Oriole masqué

Icterus cucullatus - Hooded Oriole

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Ictéridés

  • Genre
    :

    Icterus

  • Espèce
    :

    cucullatus

Descripteur

Swainson, 1827

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : 29 à 30 cm.
  • Poids
    : 23 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, le bec est noir avec une tache gris-bleu sur la mandibule inférieure. Les yeux sont sombres. Les lores, la moitié antérieure des auriculaires, le menton, la gorge et la partie supérieure de la poitrine forment un masque et une bavette noire. Ce masque s'étend de l'arrière de l'oeil jusqu'en haut de la poitrine, formant une ligne verticale assez rectiligne avec toutefois une légère saillie au-dessous des auriculaires. Le reste de la tête, la nuque, le cou, le bas de la poitrine et les parties inférieures jusqu'aux sous-caudales sont orange, mais de façon plus intense sur les côtés de la tête et sur le capuchon. Le dos et les scapulaires sont noirs, contrastant avec le croupion et les sus-caudales orange. Les ailes sont noirs avec des motifs blancs. Ce blanc est plus évident sur les couvertures moyennes qui sont complètement blanches, formant une large bande alaire supérieure. Les grandes couvertures sont finement liserées de blancs, avec de larges terminaisons blanches créant une seconde barre alaire. Les tertiaires, les secondaires et les primaires sont bordées de blanc, plus largement sur les premières citées. Les filets des ailes sont jaune-orange. La queue est entièrement noire, affichant de fines pointes blanches en plumage frais. Les pattes et les pieds sont gris-bleu.
Chez la femelle adulte, la tête est jaune-olive, avec une nuance plus grise sur le capuchon et la nuque. Le manteau est gris-olive, contrastant avec la partie supérieure du dos, la tête, la partie basse du dos et le croupion qui sont plus verts. Le croupion est vert-olive. Les parties inférieures sont jaunâtres, avec une teinte plus pâle sur le ventre et plus grise sur les flancs. L'éclat des parties inférieures est variable selon les individus. Le dessous est jaune plus éclatant sur la poitrine et quelques plumes noires peuvent être présentes sur la gorge. Les ailes sont noir grisâtre avec les mêmes motifs blancs que chez le mâle. Les filets des ailes sont gris. La queue est olive avec des bordures verdâtres. La tache à la base de la mandibule inférieure est grise.
Les immatures mâles sont comme la femelle mais avec le masque et la bavette noire. La bavette est moins étendue que chez le mâle adulte. De nombreux jeunes mâles présentent de l'orange éclatant sur les côtés de la poitrine. La barre alaire supérieure est plus visible que chez la femelle. Les terminaisons blanches des primaires sont également plus évidentes que chez la femelle. Les femelles immatures sont semblables aux femelles adultes.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Icterus cucullatus cucullatus (sw Texas. sc USA. to c Mexico)
  • Icterus cucullatus nelsoni (sw USA and nw Mexico)
  • Icterus cucullatus trochiloides (c and s Baja California. nw Mexico.)
  • Icterus cucullatus sennetti (s Texas. sc USA. to e Mexico)
  • Icterus cucullatus igneus (se Mexico and Belize)

Noms étrangers

  • Hooded Oriole,
  • Bolsero Zapotero,
  • Maskentrupial,
  • álarcos trupiál,
  • Maskertroepiaal,
  • Oriolo dal bavaglio,
  • Palmtrupial,
  • Palmetrupial,
  • trupiál maskový,
  • trupiál oranžovokápý,
  • Tobåndet Trupial,
  • kapokkiturpiaali,
  • turpial emmascarat,
  • kacyk maskowy,
  • kapuces vālodze,
  • Масковый цветной трупиал,
  • ムナグロムクドリモドキ,
  • 巾冠拟鹂,
  • 黑臉擬黃鸝,

Voix chant et cris

Oriole masqué
♂ adulte

Le chant a tendance à être rapide et abrupt. Il est dépourvu des doux sifflements qui caractérisent le chant des autres orioles. Au contraire, il présente, une qualité molle, nasale et pleurnicharde. Un des chants rappelle celui des viréos aux yeux blancs par sa qualité élastique et explosive. Certains chants ne durent guère plus d'une seconde, d'autres sont plus longs. Chaque mâle possède un répertoire de plusieurs chants. Contrairement à la plupart des orioles tropicaux, ils ne sont pas constitués d'une série de sons répétitifs. Cet oriole y introduit en effet quelques imitations de cris d'autres espèces. En Arizona, celui du Pic des saguaros ou celui du tyran à gorge cendrée. Dans le nord de la Californie, les orioles masqués sont peu vocaux et communiquent rarement par le chant. On en ignore la raison. Le cri le plus commun est un 'wheet' ou un 'sweet' sifflé, assez semblable à celui du roselin familier. Une sorte de bavardage tient lieu de cri d'alarme, mais il est plus faible et plus court que leur correspondant chez l'Oriole du Nord ou l'oriole à ailes blanches.

