Outarde à miroir blanc

Afrotis afraoides - Northern Black Korhaan

Systématique
  • Ordre
    :

    Otidiformes

  • Famille
    :

    Otididés

  • Genre
    :

    Afrotis

  • Espèce
    :

    afraoides

Descripteur

Smith, A, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 50 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 700 g
Distribution

Distribution

Description identification

L'outarde à miroir blanc est très semblable à l'Outarde korhaan du sud. Toutefois, les vexilles internes des primaires affichent une large bande blanche qui est très visible lorsque l'oiseau est en vol. Comme chez sa proche cousine, la tête le cou, la totalité des parties inférieures et les rémiges forment un bel ensemble noir. La belle tache circulaire blanche qui orne les couvertures auriculaires en arrière des yeux et la bande de la même couleur qui couvre le haut du manteau sont plus évidentes. Les parties supérieures sont brunes avec des vermiculures blanches.
La femelle est plus brune que son partenaire. Les mouchetures qui ornent les parties supérieures se développent jusqu'à la tête et jusqu'au cou. La poitrine blanche contraste fortement avec le ventre noir de suie. Les immatures ressemblent aux femelles, mais les plumes du capuchon, du dos et des couvertures alaires ont des pointes blanches. La race etochae est bien plus pâle ; la race damarensis est plus claire avec plus de fines marques. Chez le mâle, le blanc des oreillons s'étend jusqu'à l'iris.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Afrotis afraoides etoschae (nw Namibia, n Botswana)
  • Afrotis afraoides damarensis (Namibia, w and c Botswana)
  • Afrotis afraoides afraoides (se Botswana to Lesotho and ne South Africa)

Noms étrangers

  • Northern Black Korhaan,
  • Sisón Negro Aliclaro,
  • Sisão-de-asas-brancas,
  • Weißflügeltrappe,
  • fokföldi túzok,
  • Botswana-trap,
  • Otarda alibianche,
  • Vitvingad trapp,
  • Hvitskafttrappe,
  • drop bielosluchý,
  • drop šedotemenný,
  • Hvidvinget Sorttrappe,
  • botswanantrappi,
  • Witvlerkkorhaan,
  • sisó negre septentrional,
  • dropik jasnoskrzydły,
  • Бело-килевая малая дрофа,
  • ハジロクロエリショウノガン,
  • 白翅黑鸨,
  • 白翎鴇,

Voix chant et cris

Outarde à miroir blanc
♂ adulte

L'outarde à miroir blanc a une communication assez semblable à celle de l'Outarde korhaan. Pendant la reproduction, ils sont également très bruyants, sans doute dans le but de marquer leur territoire.

Habitat

L'outarde à miroir blanc à tendance à préférer les régions ouvertes de prairies où les herbes mesurent de 50 à 100 centimètres, mais on la trouve également dans les zones de "veld" avec des petits arbrisseaux, dans les semi-déserts broussailleux, les dunes herbeuses et les savanes pourvues de buissons. Elle est souvent présente dans les prairies surpâturées ou dans celles qui sont recouvertes par une végétation clairsemée, y compris dans certaines anciennes cultures reconverties en friches. Les mâles profitent de la présence de petits promontoires ou de termitières pour signaler leur présence.

Comportement traits de caractère

La plupart des outardes optent pour des paysages ouverts car ils leur permettent de voir venir le danger de loin, ce qui leur laisse généralement une assez longue marge de réaction. L'outarde à miroir blanc constitue une exception et elle opte volontiers pour les contrées buissonneuses, les clairières couvertes d'épineux et les plaines à longues herbes où le danger est moins rapidement détecté mais où les opportunités pour se dissimuler sont plus nombreuses. Le mâle s'éclipse souvent dans le couvert avec la tête et le cou dressés dans une posture d'alarme très caractéristique. La femelle adopte une attitude très différente, elle scrute par dessus sa queue pour se rendre compte d'une éventuelle menace. Dans cette habitat relativement protégé, les deux partenaires ont un comportement fort différent : le mâle est bruyant, cherchant en toutes occasions à se mettre en valeur alors que la femelle est très discrète et cherche à passer inaperçue. Bien que les deux partenaires aient un plumage cryptique, le mâle présente un livrée plus éclatante que sa compagne. Chacun possède le plumage qui convient à son rôle. Le mâle tente de séduire et d'attirer une partenaire. La femelle, livrée à son propre sort pour couver et élever les petits essaie de se faire aussi discrète que possible pour échapper aux prédateurs.

