Ninoxe rousse

Ninox rufa - Rufous Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Ninox

  • Espèce
    :

    rufa

Descripteur

Gould, 1846

Biométrie
  • Taille
    : 52 cm
  • Envergure
    : 100 à 120 cm.
  • Poids
    : 1200 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le front, le capuchon, la nuque, le manteau et le dos sont roux foncé avec de nombreuses fines barres pâles. Les yeux sont entourés par une large zone brun noirâtre, légèrement nuancée de roux. Les plumes des ailes et des scapulaires sont mouchetées de roux foncé, de chamois-ocre, de brun pâle et bordées de chamois-clair. Les primaires et les secondaires sont brun-roux foncé avec des barres brun pâle. La queue, terminée en forme de coin, est brun-roux foncé avec des barres claires. Les parties inférieures sont fortement barrées de roux, de cannelle et de chamois-crème, de la gorge jusqu'à l'abdomen. Les tarses sont fortement emplumés jusqu'à mi-orteils. Les iris sont jaune brillant, la cire gris bleuâtre clair. Le bec est corne bleuâtre.
Les juvéniles ont un masque sombre autour des yeux. Le capuchon et le haut de la poitrine sont légèrement tachés de brun. Le reste du plumage est identique à celui des adultes.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Ninox rufa humeralis (New Guinea, Waigeo I., Aru Is.)
  • Ninox rufa rufa (nw Australia)
  • Ninox rufa meesi (Cape York Pen.. ne Australia.)
  • Ninox rufa queenslandica (e Queensland. e Australia.)

Noms étrangers

  • Rufous Owl,
  • Nínox Rojizo,
  • Coruja-ruiva,
  • Rostkauz,
  • rozsdás héjabagoly,
  • Rosse Valkuil,
  • Gufastore rossiccio,
  • Rödbrun spökuggla,
  • Rustfalkugle,
  • sovka hrdzavá,
  • sovka ryšavá,
  • Rødbrun Høgeugle,
  • raitahaukkapöllö,
  • nínox rogenc,
  • sowica maskowa,
  • Рыжая иглоногая сова,
  • Punggok merah,
  • アカチャアオバズク,
  • 棕鹰鸮,
  • 棕鷹鴞,

Voix chant et cris

Le chant du mâle est identique à celui de la Ninoxe puissante (Ninox strenua). C'est un double hululement lent et plutôt lugubre, "wooh-hoo", qui ne dure qu'une seconde et dont la seconde note est plus brève et généralement plus aiguë que la première. Il est répété à de nombreuses reprises après des intervalles plus ou moins longs qui durent de 2 à 6 secondes. Bien qu'il résonne de la même façon, il est toutefois moins puissant et porte moins loin que le chant de la Ninoxe puissante. Pendant la parade, le mâle émet six ou sept hululement simples auxquels la femelle répond par un chant aigu ressemblant à un bêlement. Au nid, la femelle communique avec ses petits par de simples sons murmurants.

Habitat

La ninoxe rousse fréquente les forêts tropicales pluviales, les forêts de mousson, les ravins humides pourvus d'arbres et les zones fortement boisées qui s'y attachent. On la trouve également dans les boisements marécageux. En Nouvelle-Guinée, elle s'installe dans les plaines plus ou moins vallonnées, mais aussi dans les collines situées à des altitudes plus importantes jusqu'à 2000 m. sur le continent australien, elle vit en principe en-dessous ou jusqu'à 1200 mètres.

Comportement traits de caractère

Pendant la journée, les ninoxes rousses se perchent en solitaire ou en couples dans le feuillage épais de grands arbres. De leur lieu de repos, ils ont souvent une vue panoramique sur l'ensemble des environs. Chaque couple semble posséder un grand nombre de perchoirs. Comme ils sont presque toujours bien dissimulés, leur présence n'est trahie que par l'émission de leurs cris à la tombée de la nuit ou bien par les réprimandes et les protestations d'autres espèces oiseaux tels que les cassicans et les drongos pendant les autres heures de la journée. Les ninoxes rousses sont des oiseaux plutôt timides et ils s'éclipsent rapidement de leur cachette dès qu'un intrus approche. Toutefois, pendant la période de nidification, les deux partenaires défendent avec acharnement leur nid même contre des humains.

