Actinodure du Népal

Actinodura nipalensis - Hoary-throated Barwing

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Léiothrichidés

  • Genre
    :

    Actinodura

  • Espèce
    :

    nipalensis

Descripteur

Hodgson, 1836

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 39 à 48 g
Distribution

Distribution

Description identification

Actinodure du Népal
adulte

Chez les adultes, le front et les plumes du capuchon sont brun foncé avec des stries blanches. Comme chez les autres actinodures, ces dernières sont hérissées et forment une sorte de tignasse qui surmonte le dessus de la tête. L'anneau orbital est pâle, les couvertures auriculaires sont grises. Une brève moustache noire part de la base du bec et se poursuit jusqu'au milieu des joues. Le dos et le croupion sont brun-roux, les ailes sont rousses avec de fines barres noires. Une tache noire couvre l'ensemble de l'épaule au niveau des couvertures primaires. Elle est soulignée par une tache grise formée par l'extrémité des couvertures secondaires. La queue est très graduée. Les rectrices centrales portent de fines barres alors que les rectrices latérales sont terminées de noir, la paire de rectrices la plus extérieure ayant une pointe blanche. La gorge et la poitrine sont grises, contrastant avec le bas du ventre et les sous-caudales qui sont brun-roux. Les deux sexes sont identiques.

L'iris est brun, le bec brun foncé. Les pattes sont brun chair grisâtre ou brun uni. Les juvéniles ressemblent aux adultes. Contrairement à la plupart des autres timaliidés, ils n'ont pas de caractères spécifiques à leur âge. Les actinodures du Népal peuvent être confondus avec les autres actinodures qui résident dans l'Himalaya. L'Actinodure de Walden se distingue toutefois par ses parties inférieures entièrement brun-roux. L'Actinodure d'Egerton présente une longue queue, une poitrine rousse et une large tache blanche sur le ventre. La tache grise sur l'aile et le noir sur le dessus de la queue sont absents.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Hoary-throated Barwing,
  • Actinodura nepalesa,
  • Nepalsibia,
  • Nepalese Streepvleugel,
  • Alabarrata golavillosa,
  • Himalayabandvinge,
  • Gråbrystgittervinge,
  • prúžkavec sivohrdlý,
  • timálie ojíněná,
  • Nepalskælvinge,
  • nepalinraitatimali,
  • actinodura del Nepal,
  • prążkopiór nepalski,
  • Nepālas raibspārnis,
  • Непальская сибия,
  • ノドジロシマドリ,
  • 纹头斑翅鹛,
  • 紋頭斑翅鶥,

Voix chant et cris

L'actinodure du Népal produit un sifflement "twi whee-er" très semblable à celui du Garrulaxe barré (Garrulax lineatus). son cri d'alarme est un "je-je" puissant et rapide qui est répété à huit ou dix reprises. Pas d'informations supplémentaires.

Habitat

Les actinodures du Népal sont des oiseaux sédentaires qui résident à des altitudes variant entre 1800 et 3300 mètres. Ils ne nichent probablement pas en-dessous de 2000 mètres et on ne peut pratiquement jamais les observer en-dessous de 1800 m, même en hiver. Ces oiseaux fréquentent les hautes forêts de chênes et les boisements mixtes qui comprennent à la fois des chênes et des rhododendrons. Dans tous les cas, le sous-bois est très fourni.

Comportement traits de caractère

Les actinodures du Népal sont des oiseaux arboricoles. Ils vivent au sein de petites bandes de 3 à 10 individus dans lesquelles on trouve à la fois des yuhinas et des sibias. Ils fréquentent surtout les hautes branches des arbres de moyenne taille, recherchant les insectes qui sont dissimulés dans la mousse, sur les troncs et sur les branches. Il leur arrive de sautiller rapidement en grimpant le long des troncs ou de s'y nourrir quand ils s'y cramponnent. De temps en temps, ils descendent à terre ou presque au niveau du sol.

Alimentation mode et régime

Les actinodures du Népal se nourrissent principalement d'arthropodes (coléoptères, chenilles et autres insectes) mais ils consomment également des gastéropodes et toutes sortes de matières végétales parmi lesquelles les baies, les graines et les fleurs, en particulier celles du rhododendron. Les bourgeons, le nectar et les mousses constituent souvent un complément à leur alimentation.

Reproduction nidification

On connaît peu de choses sur la reproduction de l'actinodure du Népal. La saison de nidification se déroule principalement en mai et en juin, débutant vraisemblablement à la fin du mois d'avril lorsque les oiseaux chantent pour marquer leur territoire. Le nid est une structure compacte et soignée qui a la forme d'une coupe. Il est plutôt petit pour un oiseau de cette taille. Le contour extérieur est construit avec des brins d'herbe, des lichens et de la mousse. L'intérieur est garni de petites radicelles. Le nid est souvent placé à faible hauteur dans un jeune arbre. La ponte comprend apparemment 2 œufs de couleur rose clair avec des taches brun rougeâtre ou grises formant une large ceinture sur la partie la plus large de la coquille. Les œufs mesurent en moyenne 25 mm sur 19. La durée d'incubation et le soin apporté aux jeunes sont inconnus.

Distribution

Les actinodures du Népal, comme leur nom l'indique bien, sont originaires de l'ouest et du centre du Népal , mais leur aire de distribution se prolonge également dans l'est du Népal, au Darjeeling, au Sikkim et au Bhoutan. Deux sous-espèces sont officiellement reconnues : la race nominale, A.n. nipalensis vit principalement sur les versants des vallées qui bordent la région de Katmandou. La race A.n. vinctura réside dans l'est du Népal à partir du district d'Okhaldunga et son territoire se poursuit dans le nord-est de l'Inde et au Bhoutan. Quelques variantes existent dans l'Arunachal Pradesh et le Xizang mais les transformations ne sont pas suffisamment importantes pour accéder au statut de sous-espèce.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

En dépit de son aire de distribution relativement réduite, l'espèce n'est pas en danger. Elle est assez courante au Népal et sans doute très répandue au Bhoutan, compte-tenu du grand nombre de forêts intactes aux altitudes qu'elle fréquente. Dans l'est de l'Inde, et plus particulièrement dans le Bengale Occidental, elle est plutôt commune. Par contre, elle est assez rare dans le sud de la Chine. A notre connaissance, aucune mesure particulière n'est prise pour sa protection hormis sa présence dans certains parcs nationaux protégés.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/08/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net