Trogon élégant

Trogon elegans - Elegant Trogon

Systématique
  • Ordre
    :

    Trogoniformes

  • Famille
    :

    Trogonidés

  • Genre
    :

    Trogon

  • Espèce
    :

    elegans

Descripteur

Gould, 1834

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 67 à 84 g
Distribution

Distribution

Description identification

John Gould, ornithologiste et artiste britannique (1804-1881) choisit de baptiser ce Trogon elegans, le trogon élégant, peut-être a-t-il eu cette pensée en ayant observé Madame trogon élégant. Le dimorphisme est tellement prononcé qu'on peut penser avoir deux oiseaux différents sous les yeux, alors honneur aux dames ! Mesurant de 28 à 30 cm, la femelle présente une calotte et un front marron avec quelques nuances grises, le bec est jaune, les vibrisses apparentes, la nuque est également marron, le lore est noir, en avant et en arrière de l'œil deux demi-cercles blancs très nets maquillent l'œil. L'iris marron foncé est entouré d'un anneau orbital rouge orangé ; madame trogon élégante a le souci du détail : une ligne verticale blanche descend depuis le demi-cercle arrière de l'œil jusqu'au cou et suprême coquetterie, de fines plumes noires soulignent cette ligne, comme si quelqu'un avait outrancièrement maquillé notre sujet. La gorge grise montre deux petites tâches blanches de chaque côté de la mandibule inférieure, la partie haute de la poitrine est marron et soulignée d'une nette marque blanche en forme de demi-lune. La partie basse de la poitrine est "chamois", une seconde marque blanche plus large que la précédente est visible pour arriver au ventre rose vif ; la femelle trogon élégant se rapprochant en cela de sa cousine, Madame Trogon montagnard avec qui elle partage la même aire de distribution. Le manteau et le dos sont du même marron que la poitrine, pour s'éclaircir sur le croupion et les sus-caudales. Les scapulaires gardent la teinte marron de la poitrine, les petites, moyennes et grandes couvertures sont vermiculées brun clair et gris, l'alule et les couvertures primaires anthracite contrastent avec les rémiges primaires et secondaires noires aux émarginations blanches très nettes. La queue présente trois paires de rectrices inférieures blanches rayées horizontalement de traits noirs, les deux premières paires en partant du ventre ont une marque noire en pointe de flèche en leur centre se terminant par deux larges taches blanches horizontales ; la troisième paire également tachée de blanc se termine par un épais trait noir. Les rectrices supérieures sont marron-cuivre et Madame pousse parfois la coquetterie en laissant dépasser les rectrices inférieures blanches et noires sur les bords, l'extrémité est barrée d'un épais trait noir. Monsieur est plus "smart" et classique, bec jaune, parotiques, front et gorge noirs, entourant l'œil marron foncé ; le cercle orbital ressort sur ce fond noir avec sa couleur orangée. La calotte est vert foncé presque noire, le haut de la poitrine vert-émeraude, souligné d'un trait blanc immanquable qui contraste avec la seconde partie de la poitrine et du ventre qui sont rouge-vermillon. Le manteau et le dos sont vert-émeraude aux reflets bronze et bleu-turquoise, les scapulaires du même vert que le manteau tranchent nettement avec les grandes et moyennes couvertures finement vermiculées d'ondes horizontales noires et blanches, les couvertures primaires et l'alule sont noires, les rémiges noires sont, comme chez la femelle, marquées aux émarginations de lignes blanches. Les trois paires de rectrices inférieures blanches rayées de fines lignes noires se terminent par des marques blanches horizontales de plus en plus épaisses, la pointe de la queue est noire. Les rectrices supérieures sont vertes mais d'une teinte différente du vert du dos, un vert-bronze qui change avec la lumière pour se transformer en teinte bronze aux reflets du soleil. Les tarses sont brun clair. Les juvéniles sont au moins aussi élégants que leurs parents : la tête est grise avec des reflets chamois, le cercle orbital jaune, qui tournera au rouge avec l'âge, est ceinturé de blanc et prolongé d'une épaisse marque blanche qui sépare la nuque de la gorge, la poitrine est chamois avec une seule barre blanche en forme de croissant de lune pour aboutir au ventre crème finement strié de lignes blanches. Le manteau et le dos sont vert-cuivre, les sus-caudales sont rousses avec des reflets brillants, les petites et moyennes couvertures sont peintes de nettes touches blanches, les grandes couvertures sont vermiculées de crème et blanc et se parent également de pointes blanches, les rémiges tertiaires et secondaires gardent la même vermiculure alors que les primaires sont gris-anthracite avec des émarginations blanches. La queue s'allonge avec l'âge, plus l'oisillon est jeune et plus celle-ci est courte et va commencer à se marquer de traits horizontaux noirs, le marquage, différent selon le sexe, permettra petit à petit de différencier les individus. Selon les spécialistes, 4 ou 5 ssp sont reconnues. Ssp Trogon elegans principalement au Guatemala qui donne son nom à l'espèce ; ssp elegans lubricus, au Costa Rica et Nicaragua, qui présente un plus grand nombre de rayures noires sur ces rectrices inférieures, la femelle étant d'une coloration brune plus foncée ; ssp elegans ambiguus à l'est, centre et sud du Mexique, le dos et le manteau ont des dominantes cuivre et bronze et peu ou pas de reflets bleus, les rectrices inférieures du mâle et de la femelle sont vermiculées de noir, la queue apparaissant pratiquement blanche ; ssp canescens, au sud de l'Arizona et du Nouveau-Mexique, parfois élevée au nom d'espèce, a le ventre rouge pâle, la queue et les ailes sont un peu plus longues que celles d'elegans, plusieurs ornithologues aux Etats-Unis ne le différencient pas de la dernière ssp, elegans goldmani, uniquement sur les îles Maria Madre à l'ouest du Mexique, aux reflets cuivre et or sur la nuque et les bords externes de la poitrine, la couleur rouge du ventre est plus pâle que celle d'elegans, les rectrices supérieures étant plus bronze que vertes, la femelle est très grise sur le manteau et le dos, les vermiculures marron et blanches sont plus foncées et deviennent noires et blanches.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Trogon elegans elegans (Guatemala)
  • Trogon elegans canescens (s Arizona. USA. , nw Mexico)
  • Trogon elegans ambiguus (s Texas. USA. , e and c Mexico)
  • Trogon elegans lubricus (Honduras, Nicaragua and Costa Rica)
  • Trogon elegans goldmani (Tres Marías Is.. off w Mexico.)

