Ninoxe aboyeuse

Ninox connivens - Barking Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Ninox

  • Espèce
    :

    connivens

Descripteur

Latham, 1801

Biométrie
  • Taille
    : 44 cm
  • Envergure
    : 85 à 100 cm.
  • Poids
    : 425 à 510 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cette chouette de taille moyenne se caractérise principalement par sa poitrine fortement striée, ses couvertures alaires tachetées de blanc et ses iris jaune brillant. Le front, le capuchon, la nuque et le disque facial présentent une teinte brune qui varie en nuance de sable clair à sable foncé. Certains oiseaux présentent un sourcil finement 'crayonné' de blanc. La partie supérieure des ailes et le dos sont bruns avec d'évidentes taches blanches. Le haut de la queue est discrètement barré de brun sombre. La gorge est brune, blanche ou blanche striée de brun. Les plumes de la gorge sont érectiles, provocant un effet de barbe pour les oiseaux qui ont une gorge blanche. Le dessous (poitrine et ventre) affiche une couleur blanche avec des stries brunes qui ont la forme de longues gouttelettes. Les plumes allongées du dessous forment une sorte de culotte qui masque partiellement le haut des pattes jaunes. Le dessous de la queue porte de larges barres brunes et blanches. Les globes oculaires sont larges et renferment un iris jaune éclatant. Le bec est noirâtre ou corne foncé.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Ninox connivens rufostrigata (n Moluccas)
  • Ninox connivens assimilis (e New Guinea, Manam, Karkar and Daru Is.)
  • Ninox connivens peninsularis (n Australia)
  • Ninox connivens connivens (sw, e and se Australia)

Noms étrangers

  • Barking Owl,
  • Nínox Ladrador,
  • Coruja-do-descascamento,
  • Kläfferkauz,
  • ugató bagoly,
  • Blafuil,
  • Gufastore abbaiante,
  • Skällande spökuggla,
  • Bjeffeugle,
  • sovka štekavá,
  • sovka štěkavá,
  • Gøende Høgeugle,
  • koirapöllö,
  • nínox cridaner,
  • sowica szczekliwa,
  • Лающая иглоногая сова,
  • Pungguk gonggong,
  • オースロラリアアオバズク,
  • 吠鹰鸮,
  • 吠鷹鴞,

Voix chant et cris

La voix est extrêmement caractéristique. Deux cris bien distincts sont répertoriés. Le premier est un double-aboiement puissant 'wuf-wuf' ou 'wuk-wuk'. Ce cri, assez semblable à celui d'un chien, est toujours précédé d'un grognement bas que l'on n'entend qu'à faible distance. Produit habituellement au crépuscule et à l'aube, il prend la forme de jappements échangés entre le mâle et la femelle. Il peut durer plusieurs minutes, mais jamais toute la nuit comme ça peut être le cas avec le Ninoxe boubouk. Le cri de la femelle est nettement plus tranchant, plus bref, et il porte à plus longue distance. Les femelles utilisent également une sorte de meuglement de bovidé lorsqu'ils communiquent avec leurs petits. Le second cri de la ninoxe aboyeuse ressemble à un cri perçant de femme. Il est d'une terrifiante intensité et possède une qualité très 'humaine'. On ignore exactement quelle est sa signification.

Habitat

Les grands arbres qui abritent des sites favorables à la nidification et au repos constituent l'habitat idéal. Les ninoxes aboyeuses choisissent en priorité des paysages ouverts, tels que les petits cours d'eau et les rivières bordés d'eucalyptus, les parcelles isolées d'arbres et les zones boisées clairsemées. Dans le nord de l'Australie, en plus des habitats déjà cités, elles semblent apprécier les endroits marécageux pourvus d'érables à écorce de papier. Bien qu'elles soient habituellement très prudentes lorsqu'elles nichent, elles s'habituent à la présence humaine et il n'est pas rare de les apercevoir près des bâtiments des fermes ou même dans les rues des petites villes. Elles se tiennent presque toujours à proximité de l'eau.
Leur distribution est très inégale et leur aire de répartition très morcelée. Les ninoxes aboyeuses sont plus communes dans le nord de l'Australie. Vu qu'elles marquent une nette préférence pour les grands arbres, elles sont quasiment absentes du centre semi-désertique du continent, mais également de la plaine Nullarbor (région d'Adelaide à Perth), de la Tasmanie et des grandes îles situées au large. Les ninoxes aboyeuses sont également présentes en Nouvelle-Guinée et aux Molluques. Il existe 5 sous-espèces : N.C.Connivens, Assimilis, Peninsularis, Rufrostrigata et Occidentalis.

