Busard de Maillard

Circus maillardi - Reunion Harrier

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Circus

  • Espèce
    :

    maillardi

Descripteur

Verreaux, J, 1862

Biométrie
  • Taille
    : 59 cm
  • Envergure
    : 105 à 140 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez ce rapace de grande taille, les dimensions et la silhouette sont semblables à celles du Busard des roseaux, aussi est-il considéré comme un des plus volumineux et des plus grands des busards. La sous-espèce réunionnaise est considérablement plus petite et son dimorphisme sexuel est assez marqué. Le busard de Maillard a une tête menue et un corps fin, un collier qui ressemble à celui des hiboux et une queue longue et étroite. Les sexes sont très différents et la femelle est 15% plus grande. Les juvéniles sont différenciables car ils n'atteignent leur plumage définitif qu'au bout de 4 ans, passant par des plumages intermédiaires.

Chez le mâle adulte, le desssus est majoritairement noir, le dessous principalement blanc. La tête noire est recouverte de stries blanches qui se prolongent jusqu' au manteau et à la poitrine. Le croupion est blanc, les secondaires gris cendré. La queue porte de vagues barres brunes. Le bec est noir, le reste des partie nues (cire, œil et pattes) sont jaunes. Chez la femelle, la tête et le dos sont bruns, le sourcil est plus clair. Le cou est strié de roux, les secondaires grises sont tachées de noir. La gorge, la poitrine et le ventre blancs sont striés de brun et de roux. Les sous-caudales sont uniformément blanches. Les rectrices grises portent des taches plus foncées. L'ensemble des partie nues est semblable à celles de son partenaire
Chez les jeunes, tête, gorge, poitrine, dessus, ailes et queue sont marron foncé ave une nuance rousse sur le ventre. La nuque et le croupion sont roux-fauve clair.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Reunion Harrier,
  • Aguilucho Lagunero Malgache,
  • Tartaranhão-dos-pauis-de-madagascar,
  • Réunionweihe,
  • réunioni rétihéja,
  • Madagaskarkiekendief,
  • Albanella di Reunion,
  • Réunionkärrhök,
  • Hvitbuksivhauk,
  • kaňa tmavochrbtá,
  • moták réunionský,
  • Réunionrørhøg,
  • madagaskarinsuohaukka,
  • arpella de l'illa de la Reunió,
  • błotniak malgaski,
  • Реюньонский болотный лунь,
  • マダガスカルチュウヒ,
  • 马岛鹞,
  • 留尼旺鷂,

Voix chant et cris

Les busards de Maillard sont généralement silencieux en dehors de la saison de reproduction. Leur répertoire est très étendu et ils ont pratiquement un cri pour chaque situation qu'ils rencontrent, un caquetage pour menacer, une plainte pour la parade et une sorte de rire étouffé pour toutes les situations qui sont liées à la nourriture. Ces cris sont à peu près équivalents à ceux du Busard des roseaux d'Europe. Parmi les cris enregistrés, on note un "kiay kioo" grinçant aux abords du nid. Autre cri remarquable, un "kai pi-pi-pi-pi-pi" émis par le mâle quand il est au sommet de son vol ondulatoire.

Habitat

A Madagascar, les busards de Maillard fréquentent surtout les marécages, les lacs avec de la végétation émergente, les rizières ainsi que les prairies sèches et humides. Ils chassent également au-dessus des terres cultivées. Aux Comores et à la Réunion, on les trouve à des altitudes plus imposantes, généralement au-dessus de 500 mètres, dans des montagnes boisées avec des clairières et des petits ravins. Ce genre d'habitat est généralement situé juste au-dessus des champs de canne dans lesquels ils effectuent des incursions pour capturer les lézards et les souris qui y pénètrent juste après la coupe des pieds. Les busards de Maillard vivent du niveau de la mer jusqu'à 3000 mètres, mais ils séjournent rarement au-dessus de 2000 m.

