Serpentaire du Congo

Circaetus spectabilis - Congo Serpent Eagle

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Circaetus

  • Espèce
    :

    spectabilis

Descripteur

Schlegel, 1863

Biométrie
  • Taille
    : 60 cm
  • Envergure
    : 94 à 106 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cet assez petit rapace, les ailes sont courtes avec des bouts arrondis, la queue est relativement longue et les plumes qui sont au sommet du crâne sont légèrement pointées, formant un soupçon de crête. Les adultes ont une face brun pâle avec une longue strie noire qui part du bec légèrement crochu et traverse les joues. Une autre strie sombre descend le long de la gorge. Les parties supérieures sont majoritairement brun foncé, excepté le capuchon qui est noirâtre et le collier qui est roux ferrugineux. Le dessous est entièrement blanc. Chez la race nominale spectabilis, il est tapissé d'abondantes marques noires, de barres et il est plus au moins nuancé de roux. Chez la race batesi, le centre de l'abdomen est blanc uni et les marques sont concentrées sur les flancs et sur les cuisses. Contrairement à la plupart des rapaces, le mâle est légèrement plus grand que la femelle. Les adultes ont des yeux bruns ou gris. La cire, les pattes et les pieds sont jaunes.

Chez les immatures, les plumes du capuchon et du manteau ont des nettes bases blanches. Les parties inférieures sont finement recouvertes de taches circulaires noires et rousses.

Le serpentaire du Congo peut être confondu avec deux autres membres de la famille avec lesquels il cohabite en Afrique Occidentale et en Afrique Centrale : l'aigle de Cassin (Spizaetus africanus) et l'Autour à longue queue (Urotriorchis macrourus). Le premier se distingue par sa constitution plus robuste, sa tête relativement plus petite, sa queue plus brève et ses cuisses pourvues de culottes. Le second est clairement plus petit et présente une très longue queue terminée de blanc qui mesure près de la moitié de la longueur de son corps.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Circaetus spectabilis spectabilis (Sierra Leone and Liberia to n Cameroon)
  • Circaetus spectabilis batesi (s Cameroon to s Sudan, c DRCongo and nw Angola)

Noms étrangers

  • Congo Serpent Eagle,
  • Culebrera Congoleña,
  • Águia-cobreira-congolesa,
  • Schlangenbussard,
  • kongói gyíkászhéja,
  • Congolese Slangenarend,
  • Serpentario del Congo,
  • Kongolesisk ormörn,
  • Kongoslangehauk,
  • hadiar dlhochvostý,
  • orlík jestřábovitý,
  • Slangehøg,
  • kongonkäärmehaukka,
  • àguila serpera del Congo,
  • gadożer kongijski,
  • Конголезский змееяд,
  • ヘビワシ,
  • 刚果蛇雕,
  • 剛果蛇鵰,

Voix chant et cris

Le serpentaire du Congo émet une longue série de notes nasales et lugubres "cow...cow...cow". Mais il est surtout réputé pour son miaulement de paon ou de chat qui porte à très longue distance. Ce dernier cri est sans doute l'équivalent du "ko-waaaaaa" produit par les autres espèces de serpentaires.

Habitat

Le serpentaire du Congo fréquente les épaisses forêts primaires de plaine où il est assidu des sous-bois ombragés. Cependant, il tolère volontiers les boisements secondaires et les parcelles en cours de régénération qui constituent désormais la majorité de son habitat en Afrique Occidentale compte-tenu de la déforestation intense. Le serpentaire du Congo vit du niveau de la mer jusqu'à 900 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Le serpentaire du Congo est extrêmement discret. Il passe une grande partie de son temps dans les sous-bois ombragés où ses grands yeux et son regard exercé sont capables de détecter le moindre mouvement malgré le faible éclairage. Il passe très souvent inaperçu et son miaulement puissant est souvent la seule façon de le repérer. On peut parfois l'observer, volant à une grande hauteur au dessus de la canopée ou des clairières, mais la plupart du temps, il se perche à l'étage moyen de la végétation à la lisière des forêts ou au bord des routes pour chasser. Dès qu'il a détecté une proie, il fond sur elle, l'arrache du feuillage ou du sol où elle évoluait. Eventuellement, il l'achève d'un coup de bec ou de plusieurs coups de pattes. Cette dernière manière de tuer ses proies n'est pas sans rappeler celle que pratique le Messager sagittaire (Sagittarius serpentarius). Le serpentaire du Congo peut également s'installer sur un perchoir qui surplombe le courant d'une rivière, guettant sans aucun doute un serpent d'eau.

