Océanite cendré

Oceanodroma homochroa - Ashy Storm Petrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Hydrobatidés

  • Genre
    :

    Oceanodroma

  • Espèce
    :

    homochroa

Descripteur

Coues, 1864

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : 40 à 45 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Cet océanite de taille moyenne a une corpulence à peu près équivalente à celle de l'Océanite de Wilson (Ocanites oceanicus). Son plumage varie du brun fuligineux foncé au brun grisâtre sombre. Sa tête est carrée, sa queue fourchue. Il y une discrète barre pâle qui court le long du centre du dessous de l'aile.
Le plumage noir est nuancé de gris plombé, surtout au niveau du menton et des couvertures alaires. Cette zone grise est souvent bordée par une ligne diagonale foncée qui est bien mise en valeur sur la partie inférieure de l'aile, atteignant les pointes des tertiaires mais non la courbure de l'aile. On peut parfois apercevoir des stries longitudinales blanches à la base des primaires.
Le dessous des ailes est foncé, avec plus ou moins de lustre argenté accolé au gris pâle des moyennes et des grandes couvertures, formant de ce fait une longue ligne sur le centre des sous-alaires.
Les iris sont brun foncé, le bec et les pattes sont noires. Pas de dimorphisme sexuel, les 2 partenaires étant rigoureusement identiques. Les juvéniles sont semblables aux adultes, et très difficilement différenciables des petits de l'océanite de Markham, de Tristam ou de l'Océanite noir. La tête semble toutefois plus massive en raison de leur front saillant.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Ashy Storm Petrel,
  • Paíño Ceniciento,
  • Painho-cinzento,
  • Kalifornienwellenläufer,
  • Californisch Stormvogeltje,
  • Uccello delle tempeste cenerino,
  • Kalifornisk stormsvala,
  • Kaliforniastormsvale,
  • víchrovníček popolavý,
  • buřňáček popelavý,
  • Askestormsvale,
  • kaliforniankeiju,
  • ocell de tempesta cendrós,
  • nawałnik bury,
  • Kalifornijas vētrasburātājs,
  • Пепельная качурка,
  • ススイロウミツバメ,
  • 灰叉尾海燕,
  • 灰叉尾海燕,

Voix chant et cris

La vocalisation principale, appelée généralemznt cri de vol, est une note grinçante émise quand l'oiseau survole la colonie, bien qu'un cri assez similaire mais un peu plus sonnant soit aussi émis à partir du terrier. Elle sert de communication à l'intérieur du groupe et 2 oiseaux peuvent le délivrer simultanément.
Les cris émis à partir du terrier sont assez identiques à ceux de l'océanite cul-blanc mais ils sont plus crépitants et peuvent durer jusqu'à 5 secondes. Le cri de vol de l'océanite cendré est plus bas et plus bourru que celui de l'océanite cul-blanc, avec des phrases démonstratives et glapissantes se terminant par une sorte de protestation, ce qui donne "kri-ih whee-pu ki-krr" ou alors "krieh whii pi-pi-peu'k'k'kirr".

Habitat

Les océanites cendrés sont des oiseaux marins et pélagiques, vivant généralement à grande distance des côtes et des continents, sauf lorsqu'ils nichent pendant la période estivale. Ils nichent dans les îles plus ou moins éloignées du littoral.
Ces palmipèdes de moyenne taille ont une aire de distribution assez semblable à celle de l'Océanite de Guadalupe, bien qu'elle remonte un peu plus vers le nord jusqu'au centre de la Californie. La limite nord de son territoire est marqué par le cap Mendocino et la limite sud par les îles Coronado. Les principales colonies sont Van Damme Cove, Bird Rock, les îles Faralion et les îles Channel, les 2 dernières respectivement au large de San Francisco et Los Angeles.
Taxonomiquement, cette espèce est très proche de l'Océanite de Swinhoe et de l'océanite cul-blanc, mais elle est considérée comme monotypique.

