Héron intermédiaire

Ardea intermedia - Intermediate Egret

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Ardéidés

  • Genre
    :

    Ardea

  • Espèce
    :

    intermedia

Descripteur

Wagler, 1829

Biométrie
  • Taille
    : 72 cm
  • Envergure
    : 105 à 115 cm.
  • Poids
    : 400 g
Distribution

Distribution

Description identification

A toutes les saisons, ce héron de grande taille présente un plumage entièrement blanc, avec un bec trapu jaunâtre et des pattes sombres. Les deux sexes sont identiques. Pendant la période nuptiale, il exhibe de longues aigrettes sur le dos ainsi que de magnifiques et longues plumes ornementales sur la poitrine. Les juvéniles ressemblent aux adultes.
Il y a de substantielles variations entre les différentes races, ce qui entraîne parfois des confusions dans leur identification. Les sous-espèces se distinguent essentiellement par leur taille et la coloration de leurs parties nues. Les individus de la race plumifera sont les plus petits et ceux de la race brachyrhyncha sont les plus grands. En dehors de la période de reproduction, les oiseaux de la race nominale intermedia ont un bec jaune avec une pointe noire, des iris jaunes, des lores jaune pâle, des pattes couleur ardoise et des pieds noirs. Au cours de la période nuptiale, les pattes deviennent toutes noires et le bec jaune vire partiellement au noir. Pendant la brève période des parades, le bec est souvent entièrement noir et les lores jaune verdâtre. En dehors de la période nuptiale, les individus de la race brachyrhyncha se distinguent par leur bec entièrement jaune. Leurs pattes sont brun pâle sur le tibia et brun foncé sur les tarses et sur les pieds. Durant la période de reproduction, le tibia est jaune. Les tarses et les pieds sont noirs, le premier nommé présente une fine ligne jaune qui descend sur les côtés. Pendant la courte période des parades, la ligne jaune devient rose-rouge, les lores sont vert éclatant et le bec rose-rouge vire au jaune à la pointe. Les individus de la race plumifera sont identiques à ceux de la race africaine brachyrhyncha en toutes saisons. Toutefois, pendant la période de reproduction, certaines parties nues peuvent être brun foncé au lieu de noires. Chez toutes les races, les parties nues reprennent leur couleur normale une fois que la ponte a été effectuée.
Le héron ou aigrette intermédiaire se distingue de la grande aigrette par la fine ligne de sa bouche qui se poursuit jusqu'à l'œil. Par rapport à cette dernière, il possède un bec plus trapu, un cou plus bref et plus épais.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Ardea intermedia brachyrhyncha (Africa south of the Sahara)
  • Ardea intermedia intermedia (Japan to s India and Greater Sundas)
  • Ardea intermedia plumifera (e Indonesia, New Guinea, Australia)

Noms étrangers

  • Intermediate Egret,
  • Garceta Intermedia,
  • Garça-branca-intermédia,
  • Mittelreiher,
  • középkócsag,
  • Middelste Zilverreiger,
  • Airone intermedio,
  • Mellanhäger,
  • Duskhegre,
  • volavka prostredná,
  • volavka prostřední,
  • Mellemhejre,
  • pikkujalohaikara,
  • martinet intermedi,
  • Hríshegri,
  • czapla czarnonoga,
  • vidējais gārnis,
  • srednja bela čaplja,
  • Средняя белая цапля,
  • Kuntul perak,
  • チュウサギ,
  • 中白鹭,
  • นกยางโทนน้อย,
  • 中白鷺,

Voix chant et cris

Héron intermédiaire
adulte

Ce héron est plutôt silencieux, mais sa voix est assez caractéristique pendant la saison de nidification. Au cours des différentes parades, il produit des cris qui sont étonnamment rauques et bourdonnants. On peut entendre un croassement dissyllabique "goah goah". Un "kraa-krr" est également délivré, du moins par les oiseaux de la race nominale intermedia quand ils quittent le nid.

Habitat

Compte-tenu de sa vaste aire de répartition, les hérons intermédiaires fréquentent une grande variété d'habitats aquatiques. On peut les trouver en bordure des lacs d'eau douce ou d'eau salée, à proximité de mares, le long des berges de rivières ou de cours d'eau, près de réservoirs créés par les pluies, dans les marécages, les vasières et les prairies inondées mais également dans les champs asséchés pourvu qu'il y ait de l'eau à proximité. Les hérons intermédiaires établissent souvent leurs dortoirs dans les mangroves.

Comportement traits de caractère

Les hérons intermédiaires adoptent des mœurs diurnes. Bien qu'il leur arrive parfois de former des petites bandes lâches, ils chassent la plupart du temps en solitaire. Au Sri Lanka, ces oiseaux ont tendance à se rassembler en petits groupes qui éclatent dès qu'ils vont se nourrir mais qui se reforment dès qu'ils se sentent en danger ou qu'ils regagnent les dortoirs. Les hérons intermédiaires recherchent généralement leur nourriture dans les eaux peu profondes. Toutefois en Afrique, plus d'un tiers d'entre eux chasse dans les prairies à proximité de l'eau. La technique la plus couramment utilisée consiste à marcher lentement et à patauger, mais des vols stationnaires et des plongeons ont également été observés. Quand ils sont en quête d'une proie, les hérons inclinent parfois la tête.

