Fuligule de Nouvelle-Zélande

Aythya novaeseelandiae - New Zealand Scaup

Fuligule de Nouvelle-Zélande
♂ adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Aythya

  • Espèce
    :

    novaeseelandiae

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 46 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 550 à 746 g
Distribution

Distribution

Description identification

C'est un petit fuligule entièrement sombre. Mâle et femelle sont facilement discernables dans la nature. Chez le mâle, le dos, le cou et la tête sont noirs alors que les flancs sont marron foncé, l'œil jaune d'or est bien visible, le bec bleuâtre est terminé par un onglet noir. On retrouve ce bec chez la femelle, mais elle se distingue du mâle par l'absence de noir (la totalité du corps est brun sombre), l'œil brun et la présence de barres verticales blanches à la base du bec (chez la moitié d'entre elles). Les jeunes ressemblent aux femelles mais n'ont pas de marques blanches à la base du bec.
En vol, le dessous est très clair et le dessus des ailes très contrasté ; aux couvertures alaires sombres s'opposent les rémiges blanches (seule leur extrémité est sombre, créant un bord de fuite sombre). A noter que, contrairement à ce que l'on voit chez le Fuligule austral, Aythya australis, (seule espèce pouvant prêter à confusion en Nouvelle-Zélande), la large barre alaire blanche ne va pas jusqu'au corps.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • New Zealand Scaup,
  • Porrón Maorí,
  • Zarro-maori,
  • Maoriente,
  • maori cigányréce,
  • Nieuwzeelandse Topper,
  • Moretta di Nuova Zelanda,
  • Nya Zeelandbergand,
  • Maoridykkand,
  • chochlačka tmavá,
  • polák tmavý,
  • Newzealandsk Troldand,
  • uudenseelanninsotka,
  • morell de Nova Zelanda,
  • ogorzałka nowozelandzka,
  • Новозеландская чернеть,
  • ニュージーランドスズガモ,
  • 新西兰潜鸭,
  • 紐西蘭潛鴨,

Voix chant et cris

Ces oiseaux sont pratiquement muets en dehors de la période nuptiale. Le mâle émet un sifflement sur trois ou quatre notes alors que la femelle a plutôt un grognement aigu.

Habitat

Comme la plupart de ses congénères, le fuligule de Nouvelle-Zélande fréquente les lacs d'eau douce assez profonds, aussi bien naturels qu'artificiels. Il a une préférence marquée pour les plans d'eau des régions accidentées (il atteint 1000 m), mais fréquente quelques lagunes, surtout en hiver.

Comportement traits de caractère

Le fuligule de Nouvelle-Zélande passe la plus grande partie de son temps sur l'eau, même s'il lui arrive de venir se reposer sur le rivage. Les rassemblements internuptiaux ne sont jamais très importants. Les mouvements ne sont pas importants et la plupart des oiseaux sont sédentaires.
Le vol : Pas très farouche, il vole comme à regret, jamais bien haut, laissant le plus souvent ses pattes frapper l'eau.

Alimentation mode et régime

Comme la plupart des fuligules, la nourriture est surtout recueillie en plongeant, mais les insectes peuvent être capturés à la surface de l'eau. Le régime alimentaire est constitué d'invertébrés (mollusques et insectes) et de matières végétales prélevées sous l'eau.

Reproduction nidification

Les couples se forment au début du printemps austral (fin septembre-début octobre). On note parfois la constitution de colonies lâches. Le nid est très bien caché dans la végétation dense, à proximité de l'eau. C'est une coupe construite le plus souvent avec des feuilles de roseaux et des brins d'herbe. Les pontes sont en moyenne de 4 à 8 œufs (avec un record connu de 15) ; l'incubation par la femelle seule dure environ un mois. Les jeunes ne volent pas avant l'âge de deux mois, voire deux mois et demi.

Distribution

C'est une espèce endémique de Nouvelle-Zélande, présente dans le nord et l'est de l'île du Nord et dans la moitié occidentale (la plus montagneuse) de l'île du Sud.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Même si ses effectifs ont été fortement réduits par la chasse qui lui a été faite pendant les premières décennies du XXe siècle (chasse qui a entraîné sa disparition de la quasi totalité des régions de plaine), l'espèce n'est pas considérée comme menacée. Elle est protégée depuis 1934 et a profité de la création de nombreux lacs de barrage, surtout dans l'île du Sud. Des opérations de réintroduction efficaces ont eu lieu dans l'île du Nord. A la fin du XXe siècle, la population ne se situait cependant qu'entre 5000 et 10 000 individus, ce qui reste peu important.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/01/2011 par Georges Olioso © 1996-2017 Oiseaux.net