Comportement traits de caractère

Ces oiseaux sont moyennement grégaires. Quand ils sont posés sur l'eau, les océanites cendrés forment des radeaux plus lâches et plus espacés que ceux des océanites noirs ou des océanites minutes. Ils peuvent cependant rester à la surface de l'océan et composer de grands groupes en compagnie des autres espèces d'océanites.
Pendant la reproduction, ces palmipèdes de moyenne taille restent dans les eaux chaudes du centre de la Californie et du nord de la Baja. Cependant, quelques mouvements de dispersion peuvent intervenir vers le sud jusqu"aux îles Coronado et vers le nord, au delà du cap Mendocino jusqu'à l'Orégon, et exceptionnellement jusqu'à l'état de Washington. Les occasionnels qu'on trouve au sud de la Californie sont sans doute des juvéniles désorientés après le départ du nid.
En novembre-décembre, ces océanites sont absents du Sanctuaire National Marin de Faralion qui est un de leurs lieux de nichage favori. A cette époque de l'année, ils préfèrent fréquenter les eaux peu profondes à 60 km des côtes, comme la baie de Monterey où ils forment de très grands rassemblements (4 à 6 000 individus).

Alimentation mode et régime

Compte-tenu de leur aire de distribution assez réduite, les océanites cendrés ont une alimentation assez spécialisée qui est composée principalement de crustacés planctoniques, de petits poissons et de céphalopodes. Le menu est sans doute complété de végétaux.
Pendant la saison de nidification, ces oiseaux recherchent leur nourriture au-dessus de la plate-forme continentale. Ils forment des rassemblements quand il y a des concentrations de bancs de sardines et d'anchois.
Les océanites cendrés pêchent principalement à partir des airs. Pendant la nuit, ils effleurent la surface des océans pour capturer leurs proies. Ils pataugent avec leurs pattes dans l'eau tout en levant les ailes et en restant au même endroit pendant quelques secondes.

Reproduction nidification

La saison de reproduction est très prolongée. Les pontes s'étendent pendant plus de 7 mois, du mois de janvier au mois d'août. Cependant, le dépôt des œufs atteint son paroxysme de la fin du mois d'avril jusqu'à la mi-juillet.
Les oiseaux sont présents sur le site colonial pendant une grande majorité des mois de l'année, mais ils sont plus assidus de février à octobre, du moins aux îles Faralion. Les premiers nicheurs arrivent à la fin décembre, affirmant nettement leur présence à partir de février. L'envol des jeunes est visible surtout en novembre, bien que certains ne s'en aillent qu'en janvier.
Quand ils nichent, les océanites cendrés sont strictement nocturnes, ils placent leur nids dans des terriers ou des crevasses rocheuses à faible distance les uns des autres et ils les garnissent parfois avec des petits fragments végétaux.
La ponte comprend un seul œuf blanc qui mesure en moyenne 30 mm sur 23 et qui pèse environ 8 grammes. L'incubation dure 42 à 59 jours avec des relais moyens de 2 jours et demi. Les poussins sont extrêmement nidicoles et leur séjour au nid a une durée variable de 72 à 119 jours. Ils quittent généralement le lieu de naissance quand ils ont atteint un poids moyen de 41 grammes.
L'âge de la maturité sexuelle est inconnu, mais les juvéniles d'un an qui sont présents dans les colonies ne sont apparemment pas aptes à la reproduction. Le taux de réussite des couvées est très changeant, de 23 à 81 % selon les régions.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce est classée comme en danger (EN). Une enquête récente estime la population nicheuse à environ 5 200 individus. Birdlife propose une évaluation moins précise, avec une population comprise entre 3 500 et 6 700 oiseaux . Les principales colonies sont situées au centre de la Californie (Faralion et Channel), rassemblant les 3/4 de la population. Une étude réalisée entre 1972 et 1982 estime le déclin à plus de 40% dans les populations nicheuses. Une seconde enquête réalisée entre 1998 et 2006 confirme les chiffres de la première, ce qui exprime une véritable décadence. Les principaux prédateurs sont les effraies des clochers, les chouettes des terriers et les goélands d'Audubon qui prélèvent les œufs et les poussins en grand nombre. Bien que la plupart des colonies soient situées dans des lieux protégés, l'activité touristique des humains a un vértitable impact négatif sur le cycle de reproduction. L'acidification des océans a également une réelle action sur les populations de crustacés et diminue considérablement les ressources alimentaires.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/07/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net