Nymphée fuligineuse

Phoenicurus fuliginosus - Plumbeous Water Redstart

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Phoenicurus

  • Espèce
    :

    fuliginosus

Descripteur

Vigors, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 16 à 19 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Muscicapidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (10 à 20 cm de longueur). Dans un premier temps, ils regroupaient principalement les gobemouches au sens large. Mais les recherches récentes ont montré qu'il fallait leur adjoindre certains taxons appartenant jusqu'alors aux Sylvid... lire la suite

Description identification

Le mâle adulte est presque entièrement ardoise bleuâtre, hormis la queue qui est châtain et le bas du ventre roux. La femelle présente des parties supérieures gris-brun avec deux rangées de taches blanches sur les ailes. L'œil est entouré d'un anneau pâle. La base de la queue est blanc brillant. La queue est majoritairement brune mais avec de larges bordures blanches au commencement des rectrices extérieures. Le dessous est blanc avec de nombreuses écailles gris-ardoise. Les adultes ont un iris noir ou brun. Le bec, les pattes, les pieds et les griffes sont noir à noir brunâtre.

Les juvéniles ont un dessus gris-brun taché de petits points blancs. La partie supérieure des couvertures sus-caudales est blanche. La queue est également blanche hormis la partie distale des rectrices centrales et les bordures des rectrices les plus extérieures qui sont brun sombre. La gorge, la poitrine et les flancs sont gris-brun avec de nombreuses taches blanchâtres. Le ventre est blanc avec des franges sombres. Le dessous de la queue est blanc avec une bande terminale brune. Quand ils muent, les juvéniles acquièrent un plumage assez semblable à celui de la femelle. Les jeunes mâles n'acquièrent leur plumage adulte qu'au bout de la deuxième année, si bien qu'il leur arrive souvent de nicher la première fois dans un plumage qu'on peut confondre avec celui de la femelle.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Phoenicurus fuliginosus fuliginosus (e Afghanistan to ne and e China, Indochina and nw Thailand)
  • Phoenicurus fuliginosus affinis (Taiwan)

Noms étrangers

  • Plumbeous Water Redstart,
  • Colirrojo Fuliginoso,
  • Wasserrotschwanz,
  • tonkini vízirozsdafarkú,
  • Waterroodstaart,
  • Codirosso acquaiolo piombato,
  • Forsrödstjärt,
  • Blyrødstjert,
  • žltochvost riečny,
  • rehek šedý,
  • Vandrødstjert,
  • jokileppälintu,
  • bitxac fuliginós,
  • pleszka śniada,
  • ūdeņu erickiņš,
  • Сизая горихвостка,
  • カワビタキ,
  • 红尾水鸲,
  • นกเขนเทาหางแดง,
  • 鉛色水鶇〔紅尾水鴝〕,

Voix chant et cris

Le cri de reconnaissance est un "ziet ziet" tranchant, le cri de menace un "kreee" strident et agressif. Le chant est un tintement net, grinçant et métallique qui dure environ 5 secondes. Il ressemble exactement au chant d'un criquet et comme lui il prend progressivement de la hauteur. Il est émis à partir d'un bloc de pierre ou pendant un vol de parade. La saison des chants se déroule de février à juin, mais on peut également les entendre occasionnellement en hiver.

Habitat

La nymphée fuligineuse apprécie particulièrement les torrents et les cours d'eau à fort débit situés dans des zones de montagne. C'est un oiseau sédentaire mais il effectue des migrations altitudinales pendant l'hiver. Pendant la période de reproduction, il niche à des altitudes très différentes selon les régions, à des élévations aussi importantes que 4300 m au Gharwal dans l'Himalaya mais aussi bas que 600 m au Sikkim. La plupart du temps, son aire de nidification se situe entre 2000 et 3000 m. Pendant la période d'hiver qui va d'octobre à mars, cet oiseau descend généralement en dessous de 2400 m, dans les zones de collines, mais aussi parfois dans les plaines qui bordent les grands fleuves. Les femelles et les jeunes hivernent apparemment à des altitudes inférieures aux mâles.

