Bergeronnette à longue queue

Motacilla clara - Mountain Wagtail

Bergeronnette à longue queue
adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Motacillidés

  • Genre
    :

    Motacilla

  • Espèce
    :

    clara

Descripteur

Sharpe, 1908

Biométrie
  • Taille
    : 15 à 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 5 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Motacillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (11 à 24 cm), à longue queue et à longues pattes à doigts munis de longs ongles. Leur plumage est le plus souvent discret et cryptique, brun et strié par exemple. Quelques espèces exhibent des couleurs plus voyantes comme du noi... lire la suite

Description identification

Avec sa silhouette élancée et sa longue queue, la Bergeronnette à longue queue correspond bien à l'idée que l'on se fait d'un Motacillidé. Sa queue est légèrement plus grande que celle des autres espèces du genre Motacilla. Sa silhouette n'est pas sans faire penser à la Bergeronnette des ruisseaux. Chez elle, pas de dimorphisme sexuel. Trois couleurs dominent dans son plumage, le gris, le blanc et le noir, un peu comme chez notre Bergeronnette grise. Les parties supérieures sont entièrement grises du bec à la queue, la nuance variant en fonction des sous-espèces. Les ailes sont noires, avec les grandes couvertures et surtout les rémiges tertiaires largement ourlées de blanc. La tête grise montre un étroit et net sourcil blanc souligné par les lores presque noirs et s'étendant un peu en arrière de l'œil. L'œil noir est cerclé de blanc, le croissant supérieur se confondant avec le sourcil. Le bec, spécialement long et fin, est noir. La queue est bicolore avec les 3 paires de rectrices centrales majoritairement noires et les 3 paires externes entièrement blanches.
Les parties inférieures sont très claires. Les seules parties vraiment blanches sont la gorge et le haut de la poitrine. Cette dernière possède en son milieu un étroit bandeau noir complet. Le reste du dessous est d'un blanc plus ou moins nuancé de gris, particulièrement sur les côtés de la poitrine et les flancs. Les pattes sont noires.
Les 3 sous-espèces diffèrent peu entre elles. Par rapport à la sous-espèce type :
M. c. torrentium a les ailes plus courtes, la queue proportionnellement plus longue et les bordures blanches sur les ailes plus larges,
M. c. chapini a les parties supérieures plus foncées.
Le juvénile ressemble à l'adulte à la différence qu'il ne possède pas de collier noir sur la poitrine.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Motacilla clara clara (Ethiopia)
  • Motacilla clara chapini (Sierra Leone to Central African Republic, c DRCongo and Gabon)
  • Motacilla clara torrentium (e Uganda and c Kenya to c Angola, Zambia, Zimbabwe and w Mozambique, also e South Africa)

Noms étrangers

  • Mountain Wagtail,
  • Lavandera Clara,
  • Alvéola-rabilonga,
  • Langschwanzstelze,
  • hosszúfarkú billegető,
  • Bergkwikstaart,
  • Ballerina montana,
  • Bergärla,
  • Bergerle,
  • trasochvost potočný,
  • konipas bystřinný,
  • Afrikansk Bjergvipstjert,
  • koskivästäräkki,
  • Bergkwikkie,
  • cuereta clara,
  • pliszka jasna,
  • Длиннохвостая трясогузка,
  • ハイイロハクセキレイ,
  • 非洲山鹡鸰,
  • 麗鶺鴒,

Voix chant et cris

Le chant de la Bergeronnette à longue queue est doux et plutôt faible en intensité. Les phrases musicales sont courtes mais régulièrement répétées : "ti-tuu-ui-tui-tui" ou "tsrrrrup, tsrrrrup, tsrrrrup...". L'appel est un "chirrup" ou "chizzik" fort et de tonalité métallique. À l'envol, la Bergeronnette à longue queue émet généralement une note dissyllabique étirée "sreeeeeeeeh" ou "treeedrurrup". Le cri d'alarme est un"phweep" ou "chweep".

Habitat

La Bergeronnette à longue queue affectionne principalement les biotopes humides en plaine comme en altitude jusqu'à 2 000 mètres. Ce qu'elle préfère, ce sont les cours d'eau rapides à berges abruptes, cailloux ou rochers émergents, chutes et cascades, entourés de collines boisées ou de fourrés denses. On peut la trouver aussi à distance de l'eau, sur des sentiers forestiers, des chemins ou des routes, parfois même jusqu'à dans des jardins. En cela, elle rappelle encore la Bergeronnette des ruisseaux.