L'outarde à miroir blanc recherche sa nourriture en solitaire ou en couples. Dans sa quête d'aliments, elle marche lentement sur le sol en picorant. Elle pénètre parfois dans les zones ou dans les régions perturbées par les humains pour trouver les ressources qui lui conviennent. Vivant dans des contrées où les amplitudes de températures ne sont pas très marquées, elle est sédentaire sur l'ensemble de son aire de distribution.

Alimentation mode et régime

L'outarde à miroir blanc possède un régime mixte, elle consomme autant de matières organiques que de végétaux. Dans la catégorie des invertébrés, son menu est dominé par les termites, particulièrement au mois de mai et juin lors que les termites récolteurs (Hodotermes massambicus) sont au summum de leur activité. Elle ingurgite également des coléoptères (surtout des curculionidés) et des sauterelles. La partie végétale de la diète comprend surtout des graines. Le sumac africain (Rhus lancea), les arbrisseaux à baie du genre Lycium , le maïs et la myrsine à feuilles aiguës sont les plus appréciés.

Reproduction nidification

Au Transvaal, la saison de nidification se déroule pendant presque tous les mois de l'année. La période de pointe a lieu de septembre à avril et en juillet. Ailleurs, l'outarde à miroir blanc niche de septembre à avril, mais les mâles se manifestent par leurs cris pendant toute l'année. L'outarde à miroir est un oiseau polygame. Les parades sont très élaborées et impliquent à la fois un mâle et plusieurs femelles qui accomplissent ensemble des poursuites enjouées et des vols ondoyants. Pendant la période de reproduction, le mâle entretien un territoire de 200-300 mètres carrés qu'il défend avec agressivité contre les autres mâles qui essaient de s'y introduire. L'outarde à miroir blanc ne construit pas de nid, il dépose directement la ponte sur le sol nu, près d'un arbuste. Celle-ci contient 1 ou 2 œufs que la femelle couve seule pendant 19 à 21 jours. Les poussins ont un duvet marron clair avec des taches brun foncé.

Distribution

L'outarde à miroir blanc vit en Afrique Australe. Elle occupe partiellement les différentes provinces du Cap mais la partie la plus importante de son aire s'étend surtout en direction du nord vers le Transvaal, l'Etat Libre d'Orange, le Botswana et la Namibie. Elle est absente à l'est du Drakenberg. Son territoire est beaucoup plus développé que celui de sa cousine, l'Outarde korhaan du sud (plusieurs centaines de milliers de kilomètres carrés). Dans ce vaste espace géographique, on a répertorié officiellement 3 sous-espèces : A.a. afraoides, la race nominale (plaines proches de la rivière Orange) - A.a. damarensis (Namibie jusqu'à Kobos et Windhoek) - A.a. etochae (parc d'Etocha et Ovomboland, à l'extrême nord de la Namibie). Les races A.a. mababiensis (nord-ouest du Botswana) et A.a. kalaharica (désert du Kalahari), un moment valides, sont désormais intégrées respectivement dans les races etochae et damarensis.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même assez répandue sur l'ensemble de son aire de distribution. Dans un habitat optimum, les mâles sont distants de 300 à 500 mètres les uns des autres. L'outarde à miroir possède de nombreux prédateurs : l'Aigle ravisseur, l'Aigle martial, l'Autour chanteur (Melierax canorus) et le Grand-duc de Verreaux.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/05/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net