Comportement traits de caractère

Les ninoxes aboyeuses sont des oiseaux nocturnes, ce qui ne les empêche pas de communiquer pendant la journée. En hiver, lorsque la luminosité est faible, il leur arrive de commencer la chasse avant le coucher du soleil. Les ninoxes aboyeuses vivent habituellement en couples. Elles se reposent systématiquement dans les mêmes bouquets d'arbres isolés et elles y restent fidèles pendant plusieurs mois de l'année. Elles sont attirées par les points d'eau dans lesquels elles se baignent régulièrement à l'aube. Ce sont des prédateurs agiles et agressifs, capturant une grande variété d'animaux. La chasse se déroule normalement en soirée et jusqu'à assez tard dans la matinée. Une grande partie des proies est capturée à terre.

Alimentation mode et régime

Les ninoxes aboyeuses capturent de nombreuses sortes d'oiseaux : moineaux domestiques, méliphages à oreillons bleus, kookaburras rieurs et à ailes bleues, grallines-pies, petits pigeons, podarges gris, perruches à croupion rouge, cassicans flûteurs, corbicraves leucoptères, cacatoès et nombreuses espèces de canards. Dans le sud de l'Australie, le lapin sauvage semble être devenu leur proie principale, mais elles attrapent aussi des écureuils planeurs, des petits opossums, des chauves-souris et des rongeurs. Comme les autres ninoxes, elles ingurgitent de nombreux insectes, particulièrement en dehors de la saison des nids. A ce moment de l'année, les coléoptères et les criquets constituent leurs proies les plus courantes.

Reproduction nidification

Les ninoxes aboyeuses nichent à la fin de l'hiver austral et la plupart de leurs nids sont trouvés entre juillet et septembre. Dans la péninsule du Cap York et la région d'Arnhem, les oiseaux se reproduisent un peu plus tôt, par contre on ne constate aucune différence entre le nord du Queensland et l'état de Victoria. Au début de la saison, le mâle et la femelle perchent côte à côte, animant la forêt par leurs cris. Le mâle choisit le site de nidification, mais il lui rend rarement visite après le dépôt des oeufs. Le nid est situé dans une large cavité creusée dans le tronc ou une grosse branche, à quelques 30 mètres au-dessus du sol. Occasionnellement, il est placé à la fourche profonde d'un arbre, dans une crevasse de rocher ou un terrier de lapin. Le site est utilisé pendant plusieurs années consécutives.
La femelle occupe la cavité peu de temps avant la ponte qui comprend habituellement 2 ou 3 oeufs (parfois un seul). Ces derniers ont une couleur blanc terne, sont de forme sphérique et mesurent au maximum 50 X 40 millimètres. Ils sont déposés à 2 ou 3 jours d'intervalle. La femelle couve seule pendant 36 jours. Les jeunes oisillons ont deux duvets successifs blancs et ils séjournent dans le nid pendant 35 jours. Toutes les jeunes ninoxes quittent le nid alors qu'elles ont encore une abondante quantité de duvet, mais dans ce domaine, la ninoxe aboyeuse surpasse encore toutes les autres. Une fois qu'ils ont acquis leur autonomie, les juvéniles perchent à proximité du nid où ils sont nés et ils restent au sein du groupe familial pendant plusieurs mois.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/12/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net