Calao à casque jaune

Ceratogymna elata - Yellow-casqued Hornbill

Systématique
  • Ordre
    :

    Bucérotiformes

  • Famille
    :

    Bucérotidés

  • Genre
    :

    Ceratogymna

  • Espèce
    :

    elata

Descripteur

Temminck, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 70 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1500 g
Distribution

Distribution

Description identification

Calao à casque jaune
♂ adulte

Ce grand calao noir est surtout remarquable par ses rectrices extérieures entièrement blanches et par les motifs écaillés qui ornent son cou. Chez le mâle adulte, le capuchon et l'arrière de la tête sont recouverts de plumes noires ébouriffées. Les plumes du cou ont un base blanche et des terminaisons brunes, ce qui donne à cette région un aspect moucheté. Sur le devant du cou, pendent de longues caroncules bleues qui ne sont pas dilatables. Le bec gris sombre est surmonté par un large casque jaune qui a la forme d'une cloche ou d'un abat-vent. Ce dernier possède une base noire. Des cannelures sont visibles à l'endroit où le bec et le casque se rejoignent. Le peau nue qui entoure l'oeil et la plus grande partie de la peau gulaire sont bleu foncé. La partie inférieure de la gorge porte une poche écarlate extensible. Les iris sont rouges. La femelle est plus petite que son partenaire. Le capuchon et l'arrière de la tête sont roussâtres. Le bec et le casque considérablement plus modeste sont de couleur brun-jaune. Les caroncules bleues sont plus réduites. Le cou est moucheté de roux, les yeux sont bruns. Hormis le casque qui est plus longiligne chez le second, le calao à casque jaune possède une silhouette rigoureusement identique à celle du Calao à casque noir (Ceratogymna atrata).

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Yellow-casqued Hornbill,
  • Cálao Casquigualdo,
  • Calau-de-casquete-amarelo/Calau-grande,
  • Goldhelm-Hornvogel,
  • buzogányfejű szarvascsőrű,
  • Geelhelmneushoornvogel,
  • Bucero cascogiallo,
  • Gulkaskad hornkorp,
  • Høvdinghornfugl,
  • zobákorožec modrolíci,
  • zoborožec palmový,
  • Gulhjelmet Hornfugl,
  • guineansarvinokka,
  • calau de casquet groc,
  • dzioborożec niebieskolicy,
  • Златошлемный калао,
  • キンコブサイチョウ,
  • 黄盔噪犀鸟,
  • 黃盔黑犀鳥,

Voix chant et cris

Habitat

Les calaos à casque jaune fréquentent les forêts primaires de plaine constituées d'arbres à feuilles persistantes. On les trouve surtout à la lisière des marécages. Leur aire de distribution s'étend souvent aux forêts secondaires, aux forêts-galeries, aux zones boisées situées le long des cours d'eau et même parfois aux plantations, du niveau de la mer jusqu'à une altitude qui peut atteindre 1000 mètres. Cet oiseau est endémique de l'Afrique Occidentale, où il occupe une fine bande le long du littoral, de l'ouest du Sénégal jusqu'au sud-ouest du Cameroun. Le calao à casque jaune est présent en Guinée, en Sierra Leone, au Libéria, en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Togo, au Bénin et au Nigéria. son aire de distribution ne s'enfonce guère plus de 100 kilomètres à l'intérieur des terres.

Comportement traits de caractère

Les calaos à casque jaune parcourent de grandes distances à la recherche d'arbres fruitiers. Au cours de leur errance ou vagabondage, ils forment des groupes importants pouvant compter jusqu'à 50 individus et il se perchent ensemble dans la végétation marécageuse à des hauteurs qui ne dépassent guère trois à sept mètres. Les calaos à casque jaune recherchent surtout leur pitance dans la canopée, entre 20 et 50 mètres au-dessus du sol. Cependant, ils descendent parfois à terre pour cueillir des fruits tombés ou pour capturer des insectes. Ils poursuivent aussi ces derniers en vol. Ils vivent en couples ou en petits groupes ne dépassant habituellement pas douze oiseaux. Ces groupes sont composés d'au moins un mâle, une femelle et plusieurs immatures. Fréquemment, ils s'associent avec les calaos à joues grises (Ceratogymna cylindricus).
Les calaos à casque jaune mettent en place une stratégie de défense particulièrement remarquable. Comme ils constituent souvent des proies pour l'Aigle couronné (Stephanoaetus coronatus) et que le succès de ce dernier repose en grande partie sur l'effet de surprise, ils réagissent en se pressant autour de lui en grand nombre et en émettant des cris. Le rapace, décontenancé, décide souvent de quitter la zone. Comment les calaos arrivent-ils à détecter la présence du prédateur ? De récentes études ont montré qu'ils profitent de la présence des cercopithéques de Diane, qui vivent dans la même région. En effet, ces derniers émettent le même cri d'alarme qu'eux en présence d'un aigle. Plus fort, les calaos arrivent même à différencier le cri d'alarme émis par les singes en présence d'un aigle et celui produit en cas de présence d'un léopard (ce dernier n'effectuant pas de prédation sur les calaos).

Alimentation mode et régime

Les calaos à casque jaune se nourrissent surtout de fruits, en particulier ceux des palmiers à huile (Elaeis guineensis) mais aussi ceux d'autres catégories de palmiers. Ils consomment des insectes, et des mille-pattes lorsque ceux-ci sont disponibles. Le menu de cet oiseau est composé à 78% de végétaux, les 22% restants sont formés par des proies animales.

Reproduction nidification

Peu de choses sont connues. La saison de reproduction s'étale probablement de septembre à mars. A ce moment de l'année qui correspond au début de la saison des fruits du palmier à huile, les mâles se déplacent en solitaire. Le nid est placé dans la cavité naturelle d'un grand arbre, souvent à quelques 30 mètres au dessus du sol. La femelle reste recluse dans la cavité pendant toute la durée du cycle de reproduction. Pendant cette longue période, elle est ravitaillée par le mâle. A part cela, on ne possède pas de renseignements sur la taille de la ponte ni sur la durée de la période d'incubation. Aucune information n'est disponible sur les moeurs reproductives ni sur l'envol des jeunes.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas véritablement en danger mais elle est actuellement considérée comme presque menacée (NT). Les densités sont très variables. Assez commune dans les grandes réserves, l'espèce n'est pas rare au Nigéria, bien que sa population soit en déclin du fait de la destruction des forêts. Dans certaines autres régions, les effectifs ont chuté à cause de la chasse qui reste la principale menace. C'est surtout un calao des régions basses qui a du mal à s'adapter à d'autres types d'habitats. En Casamance, en côte d'Ivoire et au Cameroun, l'espèce est protégée.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/02/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net