Noms étrangers

  • Elegant Trogon,
  • Trogón Elegante,
  • Kupfertrogon,
  • elegáns trogon,
  • Koperstaarttrogon,
  • Trogone elegante,
  • Kopparstjärtstrogon,
  • Fagertrogon,
  • trogón pôvabný,
  • trogon krásný,
  • Pragttrogon,
  • kaunotrogoni,
  • trogon elegant,
  • trogon nadobny,
  • elegantais trogons,
  • Медный трогон,
  • ウツクシキヌバネドリ,
  • 铜尾美洲咬鹃,
  • 銅尾美洲咬鵑,

Voix chant et cris

Son principal chant ou cri est rauque, les Américains le qualifient de "frog-like" en clair il chanterait comme une grenouille, un "kwa-h, krow-h, ko-ah" répété 4 à 6 fois, surtout à la saison de reproduction par le mâle pour annoncer sa venue aux autres mâles et prévenir les femelles ; le cri de cette dernière ressemble à un "koink" court et haut perché lorsqu'elle répond. Son cri d'alerte, en présence de prédateurs, comme Aphelocoma ultramarina, le geai mexicain ou d'autres trogons est une suite de "coa-coa-coa" pouvant être répétés 50 fois. En période de reproduction, les "tourtereaux" se lancent de courts "kow" ou "kuh".

