Râle ypécaha

Aramides ypecaha - Giant Wood Rail

Systématique
  • Ordre
    :

    Gruiformes

  • Famille
    :

    Rallidés

  • Genre
    :

    Aramides

  • Espèce
    :

    ypecaha

Descripteur

Vieillot, 1819

Biométrie
  • Taille
    : 53 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 565 à 860 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le front et l'avant du capuchon sont gris cendré, l'arrière du capuchon est brun-rougeâtre, la nuque et l'arrière du cou châtain vineux. Les côtés du cou sont châtain vineux plus éclatants. Le manteau, le dos, les scapulaires, les couvertures alaires, l'intérieur des secondaires et des tertiaires forment un ensemble olive verdâtre. Le bas du dos est plus brun, le croupion et la queue sont noirs. L'alula et les couvertures primaires sont olive verdâtre avec une légère nuance fauve. Les primaires et les filets extérieurs des secondaires sont fauve roussâtre. Le dessous des ailes est ferrugineux avec des barres noires sur les couvertures et une bordure fauve sur les rémiges. La face, y compris les sourcils, est gris bleuâtre clair, contrastant avec le menton et la gorge blanchâtres. Le bas de la gorge et la poitrine affichent une teinte gris bleuâtre. Les côtés de la poitrine, les flancs et l'abdomen sont rose vineux ou brun rosâtre clair. La partie centrale du ventre est blanchâtre, contrastant fortement avec la zone anale et les sous-caudales noires. Les cuisses sont gris cendré.
Les iris sont brun rougeâtre ou rose-carmin. Le bec est verdâtre, avec une base jaune-orange et une pointe grisâtre. Les pattes sont rouges à rose-carmin. Les sexes sont identiques. Les immatures ne peuvent être différenciés des adultes. Les juvéniles sont plus ternes et les zones noires du plumage se transforment en brun sans éclat.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Giant Wood Rail,
  • Cotara Ipacaá,
  • Saracuruçu,
  • Ypecaharalle,
  • Ypecaca-guvat,
  • Reuzenbosral,
  • Rallo boschereccio gigante,
  • Jätteskogsrall,
  • Kjemperikse,
  • chriašteľ ypekaha,
  • chřástal ypecaha,
  • Kæmpehønserikse,
  • isomangrovekana,
  • rascló gegant,
  • chruścielak wielki,
  • Гигантский лесной пастушок,
  • オオモリクイナ,
  • 大林秧鸡,
  • 大林秧雞,

Voix chant et cris

Râle ypécaha
adulte

En soirée, mais aussi parfois pendant la journée, en particulier quand le temps est couvert, ces râles se rassemblent en groupes et entament un étonnant concert de hurlements, de cris perçants et de sifflements. Le cri le plus souvent répertorié dans ce chorus du soir ressemble au bruit que ferait la pompe rouillé d'un vieux moulin à vent. Certains auteurs décrivent les cris comme une série de 3 notes qui sont répétées à de multiples reprises. Dès qu'ils aperçoivent un intrus, les râle ypécahas produisent un cri puissant qui n'est pas très éloigné de celui du Paon bleu (Pavo cristatus). Ce cri d'alarme est repris par les autres membres du groupe. On peut également entendre un "weeeeee" haut perché.

Habitat

Les râles ypécahas fréquentent une grande diversité d'habitats : on les trouve dans les marais ouverts, les lagunes, les estuaires, les marécages recouverts de marisque, les zones marécageuses avec quelques arbres épars, les champs et les pâtures à proximité de l'eau et du couvert ainsi que dans les forêts-galeries. Apparemment, ils marquent une nette préférence pour les marais qui ont une végétation dense, surtout lorsque celle-ci alterne avec les arbres et les buissons. Ils apprécient notamment les roselières et les marais qui bordent les rivières mais on peut aussi parfois les trouver à une grande distance d'un point d'eau. Sur les bords du Rio de la Plata, ces oiseaux fréquentent les grandes parcelles d'arbres-corails (Erythrina). En Uruguay, il n'est pas rare de pouvoir les observer dans des zones de transition pourvues de broussailles et de roseaux, à faible distance de voies navigables. Les râles ypécahas sont exclusivement des oiseaux de plaine.