Lorsqu'ils se déplacent, les hérons intermédiaires volent un peu à la manière des grandes aigrettes. Leur vol est flottant et constitué de lents battements d'ailes. Chez la race nominale, les populations nordiques sont migratrices. Après la reproduction, les oiseaux du Japon migrent aux Philippines, certains à plus de 3500 kilomètres de leur point de départ. D'autres poursuivent leur vol jusqu'aux Célèbes, jusqu'à Bornéo et la péninsule malaise où ils séjournent du mois d'octobre au mois d'avril. Les populations du sous-continent indien entreprennent également de courts mouvements. La race africaine est sujette à la dispersion et ses mouvements dépendent surtout des conditions locales. On connaît peu de choses sur les mouvements de la race plumifera. Les rassemblements observés en Nouvelle-Guinée tendent à prouver que ces populations migrent en Australie pendant la période hivernale.

Alimentation mode et régime

Les petits poissons forment la plus grosse partie de leur régime, toutefois les grenouilles, les insectes aquatiques et les sauterelles constituent une part non négligeable.

Reproduction nidification

Pendant les parades qui conduisent à la formation des couples, le héron intermédiaire est très démonstratif. Au cours de cette période très particulière, il peut se montrer très agressif et d'humeur querelleuse, déployant ses plumes en éventail. Ses parades, assez semblables à celles de l'aigrette garzette, sont plus spectaculaires que celles du Héron garde-boeufs. Elles comprennent une grande variété de vols, y compris des vols circulaires, des claquements secs ou des agitations de brindilles. Les cérémonies de salutations sont souvent accompagnées de cris bourdonnants. Lorsque le couple est formé, on assiste fréquemment à des lissages mutuels de plumes, des entrelacements de cou et des grands claquements de bec.

Quelques soient les continents, la saison de nidification intervient souvent après de longues précipitations mais ce n'est pas un condition obligée. Les hérons intermédiaires nichent presque exclusivement en colonies mixtes. Ces dernières peuvent contenir un nombre important de nids. Le nid est construit avec des roseaux ou des brindilles. La femelle se charge seule de la tache avec des matériaux que lui rapporte le mâle. Les colonies sont situées dans une grande variété d'endroits, sur une corniche, dans une roselière ou dans un grand arbre. Le nid est habituellement placé entre 3 et 6 mètres au-dessus du niveau de l'eau. Les oeufs sont bleu marine clair, lisses et légèrement recouverts de petites marques. Les oeufs de la race plumifera sont plus petits et présentent en moyenne 5 à 10 millimètres de moins que ceux des autres races. Les deux parents se relaient pour couver. L'incubation dure de 24 à 27 jours en Afrique, mais seulement 21 jours pour la race nominale d'Asie.

On connaît peu de choses sur les oisillons, excepté qu'ils quittent le nid 3 semaines après l'éclosion et qu'ils sont totalement emplumés au bout de 5 semaines.

Distribution

Les hérons intermédiaires sont répartis sur 3 continents : l'Afrique, l'Asie du Sud-Est et l'Océanie. La race nominale intermedia niche du Pakistan jusqu'à l'île d'Honshu au Japon. On la trouve sur le sous-continent Indien, en Chine, en Indochine, aux Philippines et jusqu'aux Grandes Iles de la Sonde (Bornéo, Java, Sumatra). La race brachyrhyncha vit exclusivement en Afrique, au sud du Sahara. Son aire s'étend du Sénégal et de la Mauritanie jusqu'en Ethiopie puis jusqu'au cap de Bonne-Espérance. Elle est totalement absente des forêts équatoriales et pluviales. La race plumifera réside principalement dans le sud de la Nouvelle-Guinée et en Australie, excepté le centre désertique de ce continent.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les effectifs des hérons intermédiaires sont assez difficiles à déterminer. Dans certaines régions, ils sont localement très répandus. Ainsi, au Kenya, le long de la rivière Tana, on a compté plus de 2000 couples. A Bhartpur, en Inde, une colonie contenait environ 1680 nids. Au Japon, cette espèce à apparemment souffert de la pollution qui sévit sur ses terres de nidification et la population semblent bien moins nombreuse que dans les années 60. De nombreux chercheurs ont constaté que cette espèce semblait plus sensible aux perturbations que les autres hérons qui nichent en colonies. Sa productivité est donc moindre pendant cette période et ceci peut constituer un problème dans l'avenir. Pour l'instant, compte-tenu de la grande superficie de son aire de répartition, cet oiseau est considéré par l'IUCN comme ne posant pas de problème majeur (LC-Least concern).

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 24/01/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net