Perruche de Sparrman

Cyanoramphus novaezelandiae - Red-crowned Parakeet

Perruche de Sparrman
adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittaculidés

  • Genre
    :

    Cyanoramphus

  • Espèce
    :

    novaezelandiae

Descripteur

Sparrman, 1787

Biométrie
  • Taille
    : 27 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 50 à 113 g
Distribution

Distribution

Description identification

Perruche de Sparrman
adulte

La perruche de Sparrman ressemble beaucoup à la Perruche à tête d'or avec laquelle elle voisine en plusieurs sites. Elle s'en distingue par l'absence de jaune au front, couleur remplacée par une bande rouge allant du bec au sommet de la tête. Cette bande rouge, étroite, ne touche pas les yeux. Globalement, c'est un oiseau vert, plus sombre dessus que dessous et aux ailes en partie bleuâtres. Comme chez son congénère, les côtés du croupion sont marqués de cramoisi.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Cyanoramphus novaezelandiae novaezelandiae (New Zealand and nearby islands, Auckland and Stewart Is.)
  • Cyanoramphus novaezelandiae cyanurus (Kermadec Is.)
  • Cyanoramphus novaezelandiae chathamensis (Chatham I.)

Noms étrangers

  • Red-crowned Parakeet,
  • Perico Maorí Cabecirrojo,
  • Kakariki-fronte-vermelha,
  • Ziegensittich,
  • piroshomlokú kecskepapagáj,
  • Roodvoorhoofdkarakiri,
  • Parrocchetto fronterossa,
  • Rödpannad parakit,
  • Rødkroneparakitt,
  • kakariki červenočelý,
  • kakariki rudočelý,
  • Gedeparakit,
  • uudenseelanninviherkaija,
  • cotorra front-roja,
  • modrolotka czerwonoczelna,
  • Краснолобый прыгающий попугай,
  • アオハシインコ,
  • 红额鹦鹉,
  • 紅額鸚鵡,

Voix chant et cris

Une succession plus ou moins rapide de "ki-ki-ki-ki", "kié-kié-kié" devenant crécelle en cas d'alarme. Cris de contact plus doux.

Habitat

La perruche de Sparrman fréquente surtout les boisements autochtones d'altitude (voir aussi la Perruche à tête d'or). Elle est présente aussi dans les petites îles débarrassées de prédateurs terrestres, même si les arbres y sont rares, voire absents comme sur l'île Antipode.

Comportement traits de caractère

Les couples restent ensemble toute l'année. En forêt, la perruche de Sparrman n'est pas facile à observer car elle se tient surtout dans la canopée et ce sont ses cris qui le plus souvent permettent de la repérer.
Des mouvements sont fréquemment observés, les oiseaux passant d'une île au continent ou vice-versa. Mais il ne s'agit pas réellement de migrations, probablement d'erratisme d'oiseaux à la recherche de nourriture.
Le vol : Le vol est rapide et direct, le plus souvent au-dessus de la canopée. Aussi de brèves glissades d'arbre en arbre.

Alimentation mode et régime

Le régime de la perruche de Sparrman est avant tout végétal, composé de fleurs, fruits et graines. En complément, l'espèce consomme aussi du miel et quelques invertébrés. Sur les îles Kermadec, cette espèce se nourrit aussi de mollusques marins comme Scutellastra kermadecensis récoltés sur les laisses de mer.

Reproduction nidification

La perruche de Sparrman est cavicole, les œufs pouvant être déposés dans toutes sortes de cavités (arbres creux, anfractuosité dans la roche, terriers, etc.). La ponte débute le plus souvent en octobre. Composée de 5 à 9 œufs (parfois pas plus de 2, d'autre fois 10), elle est couvée pendant environ 3 semaines par la femelle seule. Les jeunes restent au nid de 5 à 6 semaines, la femelle assurant la plus grande part de leur alimentation. Le mâle peut aussi les nourrir, mais il le fait souvent par l'intermédiaire de la femelle.

Distribution

La perruche de Sparrman est endémique de Nouvelle-Zélande. Jadis répandue dans tout l'archipel elle a presque disparu de l'île du Sud sous l'action des prédateurs et de la déforestation. Elle subsiste dans le centre de l'île du Nord et reste commune sur l'île Stewart. Elle occupe aussi de nombreuses petites îles, soit naturellement (Little Barrier, Auckland, etc.) soit qu'elle y ait été introduite (Tiritiri Matangi par exemple).
Quatre sous-espèces sont généralement reconnues, les formes cooki (île Norfolk) et saisetti (Nouvelle-Calédonie) étant maintenant considérées comme des espèces à part entière.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

En raison de la forte régression de ses effectifs (moins de 30 000 individus), l'espèce est considérée comme vulnérable par BirdLife Internationnal et l'IUCN.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Perruche de SparrmanFiche créée le 10/12/2012 par Georges Olioso © 1996-2018 Oiseaux.net