Habitat

C'est un oiseau des zones boisées sèches et ouvertes. Il fréquente les galeries riveraines à l'intérieur des déserts et encore bien d'autres types de régions arides. Il n'a pas besoin d'une couverture dense pour être présent dans un lieu. En Californie, l'espèce vit surtout dans les endroits plantés de palmiers washingtonia, cet arbre originaire de la vallée du Colorado peuplant désormais toutes les parties de l'état, y compris les régions suburbaines. Cette dépendance pour les arbres à palmes intervient dans d'autres parties de son aire de nidification, mais elle est surtout remarquable en Californie. L'oriole masqué hiverne dans une plus grande variété d'habitats, comprenant les zones urbaines, les forêts d'épineux et de chênes, les régions boisées arides associant chênes et pins.
L'oriole masqué comprend cinq sous-espèces qui nichent dans les états de l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, à la frontière avec le Mexique. Son aire de nidification s'étend en Californie, du comté de Humboldt situé très au nord jusqu'à la Baja. Elle se poursuit dans l'extrême-sud du Nevada, le sud de l'Arizona et du Nouveau-Mexique, le long du cours inférieur du Rio Grande au Texas et de l'autre côté de la frontière mexicaine. Cet oiseau hiverne au Mexique, le long de la côte Pacifique du Sinaloa jusqu'à la province Oaxaca, et sur la côte Atlantique de Tamaulipas jusqu'au Nord Belize. Il est absent de l'intérieur du pays.

Comportement traits de caractère

La plupart du temps, les orioles masqués recherchent leur nourriture en solitaire ou en couples à l'étage moyen et inférieur des galeries d'arbres qui longent les cours d'eau. Leur long bec est sûrement une forme d'adaptation à leur mode d'alimentation et on les aperçoit souvent perchés sur les fleurs pour en extraire le nectar. Leur technique est assez particulière: ces oiseaux ponctionnent cette ressource en pratiquant une perforation à la base de la fleur, évitant ainsi le processus de pollinisation. Au Mexique, les orioles masqués défendent les arbres en floraison qui peuplent leur territoire contre l'intrusion des tanagras et d'autres espèces d'oiseaux. On connaît peu de choses sur les rituels des différentes parades. Lorsqu'il est en face de la femelle, le mâle effectue une parade de salutation, déployant ses ailes et pointant le bec vers le bas. Ce rituel précède vraisemblablement l'accouplement. Dans une autre forme de parade, le mâle réalise des bonds verticaux sur une branche, chantant et inclinant le bec à l'unisson avec la femelle. On ne connaît pas la signification de cette parade. Un peu avant la saison de nidification, les démonstrations rituelles sont nombreuses, une femelle étant généralement poursuivie par plusieurs mâles. Ces parades de poursuite préfigurent la formation des couples et la construction des nids.

Alimentation mode et régime

Les orioles masqués adultes se nourrissent principalement de fruits, de nectar et d'insectes. Il recherchent leur nourriture dans les buissons et dans les arbres. Ils utilisent leur bec pointu pour percer la base des fleurs et récolter le nectar des agaves, des aloès, des hibiscus, des lis et d'autres fleurs qui ont une forme tubulaire. La simple quête de nectar dans un arbre en floraison suffit souvent pour couvrir entièrement les besoins alimentaires d'une journée.

Reproduction nidification

Dans la vallée inférieure du Rio Grande, les mâles arrivent à la fin mars pour établir leur territoire. La saison de nidification s'étend du début avril à juillet au Texas, de mi-mai à août en Arizona et de début avril à la mi-août en Californie. Les matériaux utilisés et les sites sont différents selon les régions. En Arizona, les nids sont tissés avec des herbes et accrochés aux branches de grands arbres, alors qu'en Californie, ils sont construits avec des fibres de palme et habituellement cousus sur le dessous de la fronde d'un palmier. Les orioles californiens sont les hôtes quasi-obligés des palmiers washingtonia ou de palmiers similaires, en raison de l'abondance de ce genre de plantations. Les rares oiseaux qui ne nichent pas dans les palmiers, sont trouvés dans de faux-poiviriers (schinus molle), des chênes, des eucalyptus, des sycomores ou des structures artificielles construites par l'homme. Les nids sont des paniers pendus, plus profonds que ceux des orioles des vergers mais moins longs que ceux des orioles du nord.
La ponte contient habituellement 4 oeufs, mais elle peut varier de 3 à 5. Ces derniers sont blanchâtres, avec des nuances qui vont du chamois-blanc au bleu pâle et des taches sombres concentrées surtout sur la partie la plus large. L'incubation dure de 12 à 14 jours. Les jeunes oisillons ont besoin d'un séjour d'environ deux semaines au nid avant de s'envoler. Ils sont nourris par les deux parents. Il semble, du moins en Californie, que les orioles masqués mènent à terme plusieurs couvées par saison. Leurs nids sont les hôtes réguliers des vachers à tête brunes et des vachers bronzés. Ces deux espèces arrivent à s'y implanter avec succès.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Oriole masquéFiche créée le 20/05/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net