Habitat

Probablement le trogon le plus adaptable, des canyons de l'Arizona aux versants des forêts tropicales de la côte Pacifique du nord-est du Costa Rica. A l'extrème nord de son aire, Arizona et Mexique, il est souvent inféodé aux forêts de pins et de chênes (pine-oak woodlands), proche des points d'eau il peut monter en altitude, jusqu'à 2 300 m, rarement plus haut ou son cousin Le Trogon montagnard prend le relais. Au Mexique, on le voit dans les forêts de caduques aussi bien que dans les forêts tropicales à flanc de montagne, au sud-est du Guatemala, on le voit à proximité des plantations de café, au Honduras il est observé dans les zones arides du centre et du sud mais également dans les régions très humides de la côte Pacifique.

Comportement traits de caractère

En grande partie sédentaire, cependant les populations (souvent ssp ambiguus) du nord du Mexique arrivent en avril et mai au sud des Etats-Unis pour repartir en septembre. Au Salvador, Trogon elegans quitte les forêts pour les zones broussailleuses à la saison sèche, de novembre à avril.

Alimentation mode et régime

Son opportunisme est grand, plus insectivore que frugivore, il va en fait s'adapter à son environnement et aux saisons, plus de fruits de février à juin, qu'il va prélever sur les acacias, les ficus, les caesaria ; de juillet à octobre, tous types d'insectes, orthoptères, hyménoptères, coléoptères, mantes et larves, il adore les chenilles qu'il cuisine en les faisant passer latéralement dans son bec plusieurs fois ! Il ne refusera pas les petits reptiles comme les lézards.

Reproduction nidification

De mai à août aux Etats-Unis, de mars à juillet au Mexique avec souvent deux couvées. Apparemment les ssp sédentaires peuvent faire deux portées alors que l'espèce nominale elegans migrant du sud au nord n'en fait qu'une. La cour des deux adultes se remarque quand les oiseaux lèvent verticalement leurs queues et gonflent les plumes rouges de leur ventre, la concurrence joue aussi bien entre mâles que femelles, et ces dernières ne sont pas les moins agressives les unes envers les autres : elles finissent par s'aggriper l'une à l'autre pour tomber au sol et se donner de violents coups de bec parfois jusqu'au sang ! Lorsque le couple semble être formé, le mâle va prospecter l'environnement pour présenter le meilleur nid à sa belle, mais celle-ci peut entendre un autre appel et inspecter un autre nid possible présenté par un autre mâle ! Les nids sont faits dans de grands chênes comme le Platanus wrightii, le Sycomore d'Arizona, à une hauteur de 8 à 12 m, dans des trous à la naissance de grandes branches, la plupart du temps d'anciens nids de picidés, comme Colaptes auratus, le Pic flamboyant ou Melanerpes formicivorus, le Pic glandivore. Les couvées sont de 2 à 4 œufs et l'incubation dure environ 19 jours, le couple couve en alternance et, à l'éclosion, va nourrir les petits durant 12 à 14 jours. Les jeunes quittent le nid au bout de 17 jours mais restent à proximité de leur lieu de naissance durant 30 jours où ils continueront à être nourris par leurs parents.

Distribution

Deux zones distinctes : l'extrême sud des Etats-Unis, sud de l'Arizona, avec notamment la réserve de Cave Creek Canyon, et du Nouveau-Mexique, parfois vu au sud du Texas et nord du Mexique où l'on trouve ssp canescens et goldmani ; est, centre et sud du Mexique, le long du golfe du même nom où réside ssp ambiguus. Du sud du Mexique au sud du Guatemala, il y a un "blanc", il est absent pour ressurgir avec l'espèce nominale elegans, le long de la rivière Motagua au Guatemala, au Salvador et au Honduras, enfin son aire la plus sudiste est au Nicaragua et nord du Costa Rica où réside ssp lubricus.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

LC : ne semble pas en danger, Birdlife note une population en augmentation, sa vaste aire de distribution et son adaptabilité sont, pour l'instant, ses meilleurs atouts. L'engouement autour de cette espèce aux Etas-Unis est grand, l'oiseau est protégé et devient une icône du monde ornithologique où le "Trogon day" est organisé, en général en juin en Arizona.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Trogon élégantFiche créée le 08/08/2013 par Anne et Gabriel Leboff © 1996-2018 Oiseaux.net