Comportement traits de caractère

Si la Bergeronnette à longue queue de la ssp clara est sédentaire en Éthiopie, elle est plutôt nomade dans le reste de l'Afrique de l'Est et en Afrique du Sud. Il pourrait également exister de courts déplacements migratoires en Afrique de l'Ouest.
La Bergeronnette à longue queue est assez solitaire. Peu farouche, elle s'observe facilement lorsque, le long des cours d'eau, elle recherche sa nourriture. Elle marche, court, virevolte, autant d'attitudes dynamiques qu'il est agréable d'observer chez elle. Elle peut être commune, mais n'est ni grégaire ni coloniale. Tout au plus peut-on observer 4 ou 5 individus simultanément de façon occasionnelle sur un court laps de temps. Elle ne semble pas se regrouper en dortoirs nocturnes.
L'espèce est monogame. Lorsque le couple est formé, les partenaires restent ensemble à vie. Une fois le site de reproduction choisi, il est, lui aussi, gardé à vie.
Le vol : Le vol est typiquement onduleux comme chez toutes les bergeronnettes. Les ailes courtes l'empêchent de faire de longs trajets mais se révèlent bien utiles pour la chasse aux insectes.

Alimentation mode et régime

La Bergeronnette à longue queue est insectivore au sens large du terme. Elle se nourrit principalement de diptères mais les odonates, les lépidoptères, les coléoptères, les trichoptères et les plécoptères font également partie de son menu. Occasionnellement, elle peut consommer des limaces, des têtards et des petits poissons. Des échantillons fécaux, étudiés en Éthiopie d'une part et en Afrique du Sud d'autre part, étaient principalement composés de restes chitineux de diptères pour le premier pays et de larves d'odonates pour le second.
La Bergeronnette à longue queue se nourrit de diverses façons. Le long des cours d'eau peu profonds, elle passe de rocher en rocher, s'avance sur les embâcles ou les branches en partie immergées, ou alors arpente simplement la berge, cueillant les insectes qui se présentent. Elle peut aussi attraper les insectes en vol.

Reproduction nidification

L'espèce est monogame et les couples restent volontiers ensemble à longueur d'année. Malgré cela, dès qu'arrive la saison de reproduction, la séduction entre les deux partenaires réapparaît. Ailes abaissées et vibrantes, rectrices relevées et écartées en éventail, le mâle courtise sa femelle en se déplaçant au sol devant elle. Ils s'adonnent aussi à quelques poursuites aériennes. Le calendrier de reproduction varie en fonction de la zone de répartition avec de grandes différences selon les pays. En Éthiopie, l'espèce se reproduit de janvier à avril et de septembre à novembre. De mars à juillet au Malawi, en mai et d'août à décembre en Afrique du Sud et toute l'année en Tanzanie. Le couple se partage toutes les tâches liées à la nidification. Les deux sexes construisent le nid en forme de coupe assez volumineuse et tapissée de radicelles, de feuilles, de tiges et autres fibres végétales. Le nid repose sur un socle de matériaux volontairement humidifiés qui, en séchant, assurera l'adhérence du nid. Les lieux choisis par le couple sont divers mais répondent toujours à la même exigence, à savoir la présence d'eau libre dans un contexte favorable, forestier par exemple. Le nid est le plus souvent construit en milieu rupestre dans une anfractuosité. Le site peut être un rocher, une paroi rocheuse, un mur de soutènement, un pont ou un barrage. Il peut également être construit au milieu d'un environnement végétal, par exemple au milieu de racines sur une berge abrupte, dans le creux d'un arbre ou au milieu de débris végétaux accumulés. Plus occasionnellement, nous le trouverons en milieu anthropique, sous le toit d'un bâtiment par exemple. Le couple conserve, sauf accident, le même site de nidification d'année en année, le nid étant entretenu et réparé au besoin.
La femelle pond 1 à 4 œufs incubés par les deux sexes pendant 13 à 14 jours. Les séquences d'incubation vont de 15 à 60 minutes. Les oisillons sont couvés en permanence les 4 premiers jours de leur vie et sont nourris par les deux parents. Passé ce délai, la couvaison devient irrégulière et cesse définitivement le huitième jour. Les jeunes quittent le nid au bout de 14 à 18 jours tout en restant sur le territoire familial sous la dépendance des parents. Cette dernière phase varie en fonction des individus et peut s'étaler jusqu'au quarante-huitième jour de vie.

Distribution

La Bergeronnette à longue queue est une espèce subsaharienne. Son aire de répartition est morcelée. La sous-espèce type occupe les hauteurs d'Éthiopie. Chapini est ouest- et centrafricaine (Guinée, Liberia et Sierra Leone d'un côté, Cameroun et Gabon surtout de l'autre). Enfin l'aire de torrentium, plus vaste, concerne une 10e de pays entre le nord de la RDC et le sud de l'Afrique du Sud, avec un barycentre sur le sud de la RDC, le sud-ouest de la Tanzanie et le nord de la Zambie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La Bergeronnette à longue queue est localement commune et n'est globalement pas menacée. La pollution des eaux ainsi que la déforestation et l'érosion qui en découle peuvent cependant avoir des effets néfastes sur l'espèce.

Iconographie

plus de photos

Autres références utiles

Fiche créée le 14/12/2017 par Nathalie Santa Maria © 1996-2018 Oiseaux.net