Fuligule austral

Aythya australis - Hardhead

Fuligule austral

Fuligule austral

Aythya australis

((Eyton, 1838))


Ordre : Ansériformes

Famille : Anatidés  ;

Genre : Aythya

Espèce : australis

Sous-espèces : 2 [+] [-]
Aythya australis australis(Australia)
Aythya australis extima(Vanuatu, New Caledonia)

Biométrie :

Taille : 49 cm
Envergure : 65 à 70 cm.
Poids : 900 à 1100 g

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : polák hnědavý (cs), Australsk Taffeland (da), Tasmanmoorente (de), Hardhead (en), Porrón Australiano (es), australiansotka (fi), ausztrál cigányréce (hu), Moretta australiana (it), オーストラリアメジロガモ (ja), Australdykkand (nb), Australische Witoogeend (nl), podgorzałka australijska (pl), Zarro-australiano (pt), Австралийский нырок (ru), chochlačka hnedastá (sk), Australisk dykand (sv), 澳洲潜鸭 (zh)

Identification :
Fuligule austral Ce canard plongeur est aussi parfois nommé "canard aux yeux blancs" par les locaux. Les 2 adultes ont la tête, le cou et le corps brun-châtain foncé. Les flancs sont brun rougeâtre, le dos et la queue sont noirs, contrastant avec les sous-caudales et le centre de l'abdomen qui sont blancs. Le dessous blanc des ailes a une fine bordure brune.
Le bec est gris sombre avec une évidente bande subterminale gris-bleu pâle. Les pattes et les pieds sont gris-brun, les ongles sont noirs. Les yeux sont blancs, ce qui constitue un élément discriminant essentiel. (voir nom anglais)
Chez les mâles, l'ensemble du plumage peu être confondu avec celui du fuligule nyroca et celui du fuligule de Madagascar, mais la bande du bec est nettement plus claire. Fuligule austral Le plumage est plus brun que chez les précédentes nommées.
La femelle adulte ressemble au mâle mais elle est brunâtre et plus claire, avec la gorge pâle. Les yeux sont bruns. Le bec est différent, avec la bande subterminale plus étroite. La femelle est plus réduite en taille que son partenaire. On n'est pas certain qu'il y ait une variation saisonnière, mais il est probable qu'il y ait une courte période éclipse. Le juvénile est semblable à la Fuligule austral femelle mais plus clair, brun jaunâtre, avec l'abdomen tacheté de sombre.

Chant : En dehors de la période de reproduction, le fuligule austral est considéré généralement comme assez silencieux. Au cours des parades nuptiales, le mâle délivre un sifflement poussif qu'on retrancrit comme un "whirrrr". La femelle se distingue de son partenaire en produisant une sorte de grincement puissant et rude, un "gaark" qui est souvent Fuligule austral émis quand elle est dans les airs.

Habitat : Le fuligule austral fréquente les lacs d'assez grande superficie, avec des eaux assez froides et profondes. On peut également l'observer dans les marécages qui ont une vaste végétation émergente. Occasionnellement, il visite les prairies et les autres terres cultivables pour se nourrir.
En dehors de la saison de reproduction, le fuligule austral vit à proximité des lagunes qui servent au traitement des eaux usées, dans les lagons et les marais côtiers, les lacs d'eau saumâtre, les mangroves marécageuses et les réservoirs d'eau douce situés à l'intérieur des terres. Ils ne dédaignent pas les lacs de montagne et il n'est Fuligule austral pas rare de les trouver jusqu'à 1 150 mètres d'altitude dans les lacs du Timor-Oriental.

Distribution : Le fuligule austral est endémique du sud-ouest (particulièrement dans le bassin Murray-Darling) et de l'est de l'Australie, ainsi que de la Tasmanie au large de Sydney. Certaines populations isolées vivent sur le littoral de Banks Island, à Vanuatu et sont dans doute le résultat d'une brève colonisation par des oiseaux en provenance du continent australien. Ces fuligules de Vanuatu sont parfois traités comme sous-espèce Fuligule austral sous le nom de A. A. exima. Les fuligules austraux sont probablement nicheurs au Timor-Oriental.

