Pic à ventre roux

Melanerpes carolinus - Red-bellied Woodpecker

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Picidés

  • Genre
    :

    Melanerpes

  • Espèce
    :

    carolinus

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : 33 à 42 cm.
  • Poids
    : 56 à 90 g
Longévité

12 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les picidés sont des oiseaux de la taille d'un moineau à celle d'une corneille. Ils sont adaptés morphologiquement à la vie arboricole. Leurs pattes solides sont pourvues de quatre longs doigts (rarement trois) terminés de griffes puissantes, deux tournés vers l'avant et deux vers l'arrière, ... lire la suite

Description identification

Ce petit pic au long bec ciselé ressemble superficiellement au Pic des saguaros en raison de son dessus et de ses ailes fortement barrés de noir et de blanc, de son croupion blanc et de ses parties inférieures claires. Les plumes centrales de sa queue sont largement blanches, avec quelques rayures noires. Les rectrices externes sont barrées de noir et de blanc. L'abdomen est recouvert d'une tache rougeâtre qui n'est pas toujours évidente à apercevoir. Le mâle affiche un capuchon et une nuque d'un rouge éclatant alors que la femelle possède habituellement une calotte grise. En vol, on peut nettement apercevoir une barre alaire blanche à la base des primaires. Le bec est noir. Les pattes et les pieds sont gris à gris-vert. Les iris sont rouge foncé à brun-rouge.
Chez les juvéniles, les barres des parties supérieures sont moins prononcées, plus blanchâtres que chez les adultes. Le dessous est plus sombre avec des stries noires assez variables sur la poitrine. La tache abdominale rouge est souvent indistincte, voire absente chez les jeunes femelles. Les jeunes mâles ont un capuchon moins développé et moins rouge que celui des adultes. Les jeunes femelles n'ont pas de rouge sur la nuque et l'arrière du cou, mais juste une petite tache écarlate sur le capuchon. Les juvéniles ont des iris bruns.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Red-bellied Woodpecker,
  • Carpintero de Carolina,
  • Pica-pau-de-ventre-vermelho,
  • Carolinaspecht,
  • karolinai küllő,
  • Roodbuikspecht,
  • Picchio panciarossa,
  • Karolinaspett,
  • Lundspett,
  • tesárik červenotylový,
  • datel karolínský,
  • Zebraspætte,
  • tammiraitatikka,
  • picot de Carolina,
  • dzięciur czerwonobrzuchy,
  • sārtvēdera dzenis,
  • Каролинский меланерпес,
  • シマセゲラ,
  • 红腹啄木鸟,
  • 紅腹啄木,

Voix chant et cris

Les pics à ventre roux annoncent leur présence et gardent le contact en émettant des "churr" vibrants, soit en simple note, soit en séries de quatre. Lorsqu'ils sont en conflit, ils produisent des "cha-aa-ah" rauques et profonds pour marquer les limites de leur territoire. Le cri d'alarme est un "chip" ou un "chup" très variable. Les pics à ventre roux tambourinent faiblement et à un rythme constant.

Habitat

Les pics à ventre roux apprécient tout particulièrement les habitats humides : arbres morts, boisements de plaine, forêts marécageuses, parcelles ouvertes et mixtes de feuillus et de conifères avec de très grands arbres et plantations de pacaniers. On les trouve également dans les forêts épaisses de chênes et d'ormes, le long des rivières ou près du lit encaissé de petits ruisseaux. Ils visitent couramment les bouquets d'arbres ombragés et les arbres morts à proximité des zones résidentielles. Les habitats utilisés semblent plus denses et comprennent des sous-bois plus fournis que ceux qui sont fréquentés par les pics à tête rouge. Les pics à ventre roux vivent du niveau de la mer jusqu'à 600 mètres d'altitude, localement jusqu'à 900 m.

