Traquet variable

Oenanthe picata - Variable Wheatear

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Oenanthe

  • Espèce
    :

    picata

Descripteur

Blyth, 1847

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : 26 à 27 cm.
  • Poids
    : 18 à 25 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Muscicapidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (10 à 20 cm de longueur). Dans un premier temps, ils regroupaient principalement les gobemouches au sens large. Mais les recherches récentes ont montré qu'il fallait leur adjoindre certains taxons appartenant jusqu'alors aux Sylvii... lire la suite

Description identification

Ce petit traquet porte bien soit nom : on le trouve sous trois formes différentes et il existe de nombreux intermédiaires chez les femelles. 1) Dans la phase dite 'à ventre noir' (opistholeuca), le mâle est presque entièrement noir de jais, excepté le croupion, les couvertures sus-caudales, la base de la queue et les rectrices externes qui sont blanches. Les rectrices centrales et la bande terminale de la queue sont également noires. Chez la femelle, les parties noir de jais sont remplacées par du noir fumeux. 2) Dans la phase dite 'à ventre blanc' (picata), qui est largement la plus répandue sur l'ensemble de l'aire de distribution, la livrée du mâle est semblable à celle du précédent, sauf que le ventre est blanc. La femelle est semblable à son partenaire. Néanmoins, les parties noires sont remplacées par du brun grisâtre. Le ventre présente une teinte plus chamoisée. 3) Dans la phase dite 'à capuchon blanc' (capistrata), le mâle est identique à celui de la phase picata, son ventre blanc contrastant avec la gorge noire. Toutefois, la calotte et la nuque sont blanches. La femelle ressemble au mâle, mais les parties noires et le capuchon blanc sont transformées en une couleur brun terreux. Le ventre est chamois plus foncé. Chez les trois phases, l'iris est brun, le bec, les pattes et les pieds sont noirs
Pendant la nidification, les trois types de femelles ne sont pas forcément dominantes dans la zone géographique qui coïncide avec celle où leur mâle respectif est dominant. Par contre, pendant la période hivernale, les femelles cohabitent généralement avec les mâles de la même phase et la séparation entre les différentes phases est plus rigoureusement respectée.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Variable Wheatear,
  • Collalba Variable,
  • Chasco-oriental,
  • Elstersteinschmätzer,
  • perzsa hantmadár,
  • Picatatapuit,
  • Monachella variabile,
  • Orientstenskvätta,
  • Persersteinskvett,
  • skaliarik rozmanitý,
  • bělořit proměnlivý,
  • Orientstenpikker,
  • louhikkotasku,
  • còlit variable,
  • Grjótdepill,
  • białorzytka zmienna,
  • melnbaltā čakstīte,
  • nunski kupčar,
  • Чёрная каменка,
  • カワリサバクヒタキ,
  • 东方斑即鸟,
  • 東方斑鵖,

Voix chant et cris

Cet oiseau a un chant charmant qui ressemble à celui du Shama dayal (Copsychus saularis). C'est également un excellent imitateur capable de copier à la perfection entre autres le Cratérope de l'Inde, la camaroptère indien, la couturière à longue queue, le Vanneau indien et la Chevêche brame. Il lui arrive d'imiter le chant babillard de l'hirondelle ou le solo musical de la Pie-grièche schach. Il émet son chant d'un perchoir ou en vol. Son chant, ou du moins des bribes de celui-ci, peut être entendu lors de son arrivée dans les quartiers d'hiver, surtout s'il doit en déloger des compétiteurs possédant le même régime alimentaire. On ne connaît pas d'autres cris.

Habitat

Au printemps et en été, les traquets variables apprécient les régions arides parsemées de blocs de pierre et de rochers, les berges des rivières encaissées, les champs en friches, les bâtiments délabrés et les alentours des villages, entre 600 et 3300 mètres. Leurs altitudes de prédilection semblent se situer entre 1800 et 2400 mètres. En hiver, ces oiseaux fréquentent plutôt les semi-déserts pierreux ou les déserts pourvus de dunes sableuses partiellement arborées. On les trouve également dans les zones cultivées, les ravins escarpés, les environs des villages, les campements de nomades et les enclos pour bétail. En cette période l'année, ils séjournent principalement du niveau de la mer jusqu'à 1200 mètres, mais on les a parfois observé dans la neige épaisse jusqu'à 2700 mètres. Les traquets variables sont des oiseaux migrateurs. Ils arrivent sur les lieux de nidification en mars au Balouchistan ou vers la mi-avril au Chitral (nord-ouest du Pakistan). Ils y restent jusqu'en septembre. Les lieux d'hivernage sont occupés à partir de la fin août (Karachi) jusqu'à la fin du mois de mars. Les traquets variables nichent au sud-ouest de la Caspienne et dans le centre de l'Iran, en direction de l'est jusqu'au Tadjikhistan et le nord-ouest du Pakistan. Ils hivernent dans le sud du Pakistan et le nord-ouest du sous-continent indien jusqu'à Delhi, le centre du Madhya Pradesh et le nord du Maharastra.

Comportement traits de caractère

Les traquets variables vivent généralement seuls. Ils se perchent à des endroits proéminents et bien en vue, tels que les murs, les buissons, les coins des toits d'où ils se penchent et effectuent de véhémentes salutations, surtout lorsqu'ils sont alarmés. Ils plongent rapidement vers le sol pour capturer des insectes puis ils regagnent une position avantageuse. A la manière des gobemouches, ils peuvent également effectuer des sorties aériennes à la poursuite d'insectes volants. Aux moments les plus chauds de la journée, ils trouvent refuge dans un coin ombragé, dans l'encoignure d'une porte ou le renfoncement d'une fenêtre. Très souvent, ils se reposent dans une cavité sous le toit d'un bungalow. Les traquets variables sont extrêmement territoriaux, ne supportant pas l'intrusion de congénères ou d'espèces ayant les mêmes habitudes alimentaires. Il s'en prennent systématiquement aux pseudotraquets indiens (saxicoloides fulicata) et aux traquets à queue rousse (oenanthe xanthprymna) lorsque leurs aires coïncident.
Le vol : Les traquets variables effectuent des vols brefs dont le point de départ est presque toujours un rocher saillant. Ils planent en déployant les ailes et en maintenant leur queue ouverte en position basse.

Alimentation mode et régime

Les traquets variables se nourrissent principalement d'insectes (fourmis, chenilles, coléoptères etc...). Ils consomment également les baies du figuier des pagodes ou des petits arbustes du genre grewia.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à août, période au cours de laquelle le traquet variable dépose deux couvées. Le nid est une coupe peu profonde, construite avec des herbes, des plumes, de la laine et des bouts de chiffon. Il est garni avec du crin et de la laine. La plupart du temps, il est placé dans des crevasses de rochers, des trous de berge, de mur, ou sous un amas artificiel de pierres. Parfois, il est situé sous l'avant-toit d'une maison ou sous les chevrons d'une charpente. Plus rarement, on le trouve dans des cavités naturelles d'arbre. La ponte comprend 4 à 6 oeufs bleu pâle tachés de brun rougeâtre sur la partie la plus large. La taille moyenne d'un oeuf est 21X16 mm. Les oisillons sont nourris par les deux parents.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/11/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net