Comportement traits de caractère

Dans presque toutes les circonstances, le râle ypécaha propose une attitude audacieuse. Dans sa démarche, il soulève les pattes à une hauteur relativement importante, ce qui lui procure une allure majestueuse et élégante. C'est un oiseau très vigilant et il a tendance à rester bien dissimulé sous le couvert. Cependant, il a un comportement assez différent de celui du Râle de Cayenne et de celui du râle sarucura, deux autres espèces appartenant au genre Artamides. Contrairement à ces deux derniers, il s'aventure plus souvent à découvert et il a moins tendance à se réfugier dans les roseraies en cas de danger. Les jours de brume, quand la visibilité n'est pas très bonne, il erre en agitant la queue sur les petites crêtes d'où il inspecte les berges basses. Il s'y promène quelques instants en courant puis il regagne la végétation. Il utilise également les poteaux de clôture et les termitières comme points d'observation. Bien que le râle ypécaha puisse courir plus vite qu'un humain, s'il est surpris en terrain découvert, il se couche à terre comme un tinamou. Il ne prend son envol qu'en cas de recours ultime. Il fait alors vrombrir ses ailes, effectue un vol plané dans les derniers mètres de son parcours puis plonge précipitamment dans le couvert. S'il est en zone boisée, le râle ypécaha choisit de chercher un abri sûr dans un arbre, parfois à plus de 15 m au-dessus du sol.
Pendant l'ensemble de la journée, ce râle est un oiseau solitaire. Néanmoins, en soirée, les différents individus convergent vers des endroits bien établis et commencent à se livrer à des parades assez remarquables. Il se précipitent follement les uns vers les autres en déployant les ailes, en pointant le bec vers le ciel et en produisant une étonnante cacophonie de cris. La parade ne semble pas avoir de signification sexuelle et, à aucun moment, les oiseaux ne font preuve d'agressivité pendant sa réalisation. Le râle ypécaha réalise également une danse au cours de laquelle il se pavane, dressant les pattes jusqu'à hauteur du corps, ouvrant et fermant les ailes, étirant le cou et agitant la tête en avant et en arrière. Lorsqu'ils dansent, les oiseaux émettent éventuellement un cri rude et sifflant.

Alimentation mode et régime

On possède vraiment peu d'informations. Les râles ypécahas ont un régime très varié : ils consomment des arthropodes et quelques matières végétales telles que les graines et les fruits. Toutefois, leur menu est constitué principalement de mollusques comme les escargots du genre Planorbis et Ampullaria. Les râles ypécahas se nourrissent en solitaire. Ils sortent des roselières tôt le matin et en fin de soirée pour rechercher leur nourriture.

Reproduction nidification

En Uruguay, la saison se déroule principalement de septembre à février. On ne possède pas d'informations en ce qui concerne les autres pays. Le nid est une construction très élaborée et très soignée. Il est bâti avec des herbes et des tiges végétales dans une grande variété d'endroits. On peut en effet le trouver à terre ou dans les arbres, dans des petits arbustes, des enchevêtrements de plantes grimpantes ou de la végétation quelque peu dégradée. Le nid peut être également installé dans de grosses touffes de scirpes ou de roseaux, à la base de chardons, dans des buissons ou de la végétation assez épaisse. Il mesure 30 à 55 cm de diamètre et 13 à 15 cm de profondeur.
La ponte comprend 4 à 7 oeufs brillants, de couleur variable. La plupart du temps, ils sont blancs, mais ils peuvent être également crème, jaune, vert, orange ou rose avec des petites taches mauves, brunes ou brun rougeâtre. La femelle dépose un œuf chaque jour, si bien que l'éclosion intervient en ordre échelonné. Les deux parents couvent pendant 24 jours. Comme chez la plupart des râles, les poussins sont précoces et quittent le nid au bout de 3 ou 4 jours. Ils continuent à être soignés et nourris par les adultes pendant environ 8 ou 9 semaines. A partir de 3 ou 4 semaines, les oisillons commencent à s'alimenter seuls. A 6 semaines, ils ont atteint un tel niveau de croissance que les parents envisagent souvent de mener à terme une seconde couvée. Il peut y avoir trois couvées dans la saison. La dernière nichée reste avec les parents pendant plus de 3 mois.

Distribution

Les râles ypécahas sont endémiques d'Amérique du Sud. Leur aire de distribution couvre l'est et le sud-est du Brésil (Piaui, Bahia, Minas Gerais, Est Mato Grosso, Goias, Santa Catarina , Rio Grande do Sul). Elle se poursuit au Paraguay, en Uruguay et dans le nord de l'Argentine jusqu'à Buenos Aires et l'embouchure du Rio de la Plata. Une population isolée vit dans le nord-est de la Bolivie. En dépit de sa vaste aire de distribution, l'espèce est considérée comme monotypique et il n'y a pas de variantes géographiques.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas globalement menacée. Dans un passé récent, elle était considérée comme assez commune sur l'ensemble de son aire. Aujourd'hui, elle est évaluée comme locale dans le nord-est et le centre du Brésil, mais encore assez abondante dans le sud ainsi qu'en Uruguay, au Paraguay et dans le nord de l'Argentine. Compte-tenu du fait que cette espèce requiert des habitats assez ouverts, elle n'a pas souffert, comme les autres espèces du genre Artimides qui vivent dans les milieux forestiers, de la dégradation de son lieu de vie. La population globale mondiale est comprise entre 100 000 et 1 million d'individus. Le râle ypécaha est très apprécié comme oiseau de volière ou de compagnie. Il est souvent capturé et vendu dans les boutiques des petits villages. Au Rio Grande do Sul, il est souvent victime des pièges posés pour les animaux à fourrure.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Râle ypécahaFiche créée le 12/07/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net