Barbican perlé

Trachyphonus margaritatus - Yellow-breasted Barbet

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Lybiidés

  • Genre
    :

    Trachyphonus

  • Espèce
    :

    margaritatus

Descripteur

Cretzschmar, 1828

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 44 à 64 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez l'adulte mâle, les sourcils jaunes mettent en valeur le capuchon noir. L'arrière de la calotte est formé d'une courte crête érectile. La nuque en arrière de la crête est jaune avec le bout des plumes orangé. Une rangée de taches blanches orne l'arrière de la tête jusqu'à la moitié du dos. La zone lorale est nue ou tapissée de fines plumes jaunes. La tache blanche des oreilles est souvent masquée par les plumes jaunes de la face. La grande majorité de la tête est jaune, variant du jaune doré clair au jaune orangé.
Les plumes des parties supérieures sont brunes avec de larges taches subterminales blanches. Le bas du dos vire au jaune avec quelques barres brunes, le croupion est jaune pâle. Les plumes des sus-caudales sont rouges avec de fines pointes jaunes. La queue est brune avec 7 ou 8 barres blanc-jaune qui sont plus larges sur l'extérieur. Les plumes du dessous de la queue sont plus ternes.
La partie supérieure du menton est blanche. Le bas du menton, la gorge, les côtés de la gorge et le poitrine sont principalement jaunes, éventuellement avec quelques traces orangées sur la poitrine. Une bavette noire, plus ou moins importante, est visible sur le centre de la gorge. Une bande rouge, jaune et noire, rarement complète, traverse le milieu de la zone pectorale. Le bas de la poitrine est blanc-jaune, plus blanc le long de la ligne centrale, plus jaune sur les côtés, les flancs et le ventre. Les sous-caudales sont rouges.
Les ailes sont brunes avec des taches blanches, plus larges sur l'intérieur mais plus étroites et plus en forme de barres sur les primaires. Les couvertures sont brunes avec des points blancs.
Le long bec pointu et sans entailles présente une couleur rosâtre, rougeâtre ou brunâtre avec une pointe noire. La peau orbitale est noire, l'iris brun ou brun-rouge. Les pattes varient du gris foncé au gris clair.
La femelle a une apparence plus pâle que son partenaire. La tache gutturale est absente. Les juvéniles sont plus ternes, plus gris, plus blancs, moins jaunes. Le bec est plus brun, moins rougeâtre.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Trachyphonus margaritatus margaritatus (e Mauritania to n Ethiopia and Eritrea)
  • Trachyphonus margaritatus somalicus (e Ethiopia to n Somalia)

Noms étrangers

  • Yellow-breasted Barbet,
  • Barbudo Perlado,
  • Perlenbartvogel,
  • gyöngymadár,
  • Geelborstbaardvogel,
  • Barbetto pettogiallo,
  • Gulbröstad barbett,
  • Sahelperleskjeggfugl,
  • perlavec temnohlasý,
  • vousák kropenatý,
  • Gulbrystet Perleskægfugl,
  • keltakaulaseppä,
  • barbut capgroc,
  • brodal perełkowany,
  • Жемчужный трахифонус,
  • キムネオナガゴシキドリ,
  • 黄胸拟鴷,
  • 黃胸擬啄木,

Voix chant et cris

Les duos de barbicans perlés et de barbicans à tête rouge sont assez semblables et ils remplissent vraisemblablement les mêmes fonctions. On les retranscrit généralement de la façon suivante "chew-do, chew-do tew, tew chew-to,tew-chew-to". Le chant du mâle est un peu plus bas que celui de la femelle. A l'intérieur du groupe social, chaque couple maintient son duo, si bien qu'on peut souvent entendre des chœurs. De nouveaux arrivants tentent d'intégrer le groupe, pour établir le contact et obtenir leur droit d'entrée, ils émettent alors un puissant crépitement, un "bd r-r-r" qui sert aussi de cri d'alarme. En cas de rencontre ou d'interaction, les barbicans perlés délivrent des "cheh-cheh".

