peut grimper jusqu'à 2 450 mètres d'altitude. Cet oiseau est originaire du centre de l'Afrique des 2 côtés de l'équateur. Son aire couvre d'ouest en est, le nord du Cameroun, la République Centrafricaine, le sud du Soudan, l'ouest du Kenya et se poursuit en direction du sud jusqu'à la région de Lunda en Angola, le nord du Zaïre, le Burundi et l'ouest de la Tanzanie. Cet oiseau est divisé en 2 sous-espèces : G. b. bonapartei, la race type (Ouest-Cameroun, Gabon, est, sud-ouest et centre-est du Zaïre) - G. b. cinereiceps (République Centrafricaine, Sud-Soudan et est du Zaïre, Angola, Burundi et ouest du Kenya).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Birdlife, les barbicans à gorge grise occupent un vaste territoire de plus de 2 600 000 kilomètres carrés sur lequel ils sont résidents. La population globale n'est pas quantifiée mais, selon le Handbook, elle semble répandue et relativement abondante. Les effectifs sont peut-être en léger déclin à cause de la disparition progressive des arbres morts et de la fragmentation de l'habitat. Néanmoins, ils ne sont nullement en danger et ces oiseaux conservent leur statut d'espèce ne posant aucun problème particulier.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/04/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net