Au début de la saison, le mâle et la femelle se perchent ensemble, souvent sur la même branche. Au crépuscule ou un peu après, le mâle commence à chanter. La femelle s'approche alors tout près de lui, émettant des trilles chevrotants. Le mâle réagit à ses sollicitations en lissant les plumes de sa nuque tandis qu'elle lui picote les pieds avec son bec. L'accouplement intervient presque immédiatement après ces rituels. Après la copulation, la femelle vole directement jusqu'au nid.

Les ninoxes rousses utilisent plusieurs méthodes de chasse adaptées aux proies qu'elles tentent d'attraper : les plus grosses sont capturées à partir d'un perchoir (mégapodes), certaines sont arrachées des feuillages en vol (phasmes), d'autres sont attrapées après une poursuite aérienne (chauves- souris) ou sont chassées à la manière des gobemouches (coléoptères). Les crustacés sont probablement saisis lorsqu'ils ont échoué sur le rivage après un débordement du lit de la rivière.

Alimentation mode et régime

Le ninoxes rousses capturent des petit marsupiaux arboricoles tels que les phalangers volants (Petaurus breviceps), de grosses chauve-souris frugivores du genre Pteropus ainsi que de nombreuses races de rats et de souris. Elles attrapent également toutes sortes d'oiseaux (hérons, podarges, perroquets) pouvant aller jusqu'à la taille d'un mégapode (Alectura Lathami). Elles complètent leur menu avec des gros insectes et, ce qui est rare, avec des crevettes. .

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule de juin dans le Territoire du Nord jusqu'en septembre dans le nord-est du Queensland. Le nid est souvent situé à quelques 30 mètres au-dessus du sol mais il peut également être placé à une hauteur plus modeste. Une large cavité dans un tronc ou une grosse branche convient généralement à cet oiseau. La ponte comprend 2 ou 3 trois oeufs de couleur blanche et de forme sphérique. Ces derniers sont déposés dans un délai de 3 jours sur une couche de débris pourrissants préalablement disposés au fond de la cavité. La femelle couve seule pendant 36 à 38 jours. Les jeunes quittent le nid au bout de 50 jours, alors qu'ils sont à peine capables de voleter. La plupart possèdent encore un peu de duvet. Les juvéniles restent en compagnie de leurs parents qui les nourrissent encore pendant de nombreux mois et même parfois jusqu'à la saison suivante.

Distribution

Les ninoxes rousses sont endémiques de Nouvelle-Guinée et d'Australie. Sur la première citée, on la trouve le long du littoral de l'île principale ainsi qu'aux îles Aru et à Waigeo. Sur le continent australien, on les trouve dans la Terre d'Arnhem, au nord de Kimberley, dans la péninsule d'Yorke et sur la côte est du Queensland. 4 sous-espèces sont officiellement reconnues : N.R. rufa (Territoire du Nord et Terre d'Arnhem) - N.R. humeralis (Nouvelle-Guinée, Aru et Waigeo) - N.R. queenslandica (côtes du Queensland, au sud de la rivière Endeavour) - N.R. meesi (Cap York jusqu'aux rivières Endeavour et Mitchell). Les ninoxes sont sédentaires sur l'ensemble de leur aire de distribution.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les ninoxes rousses sont des oiseaux rares ou assez peu communs. Dans un passé récent, leur habitat composé principalement de zones boisées a subi d'importants éclaircissements dans le but de dégager de nouvelles terres agricoles. De nos jours, ce défrichage se poursuit. Il faut ajouter à cela, que les arbres qui possèdent des cavités sont particulièrement vulnérables aux incendies. Dans la partie ouest de leur aire de distribution en Australie, les galeries d'arbres sont envahies par des herbes grimpantes exotiques dont on ignore exactement l'influence sur la nidification. La population de ninoxes rousses est estimée à environ 1000 couples lors du dernier recensement. L'espèce est classée comme ne posant pas de problème majeur dans l'immédiat.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 25/12/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net