Habitat

Comme les barbicans à tête rouge, ce barbican de taille moyenne aime bien les terrains accidentés, les lits asséchés des rivières, les prairies sableuses pourvues de bouquets d'acacias et les broussailles situées au flanc des collines rocheuses. On le trouve également dans les petits buissons, la végétation basse et les palmiers épars qui recouvrent les dunes stabilisées du bord de mer. Il apprécie aussi les escarpements rocheux, les bâtiments en ruine et les jardins irrigués. Près des habitations, il utilise les puits abandonnés et les vieux murs des maisons abandonnées pour remplacer les rives terreuses dans lesquelles il creuse habituellement ses cavités. Cet oiseau occupe les fourmilières et les termitières qu'il transforme et qu'il adapte pour les les rendre utilisables. Le barbican perlé vit du niveau de la mer jusqu'à 1 800 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les barbicans perlés vivent en solitaire ou en groupes dont la taille est sans doute inférieure à ceux du Barbican à tête rouge (Trachyphonus erythrocephalus). Ils établissent des dortoirs communs et ils nichent en colonies. Ils recherchent leur nourriture à terre sous les buissons ou sous les arbres. Ils prospectent également dans les arbustes et plus particulièrement dans les enchevêtrements de plantes rampantes et grimpantes qui bordent le lit des cours d'eau.
Les barbicans perlés privilègient les endroits où ils sont certains de trouver des sites appropriés à leur nidification (berges de rivière, vieux murs ou termitières). Ceux-ci présentent souvent un inconvénient majeur, ils sont situés dans un milieu très ouvert. Comme ces oiseaux ont un vol lent, ils constituent souvent une cible privilégiée pour les prédateurs quand ils traversent de régions pourvues de buissons ou d'arbres isolés. Dans les régions où la végétation est un peu plus dense, ils ne sont pas moins repérables car leur activité au sein des rassemblements est assez bruyante.
On ne connaît pas bien les rituels des parades. Compte tenu de la grande similitude dans les cris et dans le plumage, il est toutefois probable qu'ils soient identiques à ceux du Barbican à tête rouge. Durant toute l'année, les Barbicans perlés entretiennent des territoires dont la taille et la configuration varient considérablement.

Alimentation mode et régime

Les barbicans perlés sont des oiseaux omnivores. Ils sont en quête d'insectes comme les coléoptères, les locustes, les mantes religieuses, les sauterelles ou d'autres sortes d'invertébrés comme les mille-pattes. Ils ne dédaignent pas les petits vertébrés comme les petits oiseaux et leurs œufs. Les matières végétales font également partie de leur menu, en particulier les figues et les baies de souak (Salvadora persica). D'autres fruits sont également importants dans sa diète.

Reproduction nidification

La multiplication des duos chantés et des chœurs, l'accroissement des rencontres avec les couples et les groupes du voisinage sont les signes indéniables que la saison de reproduction a commencé. Les barbicans perlés installent leur nid à n'importe quel endroit de leur territoire. Parfois avec l'aide d'assistants, ils creusent un tunnel horizontal dans une berge meuble de rivière, une facade de falaise, des débris de mur ou une termitière. L'entrée de la cavité est placée habituellement à 3 mètres au-dessus du sol. La galerie est longue d'environ 1 mètre, montant légèrement et se terminant par une chambre de ponte. La ponte a lieu en août au Niger, de septembre à octobre en Ethiopie. La saison de nidification dans son ensemble se déroule en mars, mai-juin, août et octobre au Niger, février-juin au Tchad, mai-juillet au Soudan, février, mai-septembre et octobre-novembre en Ethiopie. Pour la Somalie, deux périodes sont indiquées : février et avril-juin, les juvéniles étant nombreux au mois de mai.
La ponte comprend généralement entre 4 et 6 œufs lisses, de couleur blanche à rosâtre, d'une dimension moyenne de 25 millimètres sur 18,5. Les renseignements manquent concernant la durée d'incubation et les différents aspects de la biologie reproductive (durée de séjour au nid, soin parental). Occasionnellement, il y a deux couvées par saison. En cas de destruction d'une ponte, les nichées de substitution ne sont pas rares. Les jeunes oisillons sont réputés pour être bruyants et suivent leurs parents dans leurs déplacements. Parfois les groupes familiaux intègrent des jeunes des couvées précédentes mais, la plupart du temps, ces derniers se dispersent pour ne pas déranger le bon fonctionnement des nouvelles couvées.

Distribution

Le barbican perlé est endémique du Sahel en Afrique. Son aire de distribution occupe une fine bande géographique qui va du centre du Mali, du Niger et du nord-est du Nigeria jusqu'à la corne de l'Afrique en passant par le Tchad, le centre du Soudan, le nord de l'Ethiopie, l'Erythrée, Djibouti et le nord de la Somalie. Le territoire du barbican perlé borde parfois celui du Barbican à tête rouge en Ethiopie, mais les deux espèces, quoiqu'ayant un habitat assez semblable, ne cohabitent pas.
Le barbican perlé est divisé en deux sous-espèces : T. m. margaritatus, la race nominale (majorité de l'aire, de l'est de la Mauritanie jusqu'à l'Erythrée) - T. m. somalicus (est de l'Ethiopie, Djibouti et nord de la Somalie). Les populations du nord du Soudan sont parfois différenciés sous l'appellation T. m. kingi, celles du centre du Soudan portent parfois le nom de T. m. berberensis. Toutefois, ces races sont rarement considérées comme valides et sont la plupart du temps intégrées dans la race nominale.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Birdlife, l'aire de distribution mesure 2 330 000 kilomètres carrés, ce qui est considérable. La population globale n'est pas quantifiée mais elle est considérée comme stable en l'absence de véritable menace. L'espèce, bien que peu commune, est classée comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Barbican perléFiche créée le 27/02/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net