Comportement traits de caractère

Les busards de Maillard vivent en solitaire ou en couples. Leur comportement est très peu étudié mais on sait qu'ils aiment planer et qu'ils effectuent des parades aériennes qui sont assez semblables à celles du Busard des roseaux. Ils réalisent notamment d'étonnants vols spiralaires ascendants accompagnés de cris qui ne sont pas très éloignés de ceux de leurs proches parents, le Busard de Gould (Circus approximans) et le Busard grenouillard (Circus ranivorus). A proximité du nid, le mâle accomplit une parade acrobatique faite de plongeons et de brusques remontées. Au cours de ce vol ondulant, il pirouette en vrille sur lui-même et acccompagne ses exploits de cris stridents "kai-ké-ké-ké-ké-ké".

D'une remarquable aisance en vol, le busard de Maillard quadrille son territoire en rasant le sol ou les arbres à quelques mètres de hauteur. Son vol est constitué de courts battements d'ailes qui alternent avec de longues glissades. Le succès de sa chasse dépend grandement de l'effet de surprise. Aussi prend-il souvent le temps de vérifier en procédant à un vol stationnaire avant de plonger sur sa proie. A la Réunion, il chasse aussi bien au-dessus qu'à l'intérieur des forêts. Aux Comores, il longe également les corniches des falaises. Ce busard utilise d'autres méthodes pour attraper ses victimes : il peut effectuer des vols circulaires très haut dans le ciel ou, tout au contraire, utiliser des postes d'observation très proches du sol. Les jeunes immatures chassent à pied.

Alimentation mode et régime

A Madagascar, ce rapace se nourrit principalement de petits vertébrés tels que les amphibiens, les reptiles les rongeurs et les oiseaux. A la Réunion, il ingurgite toutes les proies qui sont consommables, vivantes ou mortes, c'est à dire les rats, les souris, les musaraignes et les tenrecs. Ils attrapent également des petits oiseaux et le contenu de leur nid, des poussins et des lézards, le menu variant vraisemblablement selon les saisons. Figurent aussi au régime les grenouilles, les sauterelles, les libellules et les larves d'insectes.

Reproduction nidification

La saison de nidification commence à partir de décembre à Madagascar et à partir d'octobre aux Comores. Elle a lieu de la mi-janvier jusqu'à la fin août à la Réunion. Le nid est construit aves des herbes et des tiges de plantes vertes. La plupart du temps, il est posé à terre au milieu de la végétation. Parfois, il est situé légèrement en hauteur, à 20 centimètres au-dessus du sol dans un buisson bas. A Madagascar, la ponte comprend entre 3 et 6 œufs, à la Réunion, elle n'en contient que 2 ou 3. L'incubation dure entre 33 et 36 jours. Les jeunes oisillons quittent le nid au bout de 45 à 50 jours après l'éclosion, mais ils restent encore dépendants du mâle pour la nourriture pendant plus de deux mois.

Distribution

Les busards de Maillard sont originaires de la Réunion, des Comores et de Madagascar. On reconnaît officiellement deux sous-epèces : C.m. maillardi (la Réunion) - C.m. macroceles (Madagascar et les Comores). La race nominale qui vit à la Réunion est notablement plus petite, elle a des ailes plus brèves et plus arrondies, des tarses plus courts et des serres plus longues. Le mâle a une tête plus noire et la femelle affiche un plumage plus sombre.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

A Madagascar, cette espèce est assez rare dans certaines régions mais dans quelques petites îles et à l'ouest de la chaîne montagneuses principale, elle est assez répandue. A la Réunion, on peut voir cet oiseau presque partout dans l'île, surtout entre 500 et 1500 mètres d'altitude, bien qu'il descende parfois jusque dans les plaines basses de la côte orientale. Le busard de Maillard est protégé à la Réunion ou ses effectifs sont en légère augmentation, atteignant entre 200 et 300 couples pour une superficie de 1500 kilomètres carrés. A Madagascar, la sous-espèce macroceles est estimée entre 250 et 1000 individus pour une surface de 594 000 km carrés. Même en cumulant les 2 sous-espèces, le busard de Maillard est classé comme vulnérable.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 20/05/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net