Comportements : Le fuligule austral est social et grégaire, vivant la plupart du temps en petits groupes mais formant aussi parfois de grands rassemblements qui contiennent des milliers d'individus pendant la saison sèche.
L'établissement des liens conjugaux et la formation des Fuligule austral couples s'effectuent de façon très rapide dès que la montée des eaux procure des conditions favorables à une bonne reproduction. Cependant, les parades ne sont aperçues que de façon très irrégulière en raison d'une très grande variabilité de la pluviométrie locale.
Le fuligule austral est un oiseau craintif et excessivement prudent. Contrairement aux autres fuligules du genre Aythya, ce canard de moyenne taille est capable de décoller rapidement et de voler très rapidement, Fuligule austral ce qui est un capital non négligeable pour échapper à ses prédateurs habituels qui sont les rats noirs (Rattus rattus), les goélands argentés (Larus novaehollandiae), les busards des roseaux (Circus aeruginosus) et les talèves sultanes (Porphyrio porphyrio). En raison de son mode de déplacement et sa façon de se nourrir, il a besoin d'une quantité d'eau assez importante. En effet, quand il nage, il est assez enfoncé dans l'eau, sa queue est souvent assez baissée même si ce n'est pas toujours le cas. Le fuligule austral est donc sédentaire quand il y a de l'eau en permanence. Toutefois, après de longues périodes de sécheresse, il est contraint à parcourir de longues distances en dehors de son Fuligule austral aire normale.

Nidification : La saison de reproduction est très liée au régime des pluies. Habituellement, elle a lieu d'octobre à décembre dans le sud-est, et de septembre à décembre en Nouvelles-Galles du Sud. Le système reproductif n'est pas toujours très clair, même s'il est qualifié en général de monogame. Cependant parfois, il est constitué de plus brèves périodes successives de polygamie.
Le fuligule austral niche en couple isolé dans les marais composés de roseaux et de carex. Le nid est placé au niveau Fuligule austral de l'eau sur une rive ou sur un îlot, bien dissimulé par de la végétation épaisse. Il est construit avec des plantes aquatiques ou avec des végétaux provenant des endroits humides. La plate-forme intérieure est garnie avec du duvet.
La ponte contient 9 à 13 œufs, de couleur blanc-crème. Les nichées les plus fournies peuvent contenir jusqu'à 18 œufs, ce qui implique forcément l'intervention de parasites dans les nichées. Ceux-ci mesure en moyenne 5 cm sur 6 et pèsent environ 50 grammes. Ils sont couvés par la femelle Fuligule austral seule durant 25 à 27 jours. A la naissance, les petits canardeaux ont un duvet brun foncé dessus et jaunâtre dessous. Ils ont une face tachetée et un bord de traîne sur l'aile. Au fur et à mesure qu'ils grandissent, ils vont de 21 à 40 grammes. Ils sont élevés et nourris par leur mère pendant une période indéterminée. Il n' y a pas de statistiques sur la réussite des nichées et la longévité des adultes.

Régime : Le fuligule austral se nourrit surtout de végétaux tels que les graines, les fleurs et les parties végétales des herbes, les carex et les plantes qui composent les marais. Il consomme aussi des invertébrés aquatiques tels que les insectes, les mollusques et les crustacés. Ils apprécient aussi les petits poissons. Ces canards se nourrissent en plongeant la tête la première, la partie postérieure de leur corps émergeant à la surface. Dans l'état de Victoria, dans le sud-est du continent australien, ces fuligules passent 15% de leur temps à se nourrir et environ 43% à dormir. Il n'y a pas de paroxysme dans l'activité du nourrissage. La plongée représente 95% de la technique d'alimentation. Les 5% d'aliments restants sont recueillis en barbotant à la surface.

Protection / Menaces : D'après le Handbook, le fuligule austral n'est pas particulièrement menacé. Bien qu'il ait décliné de plus de 60% de ces effectifs au cours du XXème siècle, il reste encore commun. Avec l'orée du nouveau siècle, les menaces les plus importantes ayant disparu, sa population est devenue stable entre 200 000 et 700 000 individus. Les concentrations les plus importantes se situent autour des lacs Moondarra et Galliee, dans l'ouest et le centre du Queensland. En Australie, les rassemblements les plus importants sont situés autour des lacs pendant les périodes de sècheresse. Le marais Mandora en Australie Méridionale constitue également un point de rassemblement important pendant les absences de pluie. La population de Tasmanie est régulière et stable, entre 300 et 400 individus. Les nouveaux drainages ont réduit les sites de reproduction et la chasse représente une activité assez faible désormais. En dehors de l'Australie, la population de Nouvelle-Zélande est devenue très faible celle de Nouvelle-Guinée très éparse.

Sources :

 

Autres liens :
Iucn
Birdlife
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 14/04/2015 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 08/08/2015 05:42:27 - © 1996-2015 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Fuligule austral