Assez curieusement, le serpentaire du Congo n'a que peu de choses en commun avec les autres espèces de serpentaires. Au contraire, lorsque cela l'arrange, il mime l'apparence et l'attitude de l'aigle de Cassin (Spizaetus africanus). Ce comportement mimétique présente au moins 3 avantages : 1) il réussit ainsi à tromper la vigilance des reptiles qui ne sont pas méfiants vis à vis des mangeurs d'oiseaux. 2) en changeant de personnage, il se protège contre les attaques des aigles ou des plus grands rapaces. 3) il évite ou il réduit le harassement des petits passereaux qui ont désormais tendance à l'éviter.

Alimentation mode et régime

Comme son nom l'indique bien, cet oiseau se nourrit principalement de serpents. Il attrape également de nombreuses espèces de reptiles comme des caméléons et d'autres lézards. Il consomme peut-être aussi des petits mammifères, mais les proies de cette catégorie trouvées dans son estomac sont sans doute des animaux déjà ingurgités par les serpents. La plupart des proies sont chassées à l'affût à partir d'un perchoir.

Reproduction nidification

On possède vraiment très peu d'informations sur la reproduction du serpentaire du Congo. Toutefois, la saison de reproduction se déroule du mois d'octobre au mois de décembre au Gabon et de juin à novembre en République Démocratique du Congo (ex-Zaïre). Il est à noter que jusqu'à fort récemment, on pensait que cette espèce avait une parenté proche de celle des serpentaires asiatiques du genre Spilornis ou de celle du genre Eutriorchis de Madagascar. De récentes recherches basées sur l'ADN ont prouvé qu'en fait, elle devait être placée dans le même clade que les mangeurs de serpents du genre Circaetus.

Distribution

C'est un oiseau du continent africain et des latitudes équatoriales. Son aire de distribution est morcelée en deux zones bien distinctes. Elle s'étend du sud de la Sierra Leone, de la Guinée et du Libéria jusqu'au sud de la Côte d'Ivoire et au Ghana. Après une interruption au niveau du Togo et du Bénin, elle reprend au niveau du Nigeria jusqu'à l'extrême est du Zaïre en passant par le Cameroun, le Gabon, l'extrême nord de l'Angola, le Congo et la République Centrafricaine. Deux races sont officiellement reconnues : D.s. spectabilis, la race nominale (de la Sierra Leone jusqu'au nord du Cameroun) - D.s. batesi (du sud du Cameroun et la République Centrafricaine en direction du sud jusqu'au Zaïre, au Congo, au Gabon et à l'Angola).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La principale menace qui atteint le serpentaire du Congo est l'intense déforestation qui se déroule sur l'ensemble de son aire de distribution. Bien que la population de l'Afrique Occidentale paraisse en déclin, il semble assez difficile, compte-tenu de son habitat particulier, de fournir des renseignements précis sur son ampleur. A moins que l'éclaicissement des forêts ne cesse, on peut craindre que l'avenir de l'espèce ne soit en danger avant peu. En dépit de l'existence que quelques zones protégées au Zaïre, il n'existe aucune mesure spécifique pour sa protection. D'après Birdlife, les effectifs sont estimés à près de 10 000 individus. L'espèce est classée comme "de préoccupation mineure".

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 14/02/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net