Comportement traits de caractère

Les nymphées fuligineuses vivent en solitaires ou en couples. La majorité du temps, elles restent aux abords des torrents de montagne où elles s'y déplacent de rocher en rocher, essayant de capturer des insectes de multiples façons. Soit elles font de courtes sorties dans les airs, soit elles les poursuivent en effectuant de petits pas rapides sur les pierres, soit elles pratiquent un court vol stationnaire avant de les attraper vivement à la surface de l'eau. Lorsqu'elles sont perchées, elles ouvrent continuellement la queue et la referment rapidement à la manière de ciseaux, tout en lui imprimant un mouvement de haut en bas.
Les nymphées fuligineuses sont surtout actives au crépuscule. Elles chassent à la tombée de la nuit jusqu'à ce qu'il fasse suffisamment sombre pour que seul le scintillement du blanc de la queue de la femelle trahisse leur présence. Ce scintillement produit un effet de camouflage assez étonnant, car même en plein jour, il parvient souvent à effacer l'oiseau de son arrière-plan. Les nymphées fuligineuses gardent jalousement leur territoire pendant la période d'hivernage. Elles font preuve d'une grande agressivité envers leurs congénères alors qu'elles tolèrent les autres espèces, c'est à dire les torrentaires et les énicures. Elles tendent le cou vers l'avant, déploient entièrement leur queue et émettent de longs "kreeee" rauques et coléreux. Si cette forme de dissuasion ne suffit pas, elles attaquent et poursuivent les intrus jusqu'à ce qu'ils aient franchi les frontières de leur domaine. Pendant la saison de nidification, les nymphées sont également très territoriales. Chaque couple surveille une section de la rivière et interdit à tout intrus d'approcher. Toutefois, Baker précise que deux couples peuvent rechercher leur nourriture sur la même portion de rivière dans la mesure où les nids sont très proches l'un de l'autre. Mais même dans ce cas, la situation est exceptionnelle.

On a repéré plusieurs types de vol de parades : parfois, les nymphées volent presque verticalement dans les airs jusqu'à 5 ou 6 mètres, puis elles descendent en piqué en effectuant une vaste spirale jusqu'à leur position initiale. En d'autres occasions, elles réalisent un vol paisible ponctué de rapides vibrations des ailes, traçant une courte parabole de rocher en rocher. Les parades des nymphées sont assez semblables à celles des traquets.

Alimentation mode et régime

Les nymphées fuligineuses sont principalement insectivores. Elles complètent leur menu avec un peu de baies.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule du mois d'avril au mois de juin. La plupart du temps, il y a deux nichées. Le nid est une structure en forme de coupe construite avec de la mousse verte, des herbes, des petites racines et un peu de feuilles mortes. Il est garni avec des fines radicelles, des fibres végétales du crin ou de la laine. Il est habituellement placé sur le rebord d'un rocher, dans une crevasse, un trou creusé dans la berge d'un cours d'eau ou la maçonnerie d'un pont. Occasionnellement, on le trouve également sous l'avant-toit d'un bâtiment qui borde un cours d'eau, dans un trou d'arbre ou à l'intérieur d'une souche. Parfois, mais vraiment très rarement, il est installé contre le tronc d'un arbre, à une hauteur qui avoisine 4 mètres au-dessus du sol. Le nid est rarement placé à plus de 50 mètres d'une rivière. La ponte comprend 3 à 6 œufs, de couleur gris-vert pâle avec des marques brun rougeâtre formant une couronne autour de la partie la plus large. Les œufs mesurent en moyenne 19 mm sur 14,5. Les deux parents se chargent de la construction du nid mais la femelle couve seule pendant une période qui est indéterminée. Les oisillons reçoivent l'assistance et les soins de leurs deux parents. Les nids de nymphées sont couramment parasités par le Coucou gris (Cuculus canorus) et le Coucou fugitif (Cuculus fugax).

Distribution

La nymphée fuligineuse est originaire de l'extrême nord du continent indien, de la province du Nord-Ouest au Pakistan jusqu'à l'Arunachal Pradesh et de là jusqu'au Nagaland et au Manipur, dans l'extrême est de l'Inde. Son aire de distribution se poursuit dans le sud-est asiatique : Thaïlande, Laos, Viet-Nam, Chine et jusqu'à Taïwan.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/05/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net