Comportement traits de caractère

Les pics à ventre roux recherchent leur nourriture à l'étage supérieur des feuillus, en particulier des chênes dont ils choisissent les branches moyennes, celles qui ont entre 10 et 30 cm de diamètre. Les bois morts constituent 30 à 50% des ramures visitées. Cet oiseau utilise toutes sortes de technique : il explore, donne des coups de bec et tambourine, glane à la surface des végétaux. Cette dernière technique est celle qui est le plus couramment utilisée pendant la saison de nidification. La poursuite d'insectes dans les airs est également pratiquée, mais de façon moins fréquente que chez le Pic à tête rouge. Il y a des différences importantes entre les sexes dans la manière de se nourrir. Cette différence est particulièrement flagrante en hiver où les mâles passent beaucoup de temps sur les troncs à rechercher des arthropodes. A partir de l'automne et jusqu'au début de l'hiver, les pics à ventre roux commencent à remplir leur garde-mangers de graines mais quelques fruits et quelques insectes sont également stockés dans des crevasses.

Au cours des parades, les pics adoptent une multitude de postures : au cours des rencontres, les mâles dressent notamment les plumes de leur capuchon, déploient aussi leurs ailes et les plumes de leur queue. Pendant les conflits, ils hochent la tête et la balancent latéralement. Ils pointent le bec en hauteur de manière agressive. S'il doit entrer en conflit avec un Pic à tête rouge qui lui est supérieur, le pic à ventre roux préfère changer de site plutôt que de cohabiter dans le même arbre à un étage différent. Les territoires de ces deux espèces peuvent toutefois se chevaucher sans qu'il y ait nécessairement conflit. Par contre, avec le Pic à front doré, des territoires strictement séparés sont maintenus. Les étourneaux sansonnets sont les principaux rivaux des pics à ventre roux pour l'acquisition de cavités.

Alimentation mode et régime

Les pics à ventre roux ont un régime très varié, la partie végétale constituant près de 40% du total du menu au printemps et plus de 80% en hiver. Ils consomment également des larves vivant dans le bois, mais les insectes les plus couramment ingurgités sont les fourmis, les mouches, les sauterelles, les larves de coléoptères et les chenilles. Ils attrapent aussi des araignées et de plus grosses proies comme les grenouilles arboricoles, les lézards, les oeufs et les oisillons d'autres couvées. Les pics à ventre roux consomment des fruits (pommes, pêches, oranges) et des baies (surtout des mûres). Les graines et les noix constituent la partie la plus importante de la diète en hiver. Les réserves contiennent des glands, des noix de pecan, des noisettes et des graines de conifères. Dans certaines régions, les céréales sont une denrée très appréciée. Pendant la période hivernale, les pics à ventre roux consomment également de la sève, profitant des blessures des arbres ou des petites perforations déjà creusées par les pics suceurs de sève.

Reproduction nidification

Les pics à ventre roux nichent de la fin mars jusqu'au mois d'août. Le mâle creuse généralement une nouvelle cavité chaque année mais parfois un simple trou servant habituellement comme lieu de repos suffit à l'affaire. Le nid est situé dans un arbre mort, à une hauteur qui varie de 2 à 18 mètres. Dans le quart des cas, il est placé dans un arbre en bonne santé. Les pics à ventre roux ont des habitudes fort différentes de celles des pics à tête rouge (Melanerpes erythrocephalus) : ils ne choisissent pas des troncs sans écorce et ils n'ont pas besoin d'une fissure pré-existante pour commencer leur excavation. La femelle se charge des travaux de finition. La ponte comprend 4 à 6 oeufs de couleur blanche. Le mâle et la femelle se relaient pour couver pendant 12 jours, le mâle prenant son tour pendant la nuit. Les deux parents apportent la nourriture aux jeunes en la tenant dans leur bec. Ils réchauffent les oisillons quand ils sont encore petits. Le nid est tenu dans un bon état sanitaire pendant toute la période d'utilisation par les jeunes. Le mâle passe la nuit avec les oisillons jusqu'à ce que ces derniers prennent leur envol, soit au bout de 22 à 27 jours après l'éclosion. Après leur départ, les juvéniles continuent à séjourner sur le territoire parental. Une deuxième, voire une troisième couvée, peuvent intervenir à la fin de l'été ou au début de l'automne.

Distribution

Les pics à ventre roux sont endémiques d'Amérique du Nord. Leur aire couvre exclusivement l'est des Etats-Unis, du Dakota du Sud et de la région des grands lacs jusqu'au centre du Texas et à la Floride. Malgré de légères variations géographiques, l'espèce est considérée comme monotypique (pas de sous-espèces).

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 18/02/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net